environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Ouf, quel soulagement! Ministre et préfet ont fait sauter le verrou bloquant la réalisation d'une nouvelle route: la déviation du Taillan! - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

26 septembre 2013 4 26 /09 /septembre /2013 21:42
Ouf, quel soulagement! Ministre et préfet ont fait sauter le verrou bloquant la réalisation d'une nouvelle route: la déviation du Taillan!

http://www.sudouest.fr/2013/09/24/une-deviation-no-mmee-desir-1177827-2780.php#commentaire_marqueur_position

Publié le 24/09/2013
Par jean-paul vigneaud

commentaire(s)

à ne pas rater!Les pro s'en donnent à coeur joie!

Déviation du Médoc : les travaux ne commenceront qu'en 2015

Le ministère de l’Écologie et le préfet ont donné leur accord mais il faudra encore patienter

Une bonne et une moins bonne nouvelle pour la déviation du Taillan-Médoc. La bonne, c’est que le ministère de l’Écologie et le préfet de Région ont fini par faire sauter le verrou qui bloquait la réalisation de l’ouvrage au regard des contraintes environnementales et de la protection de la faune. La moins bonne, c’est que la dérogation accordée n’active pas les travaux. Le chantier ne débutera pas avant 2015.

« Il y aura peut-être quelques travaux préparatoires en 2014, pas plus », précise-t-on au Conseil général. Pour des questions budgétaires, bien sûr, mais pas seulement. Il existe encore des contraintes, comme celles liées au déboisement. On ne peut pas couper les arbres n’importe quand. Pour protéger les oiseaux, par exemple, il y a des saisons totalement interdites, comme la période de nidification. Et sans déboisement, impossible d’attaquer les terrassements, et ainsi de suite…

Bref, la poisse continue de coller à ce dossier. Depuis des décennies, on parle d’une nouvelle route pour le Médoc (la départementale 1215, ex-nationale 215), et elle n’est toujours pas terminée.

L’aménagement du tronçon Bordeaux-Castelnau est inscrit pourtant comme prioritaire depuis 1992. Mais les obstacles se succèdent : le manque d’unanimité, les oppositions, l’impossibilité il y a dix ans de déclarer les travaux d’utilité publique (le Conseil d’État a dû trancher), le transfert de compétences (en devenant départementale, la route s’est retrouvée sous la responsabilité du Conseil général), les contraintes budgétaires et, pour finir, les problèmes liés à la protection de l’environnement.

Voilà pourquoi, à ce jour, seule une partie des travaux est réalisée. Au départ de l’échangeur 8, la déviation d’Eysines est ouverte depuis 2008. À la fin de l’année, le département boucle l’aménagement de la route de Lacanau, du carrefour de Germignan au carrefour du lycée Sud-Médoc, le rond-point à partir duquel partira la déviation de Saint-Aubin-Le Taillan.

Cette déviation fera 7 850 mètres (soit près de huit kilomètres) et traversera les communes de Saint-Aubin, Le Taillan, Le Pian-Médoc et Arsac.

Ce sont les terrains traversés qui ont posé problème. Des bois, des terres riches, des zones humides également, le tout abritant des espèces animales et végétales rares et des lieux de reproduction exceptionnels. À titre d’exemple, l’Azuré de la Sanguisorbe, un papillon que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Si aucune précaution n’était prise, celui-ci disparaîtrait à jamais. D’où les actions menées par les associations de défense.

Cet ultime combat a bien failli faire capoter le projet. Une raison pour laquelle le préfet de Région s’est démené et a utilisé tous les outils à sa disposition, dont ceux attribués en avril dernier par le Premier ministre pour simplifier et accélérer la mise en œuvre de certains projets publics ou privés.

Accord est donc donné aujourd’hui au Département pour la réalisation des travaux mais ce n’est pas un chèque en blanc. Si accord il y a, c’est que le Département a revu sa copie, pris des dispositions pour protéger l’environnement et des engagements pour le suivi de ces dernières.

À titre d’exemple, trois ouvrages souterrains (hydrauliques ou non) étaient prévus pour permettre aux animaux en tout genre de passer sous la route. Il y en aura sept. Les terrains seront aussi moins impactés. Au lieu d’une emprise de travaux de 70 mètres, elle sera de 46 mètres seulement dans les zones humides. Pour compenser, enfin, les zones détruites, 70 hectares de terrain seront délimités et protégés pour que les espèces déplacées puissent se réinstaller et continuer de vivre. Il ne reste maintenant qu’à réaliser la route.

*Photo de la RD1215 vers 18h en direction de l'échangeur de Germignan...

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires