environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Le blog de naturjalles.over-blog.com - Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 18:44
Qu'en est-il de la biodiversité à St Aubin du Médoc qui a lancé une enquête publique (du 9 septembre-12 octobre) pour un Programme d'Aménagement d'Ensemble de 60ha dans un site entièrement NATUREL?

Cette opération est localisée à proximité du site Natura 2000 Réseau hydrographique des jalles de St Médard et d'Eysines: une étude d'incidences Natura 2000 a été réalisée

---------------------------

Voici l'intitulé de cette "Enquête Publique" proposée du

Lundi 9 septembre au Samedi 12 octobre 2013

"Etude d'impact concernant le projet Domaine du Parc aux Vignes (annonce parue dans Sud-ouest)

Pas très précis et détaillé comme intitulé...

Naturjalles est allée à la mairie pour en savoir un peu plus: aucune annonce sur la porte d'entrée de la mairie à propos de cette enquête!

L'intitulé sur le dossier est un plus détaillé:

C'est bien "une étude d'impact PAE (Plan d'Aménagement d'Ensemble) des Vignes suite au permis d'aménagement déposé par Gironde Habitat"

Deux énormes dossiers: l'étude d'impact sur l'environnement août 2012 réalisée par IRIS Conseil à la demande de Gironde Habitat- St Aubin du Médoc -PAE secteur des Vignes

comprenant également un "Dossier Loi sur l'eau relatif à la réalisation d'un PAE le maître d'ouvrage étant Gironde Habitat datant de JUIN 2013

et le dossier du Permis d'aménagement

Naturjalles alertée par l'avis de l'autorité environnementale plutôt "restrictive" quant à ce projet, car elle avait souligné les points faibles de ce projet en plein site NATUREL et "potentiellement" humide (un ruisseau La Pudote à sec l'été au sud du secteur les Vignes).

Une Révision simplifiée(voir 1 modalités) N°18 du 27 mai 2011 avait pris soin en toute légalité de modifier le PLU, voici des extraits de ce projet lors de la demande de "Révision simplifiée"

"La révision simplifiée du PLU dans le secteur des Vignes à St Aubin de Médoc, qui doit permettre la mise en œuvre d'une opération d'aménagement à vocation principale d'habitat n'a pas d'incidence sur l'environnement du secteur"

Cette révision précise ensuite: "Les 4000m2 d'Espace boisé classé à conserver qui sont supprimés sont remplacés par une protection paysagère au titre de l'art L123-1-7 du code de l'urbanisme...Deux franchissements piétons sont prévus sur le ruisseau pour préserver la qualité paysagère et remarquable du secteur". Suite à cette révision, ce qui était classé en zone naturelle est devenue "constructible"!

Au final ce PAE prévoit environ 440 logements, l'Autorité environnementale reproche que l'ensemble de l'étude d'impact ne porte pas sur l'ensemble du projet c'est à dire 60 ha , car le permis d'aménager porte sur la 1ere tranche d'environ 10ha en 2 phases pour un total de 101 logements

Iris Conseil répond à l'Autorité Environnementale par "une note complémentaire" qui confirme et précise en ce qui concerne le milieu naturel:jugez de la richesse de ce milieu naturel qui ne sera pas bouleversé par les travaux!

FAUNE:

- Présence de l'Engoulevent d'Europe au niveau de la coupe

- La Présence avérée d'une chauve souris occupant un arbre remarquable (cavité)

- Présence potentielle de chauves-souris forestières: Gîte d'hiver, gîte d'été(mâles et colonie de reproduction) et terrain de chasse

Iris Conseil parle de "prospection de terrain" et non d'inventaire faite les 26 janvier et 24 avril 2012: la météo non favorable n'a pas permis de trouver la présence d'insectes comme les rhopalocères (famille des papillons de jour, en France 16 papillons de jour sont menacés de disparition à court terme) ) ou les odonates (libellules)

Comme cette prospection n'a pas permis de recenser des amphibiens...Impasse sur les oiseaux

-Les Chênes-lièges abritent le Grand capricorne

FLORE

- Recensement de plusieurs stations de jacinthe des bois

- La chênaie acidiphile est un habitat abritant les chiroptères

Ce projet devrait supprimer 97 918m2 de chênes principalement!

Les Mesures compensatoires! Estimation des mesures en faveur de l'environnement en espèces sonnantes et trébuchantes: après avoir détruit et artificialisé le sol, voici les frais "d'entretien" (tous ces services étaient rendus par la forêt)

on est en pleine "farce écologique"!

  • Le lotissement: les espaces verts: la phase Directive cadre

eau DCE? estimée à 432 000€

  • Création d'un espace vert tampon: 30 000€
  • Boisement compensateur : mise en valeur du Bois de Courmateau et la participation à la création de jardins familiaux pour 20 000€
  • Nettoyage et éclaircissement de la forêt du site du Domaine du Parc 18 000€
  • Modelage du terrain pour la gestion des eaux pluviales 64 000€
  • Plantation et engazonnement 150 000€
  • L'arrosage 45 000€

L'entretien des espaces verts 41 000TTC / an

Le cahier des observations pour l'enquête publique était vierge de la moindre remarque!

Les amoureux de la nature et de la biodiversité courrez à la mairie mettre votre opposition à ce projet destructeur de la biodiversité et qui favorise l'étalement urbain

cela peut se faire par courrier à adresser au Commissaire enquêteur Jacques DUBREUILH

Mairie de St Aubin de Médoc (près de l'église)

tel 05 56 70 15 125

Heures d’ouverture :

du lundi au jeudi : de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30
Le vendredi : journée continue de 8h30 à 17h00
Le samedi : de 9h30 à 12h00

FC

1- Rappel des procédures de révision simplifiée :après le passage en séance CUB, le dossier (art L300-2 du CU) fait l'objet d'une concertation associant les habitants , les associations locales, et les personnes concernées puis le dossier est examiné avec les personnes publiques associées par l'Etat, SYSDAU, commune, Conseil Général, Conseil Régional, Chambre d'agriculture, Chambre des métiers, chambre de commerce et industrie...Enquête publique..

-> Avis de l'autorité environnementale

http://www.donnees.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/DOCUMENTS/MCE/EVALUATION/AVIS_PROJETS/P_2013_087_defrichement_dommaine_du_parc_St_Aubin_de_Medoc.pdf

ou

http://www.donnees.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/DREAL/?version=AvisAE

P 2013-087 Lotissement "le domaine du Parc" défrichement - Saint Aubin du Médoc -Avis - carte

Qu'en est-il de la biodiversité à St Aubin du Médoc qui a lancé une enquête publique (du 9 septembre-12 octobre) pour un Programme d'Aménagement d'Ensemble de 60ha dans un site entièrement NATUREL?
Qu'en est-il de la biodiversité à St Aubin du Médoc qui a lancé une enquête publique (du 9 septembre-12 octobre) pour un Programme d'Aménagement d'Ensemble de 60ha dans un site entièrement NATUREL?
Qu'en est-il de la biodiversité à St Aubin du Médoc qui a lancé une enquête publique (du 9 septembre-12 octobre) pour un Programme d'Aménagement d'Ensemble de 60ha dans un site entièrement NATUREL?
Qu'en est-il de la biodiversité à St Aubin du Médoc qui a lancé une enquête publique (du 9 septembre-12 octobre) pour un Programme d'Aménagement d'Ensemble de 60ha dans un site entièrement NATUREL?
Qu'en est-il de la biodiversité à St Aubin du Médoc qui a lancé une enquête publique (du 9 septembre-12 octobre) pour un Programme d'Aménagement d'Ensemble de 60ha dans un site entièrement NATUREL?

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 18:25
Sus aux loups! L’écologie selon le gouvernement Hollande :  le retour des battues du 19ème siècle!

Mardi 17 septembre 2013

L’écologie selon le gouvernement Hollande :
le retour des battues du 19ème siècle

Le ministère de l’Environnement autorise les chasseurs des Alpes-Maritimes et du Var à tuer des loups au cours de leurs battues au « gibier » dans les secteurs concernés par des arrêtés de « tir de prélèvement », sans aucun encadrement officiel.

Y a-t-il encore un ministère de l’écologie en France ?

L’autorisation des battues aux loups est une régression d’un siècle et un coup de poignard dans le dos de la protection de la biodiversité. L’Etat piétine son propre Plan loup 2013-2017 signé en mars dernier, bafoue la protection légale de l’espèce, et s’assoit sur les engagements européens de la France. Nous demandons au Président de la République l’annulation immédiate de cette mesure extrêmement grave et irrecevable juridiquement.

Des destructions incontrôlées

Le Plan loup, déjà défavorable à l'espèce, fixait un plafond de 24 loups pouvant être tués pour l’année en cours. Ce nombre maximal est immédiatement devenu un objectif à atteindre pour les pouvoirs publics et pour certains politiques proches des milieux agricoles. Le constat est déjà fait que ces tirs ne solutionnent rien. Les battues de chasseurs non encadrés sont en plus la porte ouverte à toutes les dérives, alors que les tirs sont déjà mal maîtrisés : une louve allaitant 5 louveteaux a été abattue, un loup a été tiré par des chasseurs sans que son cadavre ait été retrouvé. Il est évident que plusieurs loups pourront être tués ou blessés au cours d’une battue sans qu’on le sache, et sans qu’on puisse avoir aucun contrôle.

Le loup ne doit pas être instrumentalisé contre l’intérêt général

Alors que la seule solution viable à long terme passe par un gardiennage efficace des troupeaux et une remise en cause des conduites pastorales inadaptées, le gouvernement s’attaque au loup pour donner des gages aux lobbies de la chasse et de l’agriculture. La filière ovine est économiquement en difficulté. Si la société française fait le choix de maintenir l'élevage ovin en le soutenant avec de l’argent public, on est en droit d’attendre que cette activité soit mise en oeuvre de façon compatible avec les enjeux du 21ème siècle, et avec les attentes de la société en matière de protection de la biodiversité.

Télécharger la brochure:
« Loup : pour en finir avec les
contre-vérités sur le pastoralisme et sur la
chasse »



Contacts presse :

ASPAS : Pierre Athanaze - 06 08 18 54 55
FERUS : Jean-François Darmstaedter - 06 30 20 59 64
LPO : Marie-Paule de Thiersant - 06 77 05 72 64
SFEPM : Pierre Rigaux - 06 84 49 58 10
WWF : Jean-Christophe Poupet - 06 15 41 60 38

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 16:34
Des compteurs « intelligents » contre la décroissance par Stéphane Lhomme

Des compteurs « intelligents » contre la décroissance

( Chronique de Stéphane Lhomme parue dans La Décroissance sept 13) avec son aimable autorisation pour Naturjalles

Des compteurs de gaz et d’électricité doivent être installés dans tous les logements. Sous couvert de développement des énergies renouvelables et d’économies, ces petites merveilles nous satureront un peu plus d’ondes wifi et nous fliqueront toujours davantage. Avez-vous bien consommé l’énergie aujourd’hui ?

Nos prétendues « élites » parlent encore de se battre pour la croissance mais, sans l'avouer car ce serait reconnaître leur totale impuissance, elles sont désormais réduites à seulement... lutter contre la décroissance. Tenter de la retarder. Gagner un peu de temps pour ne pas perdre la prochaine élection. Tout cela est bien vain et ridicule mais, ne vous y trompez pas, les grands moyens sont de mise, en particulier dans l'énergie, un des principaux secteurs de l'économie mondiale.

Les citoyens - terme désuet en passe d'être remplacé par « clients » - vont être mis à contribution de fait, leurs consentement étant recueilli « à l'insu de leur plein gré », et voici comment. Cela va commencer par l'installation massive de compteurs dits « intelligents ». Linky, pour l'électricité, et Gazpar, pour le gaz comme l'indique son nom. 35 millions d'exemplaires pour le premier, 11 millions « seulement » pour le second. Voilà déjà de l'activité pour les constructeurs et les installateurs, ErDF, GrDF et/ou leurs sous-traitants. Encore faut-il nous convaincre d'accepter l'installation chez nous de ces petits « bijoux » de la modernité. Aussi il nous est raconté que cela permettra, en plus de faire des économies d'énergie, de mettre en place des « réseaux intelligents » (smart grids en anglais) aptes à insérer les productions renouvelables dans le système global. Et, en effet, qui peut être contre les économies d'énergie et les énergies renouvelables ?

Mouchard branché

Sauf que l'Allemagne vient de rejeter la recommandation de l'Union européenne de déployer massivement les compteurs « intelligents » (1) ! Il est en effet avéré que l'opération serait trop coûteuse pour les citoyens, et en particulier pour ceux qui consomment modérément, familles modestes et personnes âgées en tête. Or l'Allemagne est un pays où les productions d'électricité renouvelable sont massives, à tel point qu’EDF est désormais obligée de stopper de temps en temps des réacteurs nucléaires pour se fournir en électricité éolienne (laquelle est prioritaire), qui plus est à un tarif proche de zéro voire, parfois... négatif (2) ! Alors on se demande bien pourquoi la France, où l'essor des renouvelables est bloqué par le lobby de l'atome, aurait « absolument besoin » de ces compteurs dont l'Allemagne entend se passer.

Et sauf que personne n'a besoin de ces machins « intelligents » car, pour économiser l'énergie, il suffit... d'économiser l'énergie : supprimer les gaspillages (appareils en veille, pièces désertes éclairées, etc.), remplacer les appareils énergétivores par d'autres moins gourmands (... ou par rien du tout !), moins chauffer et acheter des pulls, etc. D'ailleurs, rattrapés par la précarité, de plus en plus de gens font déjà tout cela. Pour les autres, de bonnes campagnes de communication feraient assurément l'affaire : la fameuse « chasse au gaspi » des années 70 avait commencé à donner d'excellents résultats avant d'être stoppée net au début des années 80 par la « gauche », déjà soucieuse de ne pas nuire aux profits des industriels.

Mais peu importe ces objections majeures pour l'actuel gouvernement PS/EELV qui, le 9 juillet, a décidé le déploiement massif des nouveaux compteurs. Une fois de plus, le PS peut se féliciter d'avoir comme caution les « élites » de ce parti « écologiste », prêtes à toutes les compromissions en échange de strapontins lucratifs au gouvernement, au parlement, dans les régions. Et même désormais à la Commission de régulation de l'énergie qui, comme son nom ne l'indique pas, est le bras armé des politiques de dérégulation, d'augmentations des tarifs... et d'installation des fameux compteurs.

Non, Linky et Gazpar ne sont pas prévus pour économiser l'énergie, bien au contraire. Nous y reviendrons ; mais sachez qu'il s'agit de véritables chevaux de Troie pour, entre autres joyeusetés, faire consommer plus, doper les achats de voitures électriques rechargées par l'atome, adapter nos consommations aux impératifs du parc nucléaire. Mais aussi pour récolter sur nous et nos familles d'innombrables données dont nous pouvons être certains que, malgré les dénégations officielles, elles serviront à des fins commerciales puis policières : Big Brother est prêt à entrer chez nous. Oui, ces compteurs seront bel et bien « intelligents » mais... au service de ceux qui veulent nous asservir.

Enfin, cerise sur le gâteau (empoisonné), Linky et Gazpar fonctionneront par wifi, inondant les logements de ces ondes « maléfrics » qui rendent déjà malades de plus en plus de gens. Et, contrairement aux « box » des fournisseurs d'accès à Internet, il sera impossible de désactiver les wifi de ces compteurs qui ne vont pas manquer de causer à l'avenir une catastrophe sanitaire... à côté de laquelle celle de l'amiante passera peut-être pour une aimable plaisanterie. C'est dire.

(1) Bloomberg, 1er août 2013 : « Germany rejects EU Smart-Meter recommendations on cost concerns »

(2) AFP, 19 juin, 2013 : « La France à son tour rattrapée par les prix négatifs de l'électricité ».

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 23:28
Transition écologie : un pas en avant, trois pas en arrière billet d'humeur Par Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'Environnement

Alors qu'une nouvelle conférence environnementale est organisée les 20&21 septembre prochains, le gouvernement multiplie les signes de renoncement en annonçant le report d'engagements qui devaient voir le jour en 2013.

Billet d'humeur Par Stéphen Kerckhove, délégué général d'Agir pour l'Environnement

Alors qu'une nouvelle conférence environnementale est organisée les 20&21 septembre prochains, le gouvernement multiplie les signes de renoncement en annonçant le report d'engagements qui devaient voir le jour en 2013.

En quelques jours, le gouvernement a ainsi annoncé le report du plan Nitrate, le report de l'écotaxe Poids Lourds et le report de l'adoption de la loi sur la transition énergétique. A l'urgence écologique, le gouvernement semble privilégier la procrastination politique réhabilitant l'aphorisme très prisé de la troisième République : « il n'est pas de problème que le temps et l'absence de solutions ne contribuent à résoudre ».

La couardise d'une telle posture est inacceptable. Que le gouvernement consulte, concerte, écoute, réfléchisse, précise., est tout à son honneur. Qu'il utilise ces temps d'échanges comme autant d'outils en vue de reporter à après-demain ce qui aurait du être décidé hier est proprement scandaleux.

http://www.agirpourlenvironnement.org/blog/transition-ecologie-un-pas-en-avant-trois-pas-en-arriere-3685

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
16 septembre 2013 1 16 /09 /septembre /2013 23:14
Décret nitrate : Encore un nouveau « reporc » ! Les ministres (écologie et agriculture) viennent de signer un nouveau décret contre les nitrates d'origine agricole

Les ministres de l'écologie et de l'agriculture viennent de publier un nouveau décret relatif aux programmes d'actions contre les nitrates d'origine agricole modifiant le décret du 10 octobre 2011.

Les ministres de l'écologie et de l'agriculture viennent de publier un nouveau décret relatif aux programmes d'actions contre les nitrates d'origine agricole modifiant le décret du 10 octobre 2011.

Non content de reporter une nouvelle fois la date limite pour l'entrée en vigueur du programme d'actions régional contre les nitrates au 31 août 2014, le Gouvernement n'a pas osé remettre en cause les assouplissements adoptés par la précédente majorité.
Pour Agir pour l'Environnement, « l'objet implicite de ce nouveau décret est une nouvelle fois de gagner du temps afin de tenter d'éviter une condamnation de la France pour non respect de la directive « Nitrate ». Ce nouveau « reporc » donne pleine satisfaction aux tenants d'un élevage industriel dont les effets sur le bien-être animal, sur l'environnement et sur la qualité de l'eau ne sont plus à démontrer. »

Avec l'adoption de ce nouveau décret, le changement politique promis pendant la campagne présidentielle semble définitivement se conjuguer au futur.

->lire suite

http://www.agirpourlenvironnement.org/communiques-presse/decret-nitrate-encore-un-nouveau-reporc-3683

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:47
Greenwashing Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : modèle environnemental ou farce écologique ? Notre Dame des Landes ou LGV Tours Bordeaux même farce écologique!

Greenwashing

Le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes : modèle environnemental ou farce écologique ?

Par Nolwenn Weiler (13 juin 2013) sur Bastamag.net

Autoroutes zen, aérogares basse consommation, pistes cyclables, musée du bocage, déménagement des écosystèmes menacés… Vinci et ses prestataires n’ont pas lésiné sur les arguments « verts » pour vendre leur nouvel aéroport. Ses « espaces de respiration » en feraient presque une réserve naturelle ! Malgré tous leurs efforts, le projet de compensation de la biodiversité conçu par la multinationale a été invalidé. Décryptages.

L’aéroport de Notre-Dame-des-Landes sera exemplaire au niveau environnemental. Le bocage en sera même l’emblème. Parole de Vinci. D’ailleurs, « contrairement à ce que l’on entend, le nouvel aéroport ne va pas consommer beaucoup d’espace » assurait Nicolas Notabaert, président de Vinci Airports. 1200 hectares, seulement... La multinationale concède que la future infrastructure aura des effets « importants et inéluctables » sur la campagne. Mais ces dommages seront quasi-annulés, promet-on, par le projet paysager. Et ses concepteurs ne manquent pas d’imagination.

Bernard Lassus, architecte paysagiste du projet explique ainsi vouloir « pousser le bocage jusqu’au bord des pistes du futur aéroport » [1]. A croire que l’aéroport étendra le bocage ! « Sur les photo-montages de Vinci, c’est tellement vert que l’on se demande même où les avions vont atterrir » ironise Jacques Testard, militant d’Europe Écologie-les Verts et membre de l’Acipa, association historique des opposants à l’aéroport. La multinationale s’engage à planter des centaines de mètres de haies autour du tarmac. Les échangeurs et les abords de routes menant à l’aéroport ressembleront eux aussi à des parcs. Le tout formant « un espace de respiration » entre cet aéroport haute qualité environnementale (HQE) et l’agglomération nantaise.

Haies synthétiques et autoroutes zen

Cet « espace de respiration » sera truffé de « routes apaisées ». Ce concept « permet d’obtenir des vitesses de circulation limitées qui assurent de traverser le paysage en l’appréciant et en s’en imprégnant ». A cette ambiance zen, il manque encore des séances de lévitation sur les bandes d’arrêt d’urgence... Il y aura en plus des « liaisons douces » poursuit l’étude d’impact [2]. « Le barreau routier qui permettra la desserte de l’aérogare accueillera une piste cyclable sur toute sa longueur. Des accès cyclistes proviendront également de toutes les communes alentours », ajoute Vincent Bettinger, directeur projets et développement chez Vinci construction France.

Mieux : « Il y aura très peu de circulations d’avions. Ce qui permettra à nos clients compagnies aériennes de se rendre directement au décollage et de consommer très peu de kérosène ». Doit-on en déduire que l’aéroport n’est pas vraiment nécessaire ? Pour les riverains inquiets de respirer quotidiennement des métaux lourds, du dioxyde de souffre et du CO2 en masse, un dispositif de surveillance de la qualité de l’air sera mis en place. Rassuré ? Il y aura enfin, pour ceux et celles qui regretteraient la majesté des arbres centenaires qui ornent actuellement les sentiers qui parcourent la zone, un musée dédié au bocage et à son histoire.

Cette addiction de Vinci pour la verdure n’est pas sans poser quelques problèmes techniques. « Les oiseaux apprécient de nicher dans les haies mais sont nuisibles au trafic aérien. (…) », rappelle le paysagiste Bernard Lassus. La solution ? « Recourir partiellement à des haies artificielles pour faire aboutir le projet là où la sécurité aérienne est en jeu... » Autre technique pour éloigner les dangereux volatiles : l’introduction d’une réglementation locale pour éliminer les plantations – comme le blé – susceptibles de trop attirer les oiseaux. Le cabinet d’étude Biotope, qui a réalisé l’étude d’impact, propose de son côté de déplacer les troncs de vieux chênes abattus « sur un autre secteur favorable » où ils feraient l’objet d’une « gestion adéquate » pour protéger d’éventuels insectes rares nichant dans les dits troncs. Gardien de grume, un futur métier pour les zadistes ?

Après les bretelles d’autoroutes zen et le bocage de synthèse, voici les aérogares économes en énergie. La toiture sera végétale, et plissée, de façon à profiter au maximum des rayons du soleil pour limiter les dépenses en chauffage et en éclairage. « Nous irons probablement au-delà des demandes exprimées à travers la norme BBC [3] pour tout ce qui touchera la consommation énergétique et l’isolation des bâtiments », s’enthousiasme même Tanguy Bertolus, directeur technique de Vinci Airports. Les constructions auront recours à « une grande part de bois pour assurer l’intégration du bâtiment dans son environnement naturel » . Vinci prélèvera-t-il ce bois sur la ZAD dans un souci d’attention aux circuits courts ? L’origine du bois n’est pas mentionnée. On ne sait pas non plus quelles épaisseurs de matériaux d’isolation, ni quel mode de chauffage permettront d’atteindre des consommations écologiquement ultra compétitives. Mais les objectifs sont là : « Diviser par trois le bilan carbone par passager du futur aéroport du grand ouest par rapport à Nantes Atlantique aujourd’hui. » [4]

Détruire et compenser la biodiversité

Autre pilier du « verdissement », la compensation. Ce principe, confirmé par les lois du Grenelle de l’environnement, consiste à compenser plus loin la biodiversité que l’on détruit ici. A Notre-Dame-des-Landes, Vinci promet de refaire des mares, de prendre soin de zones humides situées hors des terres promises au béton, ou encore de passer des contrats avec des agriculteurs qui auraient des pratiques respectueuses de l’environnement.

Problème : pour compenser, encore faut-il dresser l’inventaire exact de ce qui va être détruit. La direction de Vinci évoque sa « démarche exemplaire pour dresser un inventaire complet du site sur la faune et la flore. » Une auto-congratulation que ne partage pas un collectif de naturalistes créé pour l’occasion, les « naturalistes en lutte ».« De nombreuses insuffisances ont abouti à un état des lieux tronqué de l’intérêt écologique de la zone d’aménagement différée (ZAD) » dénoncent-ils. « Les fonctionnalités des zones humides ont été systématiquement sous-évaluées, et leur nombre sous-estimé ». Exit par exemple leur rôle dans le cycle du CO2, qu’elles peuvent stocker en grande quantité. L’inventaire, réalisé par les experts du cabinet Biotope, aurait oublié des espèces, notamment la loutre d’Europe, une espèce protégée.

Déménager des écosystèmes

La perte des écosystèmes ne sera pas non plus intégralement compensée.

-> lire la suite

http://www.bastamag.net/article3091.html?id_mot=87

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
8 septembre 2013 7 08 /09 /septembre /2013 19:07
Les élevages industriels de porcs, un documentaire sur la chaîne 5 ce soir dimanche "Les Travers de porcs"

l

Des images de ce documentaire risquent de heurter les âmes qui se croient sensibles mais cela ne sert à rien de se voiler la face! Il faut tout savoir sur les conditions faites aux porcs, qui n'est plus considéré comme un animal faisant partie du "vivant", non seulement ces élevages imposent des souffrances à ces animaux "êtres sensibles" mais ces élevages empoisonnent l'air, le sol et l'eau! Et nous empoisonnent indirectement car les bêtes élevées dans des espaces réduits concentrationnaires sont fragiles et dépressifs, pour lutter contre cela, "on" leur fait ingurgiter force antibiotiques et anti dépresseurs!

Avis aux anti corridas!

Voici le synopsis et la critique de Télérama

Les travers du porc

Le porc est la viande préférée des Français, qui en mangent 34 kilos chaque année. Pour beaucoup, il est synonyme de charcuteries, d'apéros entre copains, de barbecues en famille. Pour l'industrie agro-alimentaire, il correspond à un chiffre d'affaires de six milliards d'euros. Mais la filière est en crise depuis dix ans. Pour vendre une viande toujours moins chère, éleveurs, grands distributeurs et abattoirs se livrent une guerre impitoyable dans laquelle le grand perdant risque d'être le consommateur. En effet, 93 % du porc est aujourd'hui issu d'un élevage industriel. Espèce menacée, goût qui disparaît, qualité de viande médiocre, tout le monde y perd. Pourtant, gagner sa vie tout en respectant les animaux et les consommateurs, c'est aujourd'hui possible dans cette filière. Car si le cochon est dans le pré, le bonheur sera dans l'assiette !

Mais après avoir regardé cette enquête de fond sur le cochon, il y a fort à parier que vous ne lorgnerez plus jamais votre côtelette du même oeil...

Mené tambour battant, ce documentaire décortique les conditions de production de viande de porc. Et démontre les ravages de ces élevages intensifs, créés dans les années 1950 et vite devenus majoritaires, qui entassent les animaux sur des caillebotis et calculent au grain près les rations de nourriture. Comme souvent, là où le principe de rentabilité règne, la qualité pâtit.

- Remarque l'entreprise DOUX, bretonne, a délocalisé 16 de ces sortes d'usines au Brésil, maintenant elle importe les porcs

La grippe porcine, aviaire provient de ces élevages intensifs, les virus sont très virulents

Si vous ratez ce documentaire

possibilité de le revoir sur l'ordinateur ou

dimanche 15/09/2013 à 16:00 sur France 5

Un cochon heureux

Un cochon heureux

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 21:36

L'Aquitaine cherche à anticiper le réchauffement climatique à l'horizon 2100

http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250265860106&cid=1250265858454

(cela va nécessiter un virage à 180° de nos chers élus!)

Environnement Publié le jeudi 5 septembre 2013

La région Aquitaine vient de se doter d'un "scénario réchauffement" très détaillé pour aider les décideurs à anticiper le changement climatique. Sous la houlette d'Hervé Le Treut, directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace (fédération de laboratoires publics) et membre du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec), une équipe de 15 scientifiques aquitains, a concocté sur deux ans un rapport inédit, s'appuyant sur plus de 160 contributions, élaborant les scénarios de la région pour le littoral, l'agriculture, la montagne, l'eau, la population. En 365 pages, l'étude, qui a été présentée le 4 septembre à Bordeaux, s'attache à identifier "les vulnérabilités du système aquitain au changement climatique, pour tenter de les anticiper", a rappelé Hervé Le Treut, qui estime que ce travail est aujourd'hui sans équivalent à l'échelle d'une région.
L'Aquitaine, sous forte emprise de l'anticyclone des Açores, est "une des régions de France où le réchauffement risque d'être le plus fort", note le rapport. "Les conditions climatiques dans nos villes seront proches de celles des villes espagnoles", a précisé Hervé Le Treut.
Le comité en charge de ce rapport, transdisciplinaire, est voué à devenir une cellule de suivi, sorte de "Giec pour l'Aquitaine": un "instrument de veille permanente", pour éclairer acteurs économiques ou politiques publiques, voire "remettre en cause" certaines d'entre elles, a indiqué Alain Rousset, président de la région qui a commandité l'étude.
Des parasites forestiers à l'érosion du littoral, de la présence accrue de méduses ou du moustique tigre au développement d'allergies, le rapport applique le savoir climatologique actuel aux spécificités de l'Aquitaine, à ses 270 km de côtes, à ses montagnes et sa forêt (40% de son territoire).
Les résultats sont parfois inattendus. En matière de fruits et légumes par exemple, l'avancement des dates de récoltes pourrait "améliorer la compétitivité vis-à-vis d'autres régions françaises et européennes". L'impact est plus ambivalent concernant d'autres productions. Il en est ainsi pour le vin. Le rapport prédit un "déroulement de la maturation dans des conditions de plus en plus chaudes", et pour le Merlot par exemple "une avancée de la date des vendanges d'environ 40 jours pour la fin de siècle". Autant depuis 20 ans, le réchauffement a été plutôt bénéfique pour la qualité des Bordeaux, le risque à terme est celui de vins déséquilibrés, moins structurés, trop alcoolisés, ou enclins à un vieillissement prématuré.
Sur le plan économique - le tourisme en particulier -, le rapport note que "la saison enneigée pourrait passer de trois à deux mois dans les Pyrénées" occidentales, menaçant la viabilité de plusieurs domaines skiables. Sur le littoral ou les estuaires, 400 bâtiments ou ouvrages sont potentiellement menacés par l'érosion. En mer, le rapport prédit une présence accrue, déjà relevée depuis 30-40 ans, d'espèces à affinité tropicale, comme la daurade coryphène ou la carangue coubali, mais à l'inverse moins d'espèces boréales comme le maquereau, qui migreraient vers le nord, d'où une évolution des possibilités de pêche. On devrait aussi voir davantage de dauphins.
Le rapport comprend des recommandations "génériques": la création d'un "comité scientifique permanent" de suivi, la création d'"indices de vulnérabilité" spécifiques à l'Aquitaine (suivi de telle espèce, ou de tel phénomène), et un appel aux politiques à "sans doute repenser certains modes de gouvernance". Certains acteurs privés anticipent déjà ces évolutions, ont relevé les experts : ainsi le vignoble, où en prévision de l'impact du réchauffement, "on étudie le fait de valoriser des terroirs plus frais, plus tardifs, ou tester de nouveaux cépages pour garder la qualité 'type bordelais' sur les décennies à venir", a souligné Nathalie Ollat, de l'Institut des sciences de la vigne et du vin.

A.L. avec AFP

  • Référence:

Prévoir pour agir: la région Aquitaine anticipe: Rapport sous la dir de Hervé Le Treut -

Presses Universitaires de Bordeaux, 2013 (25€)

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
7 septembre 2013 6 07 /09 /septembre /2013 19:02
Que se passe-t-il à Fukushima? des fuites à tous les étages!

Fukushima : fuites à tous les étages

30 août 2013

Une défaillance sur l’une des citernes de stockage d’eau radioactive de la centrale de Fukushima a entraîné une fuite de 300 tonnes d’eau contaminée. Quelques jours plus tard, le 21 août, elle a été classée comme incident « grave » de niveau 3 par l’Autorité japonaise de régulation du nucléaire (ARN). Il faut rappeler que chaque jour, plusieurs centaines de tonnes d’eau sont nécessaires pour refroidir les réacteurs sinistrés 1, 2 et 3, et les maintenir à une température inférieure à 50 degrés. L’eau injectée dans les réacteurs se charge en éléments radioactifs et, pour éviter qu’elle ne contamine la nappe phréatique, Tepco, le gestionnaire du site, doit la pomper en permanence, à raison de 700 mètres cubes par jour. Une partie est décontaminée-
environ 300 mètres cubes - avant d’être réinjectée dans le circuit de refroidissement, et le reste – 400 mètres cubes - est stocké en citerne. Le site de Fukushima accueille déjà 300 citernes du type de celle qui a subi une fuite. La compagnie doit en construire, à la hâte, une nouvelle tous les deux jours et demi, ce qui, du point de vue des experts, fait douter de leur résistance.

-> la suite sur

http://www.lagedefaire-lejournal.fr/fukushima-fuites-a-tous-les-etages/

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
1 septembre 2013 7 01 /09 /septembre /2013 17:46
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue

La RD1215 monte en puissance de fréquentation! Aussi le Conseil Général l'a t-il doté de ronds-points ou giratoires à la hauteur du trafic pour des raisons de "sécurité", ces giratoires supprimant les feux de circulation: les premiers "supprimés" furent ceux du carrefour de Germignan qui est devenu un magnifique échangeur constitué d'un pont et de trois ronds-points égayés de quelques plantations tristounettes poussant entre du plastique! Mesures compensatoires? Car empiétant sur le périmètre de protection des "Sources"...Et c'est ainsi qu'entre le carrefour de "Germignan" et "Picot" route de Lacanau , cette RD 1215 séparant St Aubin du Médoc de St Médard en Jalles s'est embellie au fil des années de quatre giratoires en attendant un petit cinquième: au niveau de la "future" déviation dite du Taillan ( qui fait piétiner d'impatience nos chers élus et qui sera loin de résoudre les problèmes de circulation la RD 1215 bouchonnant déjà) et ce, sur 4km. Cette route était bordée de chaque côté d'arbres, chênes et quelques pins, abattus au nom du progrès et de la sécurité (il seront remplacés par des murs "anti-bruit" nettement plus esthétiques, n'est-ce pas ?)

Le trafic augmente chaque année, cela bouchonne! Des lotissements nouveaux le long de son parcours depuis la rocade ont été construits (Eysines, St Aubin à côté du Lycée à la place d' espaces boisés) et ce n'est pas fini d'autres projets (Carès, Le Chay...) ne demandent qu'à sortir des cartons, St Médard n'est pas en reste avec son projet du "Bourdieu" en prolongement du lycée ( les croix rouges représentent les arbres abattus)

Mais ce n'est pas tout! Ces ronds-points, ces nouvelles routes, en plus de la consommation en "espaces naturels" ( un rond-point peut consommer au minimum un hectare d'espace naturel et ceux de la RD1215 gigantesques doivent les consommer) tous ces travaux sont gourmands en sable, en gravier!

La demande grandissante en sables industriels pour les futurs grands projets girondins( tramway, grand stade, rocade, Euratlantique, Zac des quais, Arena à Floirac, LGV) fait que la carrière de sable de Saurouze (Le Temple) a demandé l'autorisation de défricher pour étendre son périmètre d'exploitation et accroître ainsi sa production.(demande examinée par l'autorité environnementale (décembre 2011)

Passons sur les impacts de cette extension sur le milieu naturel, là aussi comme "la Grande Jaugue" , le milieu naturel est une lande à Molinie abritant des espèces protégées (Fadet des Laîches,rossolis, Circaète Jean-le Blanc et Busard Saint Martin...) une zone humide proche (lagunes de Ledoux et des Courtious).

Le commissaire enquêteur (dans sa réponse du 29 mars 2012) signale un passage des camions par la RD1215 pour rejoindre l'échangeur n° 8 (entrée sur la rocade) car les livraisons vers le Nord ouest de la région correspondent aux sites des travaux (LGV Tours -Bordeaux): ce qui va donner 72 camions par jour pour livrer 220 000t /an et 98 camions / jour pour livrer 300 000t/an sur la route du Porge c'est à dire la RD107 (Bagatelle pour les habitants d'Issac qui verront également les camions de la Grande Jaugue), sur la RD1215 ne "devrait" circuler que 40 à 50 camions par jour pour livrer vers le Nord ouest de Bordeaux! Le pétitionnaire a proposé au Maire de St Médard des passages hors entrées et sorties des écoles de Cérillan et Issac...

En 2011 Le Temple a été choisi pour une "centrale temporaire d'enrobage à chaud" pour ses commodités d'accès au chantier relatif à la "réfection et renforcement" de la RD1215 pour le giratoire de Picot à St Médard en Jalles et la route de Salaunes...

L'Autorité Environnementale conclut pour le projet d'extension et exploitation de la sablière du Temple que le projet prenait bien en compte "l'environnement"! Impasse complète sur le trafic des camions et leurs nuisances et leurs effets sur la santé des riverains et le changement climatique!

Roulez petits bolides!

Rappel: la déviation du Taillan détruirait des habitats d'espèces en voie de disparition(azuré de la sanguisorbe) et impacterait 4ha de zone humide réservoir de biodiversité, des ruisseaux Courmateau, Mautemps abritent des cistudes, des loutres, des batraciens

FC

  • Merci au portail SARA et aux divers témoignages

Vilain rond-point et gaspillage de moyens

http://forum.sara-infras.com/viewtopic.php?f=51&t=5118&start=20

  • les avis de l'Autorité Environnementale

http://www.donnees.aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/DREAL/?version=AvisAE

La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue
La RD 1215 et ses magnifiques giratoires est presque fin prête pour "accueillir" les camions de la sablière du Temple et ceux de la Grande Jaugue

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article