environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles artificialisation des sols - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 20:59

 

 

Disparition des sols agricoles:

Sécurité alimentaire : Arrêtons de grignoter notre garde-manger!

A la COP22 (Marrakech),  France Nature Environnement a rappelé  que chaque seconde, 27 m2 de sol sont artificialisés en France. C’est l’équivalent de plus de 13 stades de football par heure. A l’échelle européenne c’est la superficie de la ville de Berlin qui disparaît sous le bitume chaque année. Pourquoi est-ce inquiétant ? Parce que nous devons prendre soin de nos sols pour garantir notre sécurité alimentaire.

Les espaces agricoles et naturels sont consommés pour faire place à des zones urbaines, commerciales ou industrielles, reliées entre elles par des infrastructures de transports. Les sols agricoles occupant 51% du territoire, sont les premières victimes de l’artificialisation. Sur la période 2006-2012, 87% des territoires nouvellement artificialisés concernent des territoires agricoles.[i] Or il s’avère que les villes se sont historiquement implantées sur des espaces fertiles et que ce sont justement ces sols de grande qualité agronomique qui sont recouverts d’asphalte. Cette préoccupation principale ne doit cependant pas occulter le fait que l’activité agricole affecte aussi la qualité des sols.

Des sols malmenés par l’agriculture industrielle

Le modèle agricole européen a pris le virage de l’industrialisation dans les années 50, oubliant que le sol n’est pas seulement une surface cultivable mais un milieu dont le bon fonctionnement est essentiel à la croissance des plantes. La vie du sol, ses habitants et sa matière organique, sont aujourd’hui malmenés par un modèle qui montre aujourd’hui ses limites. Le tassement transforme les sols agricoles en surface dure dans laquelle l’eau ne peut pas s’infiltrer. En conséquence, les pluies en emportent la couche supérieure. Les pesticides détruisent la biodiversité du sol pourtant essentielle à son bon fonctionnement! N’oublions pas également qu’ils contaminent nos cours d’eau. En bref, les pratiques agricoles industrielles détruisent le fonctionnement naturel de nos sols, rendant les agriculteurs dépendant des produits chimiques et générant une l’agriculture de moins en moins climato-compatible

Notre sécurité alimentaire en jeu, aujourd’hui et à l’avenir

Alors que 99,7% de notre alimentation dépend directement ou indirectement du sol, la dégradation de celui-ci, ainsi que la réduction des surfaces cultivables, constituent une impasse.  Rappelons qu’à l’échelle mondiale, seules 22% des terres sont fertiles. En France nous avons la chance d’avoir des terres fertiles. Nous devons en prendre soin pour ne pas mettre notre sécurité alimentaire en danger.

Pour Jean Baptiste Poncelet : «le principe de neutralité carbone[1] actuellement débattu à la COP22 s’avère très problématique. Certaines initiatives, telles que l’initiative « 4/1000 »[2] promues actuellement pourraient, en l’absence de critères de sauvegarde , ouvrir la porte à des pratiques dangereuses (recours au glyphosate). Ces initiatives doivent avant tout se baser sur les principes de l'agro-écologie pour assurer sauvegarde de l'environnement et sécurité alimentaire, et devenir des vraies solutions.

[1] Compenser les émissions de gaz à effet de serre par de la captation/séquestration

[2] Initiative visant à augmenter la proportion de carbone stockée dans le sol, en particulier dans les sols agricoles

 

---->>> Lire tout l'article sur

http://www.fne.asso.fr/communiques/s%C3%A9curit%C3%A9-alimentaire-arr%C3%AAtons-de-grignoter-notre-garde-manger

 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com - dans Artificialisation des sols
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 16:43
L'artificialisation des sols gagne du terrain : 50 000 hectares de terres agricoles ou naturelles ont disparu en aquitaine entre 2006 et 2014, la Gironde est parmi les départements les plus artificialisés!

En Aquitaine, en 2014, 392 000 ha sont utilisés par des bâtiments, jardins, pelouses, routes

et parkings...L'expansion des zones d'habitat, le renforcement des voies de communication et le

déploiement des zones d'activités, ainsi que l'augmentation de la population, de plus en plus

gourmande en espace : 1200m2 par habitant en 2014 contre 1100m2 en 2006, soit 100m2 de

plus par Aquitain en 8 ans expliquent la disparition de ces 50 000ha de terres agricoles ou

naturelles

En Aquitaine la part d'artificialisation varie du simple au double : ainsi la Gironde, le plus vaste

département d'Aquitaine et de France avec 12,8 % de sols artificialisés se positionne au 20e

rang des départements les plus artificialisés, à l'opposé, les Landes département plus petit avec

ses 6,9 % de sols artificialisés se situe au 73e rang

Entre 2006 et 2014, l'artificialisation s'est étendue à tous les départements : +7000 ha en

Dordogne (+ 9%), +17 000ha en gironde (+17%)

- Premiers moteurs de cette artificialisation : croissance démographique et économique

La région gagne 27 000 habitants par an soit l'équivalent d'une ville comme Bergerac, en

paralèle, en matière de mode de vie, il y a une diminution du nombre de couples, une

augmentation des personnes seules, conséquence, d'un côté on constate une croissance de la

population,des ménages plus nombreux d'une taille moindre (2,9 pers par ménage en 1975,

contre 2,2 pers en 2013) mais qui aspirent à plus d'espace en matière de logement que ce soit

en collectif ou individuel

Noter que le bâti qui ne forme que le quart de l'habitat gagne 12 % en huit ans alors que les

sols artificialisés liés à l'habitation : pelouses, piscines, terrasses, progressent de 20 % (le

marché de vente des piscines privées en France est le 2e marché mondial après les USA)

- Transports dans les Landes et les Pyrénées Atlantiques

En matière d'aménagement du territoire, l'Aquitaine a connu une période de grands travaux

consommateurs d'espaces en particulier au niveau des infrastructures routières : création

Langon-Pau, contournements Bergerac, Lacanau, Dax, Aire sur Adour…

Entre 2006 et 2014 avec une hausse de 13 000ha, les infrastructures enregistrent une hausse

soutenue de +12 %, les Landes et les Pyrénées Atlantiques les plus concernées avec

respectivement chacun 20 % d'accroissement sur 8 ans .

- secteur économique avec ses zones d'activités

Commerces, industries, services publics ou non, sports et loisirs progressent de 14 000 ha sur la

période 2006-2014 soit 1000 ha de plus que les transports…

- 2013-2014 coup de frein par prise de concience, ralentissement économique ?

Pourtant, l'étalement urbain se poursuit, l'artificialisation progresse autour de certaines

agglomérations : métropole bordelaise, Arcachon, Mont de Marsan, Périgueux, Bergerac,

BAB…

De nouvelles zones artificialisées apparaissent le long des infrastructures de transport ou

de nœuds de communication comme le long de l 'axe Bordeaux-Arcachon,

de la A64 , A89, A10 , A63

En 2013 2014, il y a un ralentissement économique traduit par un repli des mises en chantier et

des autorisations de logements individuels (-14 % en 2014)

Serait-ce un effet de la mise en place des commissions départementales de consommation des

espaces agricoles (CDCEA) créées en 2010 pour lutter contre l'artificialisation des terres

agricoles ?

- Les terres agricoles subissent une déprise au profit des sols naturels ou un changement

d'affectation, ainsi du fait de la crise de l'élevage, on assiste au lent déclin des prairies au profit

des cultures céréalières

Ainsi en Gironde, sur les 17 000ha de terres agricoles perdues, 9000 ha rejoignent les sols

naturels, et les 8000 ha restants sont consommés par le bâti.

- Baisse des sols boisés et hausse des landes et friches

La forêt recule : en 8 ans les surfaces boisées ont perdu 37 000ha. Du fait de la tempête Klaus

en 2009 et malgré les travaux pour reconstituer le massif sinistré à plus de 40 %, les parcelles

« non reconstituées » ont été comptabilisées en 2014 par l'enquête Teruti-Lucas en « friches et

landes »

par contre la forêt de feuillus progresse de +7 %, celle des résineux se replie de -6 %

En Gironde, 60 000ha de forêt recencés en 2006, qui, suite à Klaus, sont en 2014 toujours à

l'état de friches (leur état de « friche » justifie force projets de ZAC, de centrale photovoltaïque

au sol…)

En 8 ans, 15 000ha de sols boisés « non économiquement productifs » disparaissent,

depuis 2006, bosquets, haies, ou alignements d'arbres, qu'ils soient à caractère

agricole ou d'habitation, ont perdu le quart de leurs surfaces, cette perte affecte

l'ensemble des départements aquitains mais ce phénomène est plus marqué en

Gironde, dont un tiers de ses haies et bosquets a été détruit : remembrement,

disparition des parcelles à vocation agricole, mécanisation des cultures,

méconnaissance des rôles des haies, agriculture intensive ?

Fc

d'après Agreste Aquitaine déc 2015 n°94 Analyses et résultats Enquête Teruti-Lucas 2014

Comment stopper l'inexorable érosion des terres agricoles ?

L'artificialisation des sols gagne du terrain : 50 000 hectares de terres agricoles ou naturelles ont disparu en aquitaine entre 2006 et 2014, la Gironde est parmi les départements les plus artificialisés!

Partager cet article

Repost 0