environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Le blog de naturjalles.over-blog.com - Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 23:11

Une accalmie en ce samedi 14h , le rendez vous étant à un rond point avenue Mirieu de La Barre à Villenave,  au sud du projet...Des pancartes, des stands nous accueillirent, la police pas loin veillait sur ce rassemblement de courageux, une deuxième perturbation avec vent et pluie étant annoncée... Impossible de pénétrer sur le site entièrement barricadé, même le chemin de halage "public" était inaccessible et barricadé pour des raisons de "sécurité"

Quelques discours et explications...

Derrière les grilles on pouvait voir qu'il y avait eu des remblaiements, la route Mirieu de Labarre continue à dérouler son ruban de bitume entre deux étendues d'eau, constituant deux lacs, et côté "golf" on voit nettement des surélèvements de remblais, entourés d'un rideau d'arbres, des oiseaux, canards, cygnes au pied de ces remblais, les tractopelles au repos mais prêts à se remettre en route pour continuer leur sale travail de destruction d'une zone humide:

Un désastre...

Ce projet de golf sur d'anciennes gravières formant les magnifiques lacs que l'on peut admirer de la route, impacte également le réseau hydrographique de deux affluents de la Garonne : l'Estey de Lugan au Nord du site et l'Eau Blanche au Sud. Le projet n'est pas "en partie" seulement dans la zone Natura 2000 mais entièrement à l'intérieur du site Natura 2000 (FR 7200688) Bocage humide de Cadaujac et St Médard d'Eyrans, il borde la Garonne également Natura 2000 (voir l'Avis de L'autorité environnementale de 2011)

Devinez pourquoi le promoteur a jeté son dévolu sur cet endroit?

C'est l'autorité environnementale (heureusement que cet organe s'occupe d'environnement!) qui le précise, le porteur de projet  a choisi ces terrains parce qu'ils représentaient les dernières surfaces non urbanisées car classées en N3 (zone naturelle) sur le PLU pouvant servir de bassin d'étalement du Lugan en cas de crue! Et les élus, ces tue-biodiversité (n'oublions pas que la biodiversité désigne le VIVANT et que nous en faisons partie), ont bradé sans état d'âme ces espaces naturels! Pour ensuite, certainement modifier le PLU afin de le rendre constructible...(Et dire qu'à St Médard,  le Domaine du Bourdieu, site inscrit, est classé en N3...)

Dans ce projet nous avons la démonstration qu'aucun espace naturel, quelque soit son classement du fait de sa richesse en biodiversité, n'est épargné et n' échappe aux lobbys du béton et ce avec la bénédiction de nos élus...

FC

-->>> Avis autorité environnementale

http://www.sepanso.org/gironde/IMG/pdf/2011ae_137_golf_geneste_villenave_d_ornon_cle6a352c.pdf

-->>> Urbanisation en zone Natura 2000 et inondable à Villenave d’Ornon

http://www.sepanso.org/gironde/spip.php?article157

 

Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000
Journée du 4 février au domaine de Geneste et son projet de golf en pleine zone humide Natura 2000

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
5 février 2017 7 05 /02 /février /2017 20:59

Ce fut une journée très humide: la tête sous la pluie et les pieds dans la gadoue sur les digues du marais...

La Leyre est un petit fleuve qui, lorsqu'il rejoint le Bassin d'Arcachon se divise en deux bras, le bras de Biganos le plus important et le bras du Teich plus modeste au sud du Bassin. La partie terrestre de ce delta d'une surface de 550ha (3,8km de long et 1,5km de large environ)  est une zone humide recouverte de végétations et présentant une grande complexité : de l'amont vers l'aval bois humides, marécages, prairies, près salés (Les Quatre paysans, les Grands prés, Fleury, Courèges) et enfin la presqu'île de Malprat  appelée autrefois Bazaillan puis Bassalane  ( Cl Masse 1708)

Du fait de la richesse limoneuse de ces terres et du milieu aquatique, l'occupation humaine est fort ancienne.

Au Moyen Age, ce territoire appartenait au Prieuré de Comprian  (paroisse de Biganos) puis en 1735 l'île de Malprat  passe dans les mains du Marquis d Civrac. Des marais salants sont aménagés vers 1750, puis au 19e s, cette activité du sel devenant moins rentable(suppression de la taxe dur le sel) ces marais furent reconvertis en réservoirs à poissons.

Les habitants y élevaient bars, muges, anguilles, dorades. Les terres de ce delta restent imbibés d'eau une grande partie de l'année sous l'influence des marées et des crues de la Leyre.

Nous suivîmes le sentier du littoral faisant le tour des prés salés endigués, ces prés salés appartiennent à 21 propriétaires regroupés en une association syndicale créé en 1834 pour une surface exploitée de 66ha. Nous rencontrâmes Michel Villetorte un descendant de ces propriétaires et dernier éleveur de chevaux des prés salés du Bassin d'Arcachon

Le sentier est surélevé car situé sur les digues, il est par endroit bordé d'arbres: chênes, tamaris, baccharis, prunelliers et aubépines dont les racines évitent l'effondrement des digues, la boue, les racines m'obligent à regarder mes pieds! De temps en temps, malgré la pluie, je m'arrête pour  découvrir les prés bordés de canaux communicant avec les eaux de la Leyre par des écluses...On a aperçu un troupeau d'oies sauvages, une aigrette...quelques canards, des vaches à la robe grise et aux grandes cornes. Les anciens canaux  bordés de roselières

où les oiseaux pouvaient s'abriter, était-ce à cause de la pluie ou mon  inattention, je n'ai vu ni

aigrette blanche, ni héron cendré friands de ces espaces humides.

Vison d'Europe, Cistude, campagnol amphibie, spatule blanche, Gorge bleu de Nantes, Fadet des laîches n'étaient pas là à nous attendre!

Les chercheurs ont recensé  93 habitats naturels dont 30 d'intérêts communautaires dont 570 espèces végétales, c'est dire la richesse en biodiversité de ces marais.

Ce delta est en Zone Natura 2000 et bordé par le Parc Naturel Marin du Bassin d'Arcachon et labellisé RAMSAR, label qui permet de reconnaître non seulement les caractéristiques écologiques d'un site, mais surtout sa gestion exemplaire en cohérence avec les obligations internationales et communautaires, directives Oiseaux et Habitats  de la Convention RAMSAR

Malgré la pluie, la boue et quelques chutes sans gravité, notre groupe semblait heureux de cette journée pleine de charme mélancolique...

FC

- Arrivés par le petit port du Teich, vide de ses bateaux pour dragage,   nous avons eu la joie d'y voir aigrette, colvert...

Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss
Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss

Les marais, prés salés du delta de la Leyre, le petit port du Teich vide de ses bateaux et quelques visiteurss

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
3 février 2017 5 03 /02 /février /2017 20:12

       

Je ne sais pas si le Sud ouest pratique une sorte de censure, mais l'article "la guerre du golf s'enlise- Villenave d'ornon  La journée mondiale des zones humides  prend un écho particulier sur le chantier du golf" publié dans le Sud ouest le 2 février et signé de Hervé Pons est introuvable sur l'édition en ligne (même pour les abonnés)

et n'apparait que dans l'édition en pdf accessible aux abonnés; (et ce n'est pas la 1ere fois que cela arrive)!

bizarre, non?

Cathy Lafon sur son site "Ma planète" reprend l'information :

Du 27 janvier au 6 février, pour la onzième année consécutive, la France organise les Journées des zones humides. Marais, tourbières, prairies humides, mangroves, deltas, baies, rives de lacs et de rivière... Ces milieux abritent en effet une multitude d'espèces animales et végétales, et constituent d'incroyables écosystèmes et des réservoirs de biodiversité exceptionnels.  

Avec en point d'orgue, une Journée mondiale, célébrée partout sur la planète le 2 février, depuis 46 ans, et consacrée en 2017 au "rôle primordial de ces territoires pour la prévention des catastrophes naturelles". Une hématique qui, chez les écolos, n'est pas tombée dans l'oreille de sourds. Car pour les zones humides, c'est loin d'être gagné partout : on estime à environ 2,5 millions d’hectares la surface de ces territoires disparus  au cours du XXème siècle.

Le "on" et le "off"

Alors cette année, pour les journées des zones humides, en France et en Gironde, c'est comme au festival de théâtre d'Avignon. Il y a le "on", avec de multiples programmations officielles de visites et d'animation pour faire découvrir au grand public l'existence de ces zones indispensables à la pérennité de nos écosystèmes, et mettre en lumière les mesures prises pour les sauvegarder.

C'est que, même classés zones Natura 2000, où protégés par l'Europe via les Directives eau ou habitats, ces espaces naturels fragiles, indispensables à l'équilibre de la planète et de son climat, sont loin d'être hors de danger. C'est le cas à Notre-Dame-des-Landes (Pays-de-Loire), le site emblématique du futur aéroport nantais ultra-contesté ou encore en Gironde, à Villenave-d'Ornon, où la municipalité est en train d'aménager avec le groupe Mulliez (Auchan, Décathlon etc.) et Plabo SAS, un golf immobilier (assorti d'un parc d’affaire, d’hôtels de luxe et de lotissements), réalisé par le groupe Vizzion Europe sur 200 hectares de zones humides et qui devrait ouvrir en juin 2017.

Des terrains qui régulent la montée des eaux de la Garonne

Au grand dam des défenseurs de la nature, qui rappellent l'importance de ces espaces naturels classés Natura 2000 et qui abritent des espèces en voie de disparition comme l'angélique des estuaires ou le vison d'Europe. Mais aussi, des terrains inclus dans leur quasi totalité à l'intérieur du périmètre défini par les cartes de surfaces inondables et des cartes de risques d'inondation pour les territoires à risque importants d'inondation du bassin Adour-Garonne, telles qu'elles ont été arrêtées par le Préfet de la région Midi-Pyrénées, coordinateur du bassin Adour-Garonne, le 3 décembre 2014.

Samedi 4 février, la Journée "off" des zones humides, au Domaine de La Plantation

Aussi, à Bordeaux et à Villenave-d'Ornon, y a-t-il aussi cette année le "off" des journées des zones humides. Les opposants au projet du golf de la Plantation profitent de l'occasion pour enfoncer le clou, et sensibiliser le grand public au rôle essentiel de ces zones tampons qui stockent naturellement les débordements de la Garonne et vous donnent rendez-vous à Villenave-d‘Ornon, à 14 h  devant le chantier du futur golf-immobilier, devant le rond-point de l'entrée principale du Domaine de la Plantation (avenue Chevalier-de-Labarre).

Au programme: une visite du site, des expositions sur les paysages, la faune et la flore d'aujourd'hui et d'hier, des
interventions d’agriculteurs locaux, de scientifiques et de naturalistes, des ateliers peinture, des lectures à voix haute pour enfants.... Mais aussi des prises de paroles d'acteurs politiques, très attendues par les organisateurs, en cette période électorale. Sur ce point, jusqu'à présent, exception faite des militants et élus d'Europe Ecologie-Les Verts, qui ont notamment lancé l'alerte sur le risque inondation le 12 octobre 2016, du député PS Christophe Premat, en charge des Français établis en Europe du Nord,  et du vote d'une motion défavorable au Conseil départemental de la Gironde, le 30 juin 2016, portée par les écologistes et et le groupe socialiste, force est de reconnaître que les élus ne se sont pas bousculés pas au portillon pour s'emparer de la question du golf de Villenave...

Pétition, plainte pour atteinte au code de l'environnement....

---->>> http://maplanete.blogs.sudouest.fr/archive/2017/02/04/jounees-des-zones-humides-et-le-golf-de-la-plantation-1055574.html

---->>> Association "Villenave d'Ornon Oxygène "

                                 plantation@riseup.net

Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...
Une journée pour sauver les zones humides, demain samedi 4 février à Villenave d'Ornon pour découvrir le saccage du Domaine de la Plantation: 200ha de zones humides classées Natura 2000 pour aménager un golf et un parc d'affaires...

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
29 janvier 2017 7 29 /01 /janvier /2017 18:33
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017

Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants

sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017

 

Malgré le temps froid et gris, nous étions une dizaine autour de Marie-Françoise, derrière sa lunette à l’affût des oiseaux hivernants, sur les berges de ces lacs artificiels.

Le lac de Bordeaux, les zones d’expositions, d’habitations, commerciales, de terrains de sports ou de parcs publics qui l’entourent, sont situés sur l’emplacement des anciens grands marais de Bordeaux, 3000 hectares environ qui ont été urbanisés depuis les années soixante. Les hommes ont toujours retiré de nombreuses ressources du marais mais à partir du règne d’Henri IV les aménagements hydrauliques (digues, fossés, pelles barrages…) des hollandais vont permettre le développement des activités d’élevage. Les grandes étendues de roseaux vont faire place aux prairies et au bocage. Au 20ème siècle, en moins de 30 ans, l’urbanisation et l’artificialisation des milieux vont détruire 90 % du marais. La réserve de Bruges (260 hectares) a été créée pour sauvegarder la relique de ce marais avec une partie de sa biodiversité.

Les lacs de Bordeaux et de Blanquefort attirent malgré tout de nombreux oiseaux hivernants. Les rives sont plus ou moins colonisées par les cardères, les roseaux, les saules et les aulnes, quelques chênes des marais et bouleaux verruqueux. Ce sont des espèces pionnières acceptant les sols pauvres, humides et ensoleillés. On trouve aussi une espèce très invasive « l’herbe de la pampa », introduite au départ par l’homme. La profondeur de ces anciennes gravières permet la pêche par les cormorans ou les canards dits « plongeurs ». Par contre certaines berges bétonnées et abruptes ne sont pas favorables aux allers et venues des batraciens, des tortues aquatiques ou à la pêche des échassiers et petits limicoles.

Nos premières observations se font depuis la rive ouest du lac, sur la berge sablonneuse qui longe le boisement de pins maritimes, un chevalier guinette hivernant s’envole à notre approche. Par contre, un colvert mâle s’approche, sans doute habitué à la présence des promeneurs distribuant miettes de pain ou graines. Sur la passerelle piétonnière, sous la rocade, nous orientons la lunette vers un groupe de grands cormorans en plumage nuptial, séchant sur les pontons de l’école de voile. Foulques macroules, canards chipeaux, sarcelles d’hiver vont et viennent sur le plan d’eau à la recherche de leur nourriture : graines, organismes microscopiques, sans se préoccuper les uns des autres. Près d’une petite plage aménagée, une gallilune poule d’eau passe sous les branches, elle picore à la surface de l'eau dans la végétation ou plonge la tête, à la recherche de graines ou de petits vers. Une aigrette garzette agite l’eau et le sable avec ses pattes à la recherche de quelques invertébrés. Un héron cendré passe devant la haie des grands arbres, prospecte-il pour installer son nid sur le plus haut d’entre eux ? L’envol de deux cygnes tuberculés casse la surface du plan d’eau.

Nous nous retrouvons pour un deuxième arrêt sur les berges bétonnées des complexes hôteliers. Une vingtaine de grèbes castagneux plongent à la recherche de leurs proies et réapparaissent quelques dizaines de mètres plus loin sous les yeux du «grand cousin», le grèbe huppé. Ils se nourrissent de mollusques, larves d’insectes, poissons aquatiques, les migrateurs complètent la population des sédentaires l’hiver. Pour nicher, ils s’installent sur les plans d'eau ceinturés de roseaux, ils ont besoin de végétation palustre assez épaisse parmi laquelle ils placent leur nid flottant ou reposant sur la vase. Quelques mouettes rieuses témoignent de la proximité de la Garonne et de l’estuaire de la Gironde, au printemps, elles peuvent nicher à l’intérieur des terres.

Notre dernière halte se trouve sur les berges des lacs de gravières de Blanquefort, l’une d’elle est encore en activité. Deuxième consommation nationale après l’eau, le granulat « pèse » 380 millions de tonnes par an, soit 7 tonnes par habitant et par an. L’exploitation des ces ressources naturelles, même si elle est règlementée, pose des problèmes environnementaux : destruction du rôle régulateur et filtreur sur le cycle de l’eau des zones humides, nombreux va-et-vient de camions… de plus, la réhabilitation écologique des gravières se fait quelquefois attendre.

La gravière non exploitée est une zone de remise pour les canards hivernants. Nous observons un groupe hétérogène constitué par : des canards milouins, reconnaissables à leur tête rousse, des fuligules morillons, noirs et blancs, ils mangent tout ce qu'ils peuvent atteindre en plongeant, aliments d’origine végétale ou animale. A ces espèces s’ajoutent des canards souchets reconnaissable à son large bec noir et des sarcelles d’hiver plus petites, eux se nourrissent à la surface de l’eau. Au loin, s’envolent deux spatules blanches, grands échassiers, elles se reconnaissent à leur façon de pêcher, elles fouillent la vase du bec par des mouvements de balayage horizontal de gauche à droite. Vers les boisements des marais de Parempuyre on reconnait le vol d’une cigogne blanche, une des premières revenant de sa migration hivernale. Annonce-t-elle le retour de la douceur ?

En souhaitant vous retrouver nombreux pour la prochaine sortie, je vous invite à regarder les photos prises ce jour là, avec quelques photos supplémentaires de Marie-Françoise et Jacques pour vous aider à déterminer ces espèces hivernantes . Merci à tous pour votre participation et à  bientôt !

Christine Boursier.

Pour consulter les fiches d’identification des oiseaux : www.oiseaux.net/

Pour les enfants :http://www.pouyo.com/

Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017
Sortie nature avec Naturjalles: les oiseaux d’eau hivernants sur les lacs de Bordeaux et de Blanquefort, mercredi 25 janvier 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
28 janvier 2017 6 28 /01 /janvier /2017 00:00

   

Devant la quatrième chambre du tribunal correctionnel de Bordeaux, le ministère public a requis hier 50 000 euros d’amende à l’encontre des sociétés Roxel et Airbus-Safran Launcher, spécialisées dans les moteurs de fusées et de missiles.

    Les deux sociétés sont poursuivies pour une pollution de la Jalle, la rivière qui coule près du site, survenue le 5 juillet 2015 à Saint-Médard-en-Jalles. Ce jour de canicule, un incendie s’était déclaré dans un entrepôt de la société Roxel (filiale de Safran), contenant plusieurs tonnes de galettes imprégnées de nitroglycérine. Le sinistre avait nécessité l’intervention des pompiers qui, naturellement, ont déversé d’importantes quantités d’eau pour venir à bout du feu sur ce site particulièrement sensible, classé Seveso, seuil haut. La plateforme cogérée par les sociétés Roxel et Herakles ne disposant pas de bassins de rétention, 1 300 mètres cubes d’eau chargée en nitroglycérine s’étaient déversés directement dans la Jalle, occasionnant la fermeture pendant un mois de trois points de captage en eau potable alimentant la métropole. Des poissons avaient par ailleurs été retrouvés morts.

Les sociétés plaident la relaxe

 « L’ouverture d’un barrage par Herakles quelques heures après les faits a peut-être permis d’évacuer quelques centaines de poissons crevés qui marinaient là », tacle Me François Ruffié, l’avocat de la Sepanso, qui s’est constituée partie civile. Les experts s’étaient en effet beaucoup interrogés sur cette ouverture mais n’avaient pas pu prouver son incidence sur la diffusion de la pollution. « On a aussi vu des poissons vivants. Vous êtes face à un incident, une pollution ponctuelle qui n’a pas eu d’incidence sur le milieu », estime Me Denis, l’avocat de la société Roxel.

Avant de plaider la relaxe, fort d’un argumentaire qui sera sans doute moyennement apprécié par les pompiers : « J’ai beaucoup entendu parler des conséquences de l’intervention des pompiers, je n’ai pas compris ce qui était reproché à Roxel ». Quant à Herakles, elle a procédé il y a quelques mois à une cession partielle d’actifs à Airbus-Safran-Launcher qui exploite désormais le site. « La personne morale absorbante ne peut être responsable pénalement des infractions commises par la personne morale absorbée », estime son avocat Me Demard qui plaide également la relaxe pour la seconde filiale de Safran.

Ordre public environnemental

 Pour sa part, le procureur Nathalie Mathieu a invoqué l’ordre public environnemental, rendant selon elle les deux sociétés responsables. Dans l’affaire Erika, cette notion avait été invoquée pour passer outre l’autonomie juridique des sociétés en situation de groupe, au nom de la lutte contre l’organisation de « l’insolvabilité environnementale ». Le tribunal, présidé par la juge Caroline Baret, rendra sa décision le 23 février.

...Il y a eu un précédent mais cette fois il s'agissait de pollution au perchlorate, et dire que la Jalle est classée Natura 2000!

Des eaux au perchlorate en janvier 2015

Seuls ces faits ont pour l’heure donné lieu à des poursuites pénales. Mais le tribut payé par la Jalle, cette petite rivière dont le bassin-versant alimente une grande partie des captages en eau potable de Bordeaux, ne commence pas avec la nitroglycérine. En janvier 2015, ce sont 6,5 kg de perchlorate d’ammonium qui se sont échappés dans le cours d’eau. Ce produit issu de la production du propergol (carburant pour les fusées) pourrait notamment avoir des effets sur la production d’hormones par la thyroïde. C’est une inspection de la Dreal qui a découvert l’incident en avril 2015. Roxel a confirmé les faits, indiquant qu’ils étaient dus à des travaux effectués par Herakles sur des canalisations souterraines. Personne ne les ayant signalés lorsqu’ils se sont produits, aucune étude d’impact à court terme n’a pu être effectuée. Et celle à long terme, réalisée à la suite de l’inspection, n’a pas révélé de dommages.

En 2011, une première alerte d’envergure avait été lancée, toujours à cause du perchlorate d’ammonium. Les études avaient révélé une contamination massive des eaux souterraines et de la Jalle par ce produit utilisé depuis des décennies sur ce site (qui abritait autrefois la Poudrerie de Saint-Médard-en-Jalles) et qui ne faisait alors l’objet d’aucune réglementation en France. Depuis, 25 % des captages en eau potable de la métropole ont dû être fermés…

--->>>http://www.sudouest.fr/2017/01/24/roxel-et-airbus-safran-au-tribunal-3133602-3145.php?xtcr=2

 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 21:37

 

Journée mondiale des zones humides!


Venez découvrir le saccage du Domaine de la plantation
Le 4 Février
A Villenave d'Ornon


 A partir du 2 février auront lieu les journées mondiales des zones humides. Toutes les

collectivités organiseront des activités découvertes pour mettre en avant leurs exploits

en matière de sauvegarde des zones humides ( Toutes??)

 Mais la réalité est toute autre : tous les jours, des municipalités et des multinationales

saccagent des zones humides pour faire du profit.


 Conséquence : on estime qu’environ 2,5 millions d’hectares de zones humides ont disparu

au cours du XXème siècle.

 La commune de Villenave-d’Ornon aidée des multinationales que sont le groupe

Mulliez (Auchan, décathlon etc.) et Plabo SAS ne déroge pas à la règle.
 Ainsi sur cette commune, ce sont 200 ha de zones humides, classés en site Natura 2000,

qui sont en cours de destruction pour l’aménagement d’un golf, d’un parc d’affaire, d’hôtels

de luxe et de lotissements.

 Comble de l’ironie, la thématique de la journée mondiale des zones humides cette année

est : « Des zones humides pour la prévention des catastrophes ». Or, le domaine de la

Plantation faisait justement partie des ces zones tampons qui stockaient les débordements de la Garonne.

Ainsi, le Samedi 4 février 2017, le collectif contre le projet de golf-immobilier de Villenave-d’Ornon vous invite à venir découvrir la réalité du terrain.


 Ce sera l’occasion pour nous tous de protester contre cette hypocrisie.
Un premier RDV est donné à 11h devant la mairie de Bordeaux, avec votre vélo, pour

interpeller Alain Juppé, président de Bordeaux métropole et dénoncer son double discours :

développement Durable et protection de l’environnement d’un côté et bétonnage frénétique

avec destruction des milieux naturels de l’autre.

 Ensuite une randonnée à vélo s’élancera pour rejoindre le second rendez-vous à

Villenave_d‘Ornon (37 minutes de vélo).
 

  •  Second RDV à 14h devant le projet de golf immobilier de Villenave-d’Ornon :

 Nous vous proposerons :
 - une visite du site,
 - des expositions sur les paysages, la faune et la flore anciennement présents

 - des interventions d’agriculteurs (confédération paysanne), de naturalistes,
 de pédologues et autres spécialistes,
 - des prises de paroles,
 - un grand feu de la Saint-Jean,
 - des ateliers peinture,
 - un fil d’expression et des porteurs de parole,
 - Des lectures à voie haute pour enfants


 Au moins l’espace d’une journée réapproprions-nous le domaine de la Plantation !

 

  •  RDV Samedi 4 février à

           11H devant la mairie de Bordeaux avec votre vélo


           12 H randonnée en vélo jusqu'au domaine de la plantation à Villenave-d'Ornon
 
          14 H action au Domaine de la Plantation - Avenue Chevalier de Labarre (Rond-point

           avec un bateau)

Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!
Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!
Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!
Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!
Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!
Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!
Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!

Le Projet "écologique", le site avant et aujourd'hui!

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 21:37

Chers adhérents (dont Naturjalles)

A l'occasion de la Journée mondiale des zones humides, la SEPANSO Gironde et la Coordination Environnement du Bassin d'Arcachon organisent une randonnée de découverte du delta de la Leyre le jeudi 2 février 2017, dans l'après-midi (voir la fiche descriptive ci-jointe).

 

N'hésitez pas à relayer largement ce message, cette visite s'adresse à tous publics.

 

Pour tout renseignement, merci de contacter Jean-Marie Froidefond (jm.froidefond@orange.fr) qui sera notre guide lors de cette journée.

Bien cordialement.

Le Conseil d'administration de la SEPANSO Gironde

 

 

 

La SEPANSO Gironde

La SEPANSO Gironde

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 18:48

Comment favoriser la biodiversité dans mon jardin ?

  1. Je crée des milieux variés pour attirer les animaux :
  • Je plante des haies pour les oiseaux, insectes ... Ils y trouveront nourriture et abris.
  • J’utilise des espèces végétales de ma région, adaptées à leur milieux, elles pousseront mieux et seront plus résistantes.
  • Je pense à ne pas supprimer les lieux où nichent les oiseaux, j’installe des nichoirs.
  • L’hiver, je pose des mangeoires, j’accroche des boules de graisse.
  • En été, je place des abreuvoirs, les oiseaux se nourriront des insectes parasites de mes cultures.
  • J’aménage une petite mare, habitat pour les grenouilles, crapauds, tritons qui se chargeront de chasser certains insectes, limaces ou escargots, se trouvant en trop grande quantité dans mon jardin.
  • Je laisse un coin de prairie haute pour permettre la croissance des plantes herbacées qui abritent et nourrissent de nombreux insectes : les prédateurs des insectes parasites des légumes et arbres fruitiers et les pollinisateurs.

En complément, je plante des fleurs mellifères.

  • Je laisse dans le fond de mon jardin vieux troncs, tas de bois, muret de pierres sèches : refuges pour les hérissons, petits mammifères, lézards, crapauds, insectes…

2. Je bannis les produits chimiques de mon jardin, pesticides et engrais chimiques. Leur utilisation est néfaste pour l’ensemble de la faune et de la flore, elle pollue l’air, l’eau et tue la microfaune du sol.

  • Je paille mes cultures et plantations, je désherbe à la main.
  • J’utilise des produits naturels : décoctions et purins végétaux.
  • J’utilise des engrais naturels comme le compost et le fumier, des engrais verts (lupin, luzerne…), le purin d’orties ou encore les engrais à base d’algues, de corne broyée, de sang séché.
  • J’apprends à maintenir l’équilibre entre animaux, végétaux, micro-organismes…

pour des plantes en bonne santé et un jardin plein de vie !

Christine du Haillan

Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine
Les Oiseaux du jardin en hiver par Christine

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 22:10

 

Un communiqué commun : pas d’argent public pour le foie gras !

 
R E P E N S O N S  L’ A V I C U L T U R E ! Des centaines de millions d’euros d’argent public sont versées à une filière qui est incompatible avec le bien-être animal et qui représente un gaspillage gigantesque (et un débouché pour le maïs…).

Communiqué de presse commun, lundi 23 janvier 2017 avec

CIWF France (Compassion in World Farming)

LFDA (La Fondation Droit Animal Ethique et Sciences)

OABA (Œuvre d’Assistance aux Bêtes d’Abattoir)

Welfarm (Protection Mondiale des Animaux de Ferme)

CP foie gras

Des millions d’euros pour des massacres

Pour la deuxième année consécutive, la filière foie gras est concernée par des abattages massifs d’animaux sains, dans le but d’endiguer l’influenza aviaire H5N8 hautement pathogène. 1,8 millions d’animaux ont été tués[1], essentiellement des canards. La filière foie gras annonce des pertes de 120 millions d’euros[2], et le gouvernement s’est engagé à indemniser les canards[3] et les vides sanitaires selon les mêmes barêmes que l’année précédente. Car il y a un an déjà, lors de la précédente crise d’influenza aviaire, le repeuplement des élevages à foie gras aurait été financé à hauteur de 130 millions d’euros par le gouvernement, et 60 millions étaient proposés pour les entreprises aval[4]. Les collectivités territoriales s’engagent à nouveau pour apporter des millions supplémentaires.

Une menace sur les volailles en plein air

La stratégie sanitaire mise en œuvre ordonne le confinement de millions de volailles. Elle annihile de ce fait – et c’est grave – l’atout des filières de volailles en plein air, les seules dignes d’être soutenues. Elle met aussi des contraintes insupportables sur les particuliers qui respectent leurs animaux.

[...]

Déni des obligations légales

  • Les conditions de production et de gavage, et en particulier les nouvelles cages soi-disant « aux normes », et subventionnées, restent illégales[6], car sans litière.
  • Le gouvernement s’appuie sur une interprétation trompeuse de la législation pour la protection des animaux, afin de ne pas appliquer des textes qui sont pourtant contraignants, comme l’a affirmé la Commission européenne.

----->>> TOUT L'ARTICLE SUR http://collectifpleinair.eu/pas-daides-publiques-pour-le-foie-gras/

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 18:34

Les forêts cévenoles changées en bois d’allumettes

Charlie Hebdo – 18/01/2017 – Fabrice Nicolino

[...]

Le 5 février, il faudra être à Gardanne.
A Gardanne, il y avait jadis une centrale thermique à charbon dont l’unité 4 a été transformée en gigantesque centrale à bois par la transnationale d’origine allemande E.ON, troisième producteur d’énergie dans le monde. La municipalité communiste et la CGT locale soutiennent le projet. E.ON a déjà investi 250 millions d’euros dans l’affaire  et prévoit de distribuer une électricité « verte » à 440 000 ménages de la région marseillaise. C’est donc génial ?
Mais pas du tout. Sous dix ans,la centrale devrait cramer 850 000 tonnes de bois chaque année, et a déjà commencé sa noble tâche en important du bois venu du Canada et d’Amazonie… C’est sympa, mais, le reste le sera aussi, car les importations doivent baisser, puis disparaître. Le projet est « durable », forcément « durable » et strictement local, pardi.
Où trouver les 850 000 tonnes par an dans le Sud ? Compte tenu du volume, il faudra arracher dans un rayon de 400 km, qui inclut les Cévennes, où un collectif batailleur – SOS forêt Cévennes –  a vu le jour. Selon toute vraisemblance, un nouveau massacre à la tronçonneuse se prépare, sous nos yeux. Les coupes rases, financées sur fonds publics – indirectement, 1,4 milliard d’euros sur vingt ans – sont-elles l’avenir de la forêt?

---->>> Source

https://resistanceinventerre.wordpress.com/2017/01/23/les-forets-cevenoles-changees-en-bois-dallumettes/

--->>> Nos forêts seront-elles le combustible de demain

https://sosforetcevennes.wordpress.com/

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article