environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Le blog de naturjalles.over-blog.com - Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 18:19

Ce projet est en complète contradiction avec la "Charte architecturale, environnementale et paysagère"

http://saint-medard-en-jalles.fr/cadre-de-vie/urbanisme/879-charte-architecturale-environnementale-et-paysagere.html

que chacun peut consulter sur le site de la mairie...

qui parle des "contraintes à traiter" à propos des zones spécifiques tel que le PPRI (Plan de prévention des risques inondations) risque concernant le projet ICADE , ".. la gestion des risques présents sur la commune, risque industriel d'une part, risque inondation d'autre part, conduit à interdire l'urbanisation sur des parties très significatives de la commune, au travers des plans de prévention des risques technologiques (PPRT) et inondation (PPRI)"

...

Naturjalles est étonnée par ce projet , qui paraît bien éloigné des enjeux et préconisations de la « Charte architecturale, paysagère et environnementale de St Médard » mise à la disposition de tous sur le site de la mairie.

 

Il y est écrit que cette charte est la charpente à un projet de territoire, et précise qu'une « attention particulière sera portée aux espaces naturels qui participent autant à l'identité de la ville qu'au cadre de vie... »

 

Avec le projet ICADE, que constatons-nous ?

 

- I Le projet très volumétrique sous la forme de 3 bâtiments est pour les 2/3 prévu en zone inondable classée en « rouge » dans le règlement du PPRI, secteur correspondant à la zone d'expansion des crues

  • quelle que soit la hauteur d'eau par rapport à la cote d'aléa centennal en zone urbanisée : leur vocation étant de permettre un stockage des eaux pour favoriser l'écrêtement de la crue : « pour cela il est nécessaire de laisser cet espace le plus libre possible de toute construction volumétrique » (page 7 paragraphe 1.5.1 la zone rouge extr du « Plan de prévention du risque inondation, agglomération bordelaise : Réglement »)

    Ces contraintes réglementaires visent à

    « éviter toute augmentation des risques sur les biens et les personnes menacées par les crues « 

  • Favoriser les échanges hydrauliques pour permettre la rétention des volumes d'eau tout en autorisant un usage « raisonnable » de ces espaces

  • Les contraintes réglementaires associées à la zone rouge ont également pour objet de ne pas modifier les conditions actuelles d'écoulement des eaux et donc de ne pas aggraver les conséquences des inondations sur le secteur couvert par le PPRI. Il est rappelé que les installations, ouvrages...permanents ou temporaires présents sur ces zones sont susceptibles de nuire au libre écoulement des eaux.

A ce titre, indépendamment des dispositions prévues par le PPRI, ils sont soumis à autorisation par application de l'art L214-3 du code de l'environnement à la réalisation d'une étude d'incidence portant sur l'écoulement des eaux des cours d'eau

 

Le SCOT prescrit (ce que reprend la « charte architecturale environnementale et paysagère » mais le SCOT prime sur la charte comme sur le PLU)

« qu'un cours d'eau est une véritable richesse du territoire : une pièce essentielle de la TVB et donc de préservation de l'armature naturelle de la métropole et de ses habitats naturels faune et flore »

 

    • Le SCOT prescrit également de prendre en compte le fonctionnement hydraulique du territoire et contribuer à l'atteinte du bon état des masses d'eau (objectif fixé par la Directive cadre eau) ; un parking et un bâtiment dans la zone inondable présentent de fortes causes de pollutions (hydrocarbures, métaux lourds) (voir le Document d'orientation et d'objectif du SCOT =D2O) qui prescrit aussi «qu' au sein des enveloppes urbaines ...de veiller à la prise en compte du risque inondation voir la partie J du D20 et « par ailleurs » les « lits majeurs » dont la Jalle, incluent comme les sites Natura 2000 sont reconnus par le SCOT non seulement comme « espaces naturels majeurs » mais comme des zones tampons et de champs d'expansion des crues

    • Toujours d'après le SCOT partie J du D20 prescrit la préservation des zones non urbanisées soumises au risque d'inondation quel que soit le niveau d'aléa

 

  • II Ce projet ne prend pas en compte les mouvements de terrain :

La base de données « Géorisques » situe le 72 avenue Montaigne en aléa fort 

« retrait gonflement des argiles » ce qui est également en contradiction avec le SCOT partie J D2O paragraphe K « s'il s'avère que le secteur est touché par ce risque, le document d'urbanisme doit intégrer dans son règlement et son plan de zonage les dispositions nécessaires pour éviter ce risque « 

  • L'ouverture à urbanisation d'un bâtiment plus volumétrique que l'existant n'a pas fait (d'après les concertations) l'objet d'une étude d'impact démontrant que le projet n'a pas d'impact sur l'exposition de personnes et de biens au risque de mouvements de terrains.

 

    • III Un projet d'urbanisation dans un site Natura 2000 (FR7200805 - Réseau hydrographique des Jalles de Saint-Médard et d'Eysines https://inpn.mnhn.fr/site/natura2000/FR7200805) est en contradiction avec le SCOT qui stipule l'inconstructibilité stricte de cet espace et l'article L141-4 du code de l'urbanisme prescrit que le PLU doit être compatible avec le SCOT

 

Naturjalles espère et croit en votre sagesse appliquant les principes affirmés dans la charte «  que vous veillerez à la préservation d'un mode d'habitat « paisible » ...et qu'il ne sera ainsi pas question de chercher à imposer un quelconque système ou modèle exogène, plus urbain ou plus compact qui peut convenir à des parties plus centrales de la métropole mais pas à une commune de la 2e couronne comme St Médard en Jalles » (principes repris par la charte d'après le SCOT et le PLU)

FCouloudou

* Le Comité scientifique permanent sur l'impact du Changement climatique AcclimaTerra va étudier cette thématique nouvelle: "La mémoire des risques" (inondations, érosion, sécheresse...) dans l'actualisation des connaissances sur le changement climatique à l'échelle de la nouvelle région afin de permettre aux acteurs du territoire de conduire leur stratégie d'adaptation au changement climatique

 

Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!
Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!

Un projet niant la "mémoire des risques" crues, ruisseaux oubliés!

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 17:22
Envol de Spatules blanches

Envol de Spatules blanches

Randonnée naturaliste au Marais de la Vergne dans le Blayais avec Naturjalles

2017/06/07

Nous revenons sur le marais de la Vergne au nord de Blaye. En mars dernier nous y avons observé les oiseaux sédentaires, les oiseaux de passage lors de leur migration printanière, les premiers nicheurs venus du sud et les derniers hivernants repartant pour le nord. Aujourd'hui, en ce mois de juin, nous sommes témoins de grands changements dans le peuplement du milieu : les espèces nicheuses sont très occupées et certains jeunes ont presque leur plumage d'adulte, la végétation a envahi les fossés, les plans d'eau, les berges de la rivière la Livenne et les bords des chemins, les prairies ne sont plus inondées. La couleur dominante : le vert. Quelle richesse l'alternance des saisons!

Pour les absents à la première sortie, rappelons que ces marais ont été aménagés sur les bords de l'estuaire de la Gironde au XVIIe siècle par les Hollandais. De nos jours sur ces 800 hectares, plus d'agriculture ni d'élevage mais des lignes à haute tension venant de la centrale nucléaire de Braud et Saint-Louis, des tonnes de chasseurs et l'entretien de quelques chemins indiquent la présence proche de l'homme. La diversité du milieu : rivière et canaux où le marnage se fait sentir, fossés, plans d'eau de différentes profondeurs, prairies, jonçaies, roselières, bosquets, haies d'arbustes et de grands arbres attirent une avifaune importante. Ces marais sont classés en "Zone naturelle d'intérêt faunistique et floristique" ou ZNIEFF.

A la sortie nord du village d'Anglade, premier nid de Cigognes blanches occupé par un adulte et trois jeunes. Les jeunes ont leurs plumes noires et blanches mais leur bec est encore noir. L'autre adulte est parti à la recherche de nourriture : écrevisses de Louisiane, insectes, petits rongeurs, lézards, grenouilles. Tout au long de la journée les cigognes nous accompagneront. Elles occupent dans le marais plusieurs nids construits sur de grands arbres. Nous les suivons lorsqu'elles tournoient dans les courants thermiques pour prendre de la hauteur et redescendre ensuite plus loin, sans fatigue, vers leur nid, les aires de gagnage ou de repos. Elles occuperont ce territoire jusqu'à la fin de l'été, avant leur migration hivernale vers l'Afrique. 70% de la population française des Cigognes blanches nichent dans les zones humides de la façade atlantique: barthes de l’Adour, aval de la vallée de la Garonne et de la Dordogne, estuaire de la Gironde et delta de la Leyre dans le fond du bassin d’Arcachon, marais littoraux charentais. L’augmentation des effectifs depuis les années 1970 s’explique pour deux raisons principales : leur protection et l’opportunisme des cigognes par rapport à leur nourriture, elles s’accommodent des restes de nourriture sur les décharges à ciel ouvert comme celle de Naujac sur la rive gauche de l'estuaire. En France, on comptait 13 couples en 1974, 1673 en 2010! En Gironde, 6 nids en 1990 et 256 en 2013!

Notre randonnée se poursuit le long de la Livenne, Marie-Françoise attire notre attention sur les chants du Rossignol et de la Rousserole effarvate. Ces petits migrateurs n'ont pas de temps à perdre pour se reproduire et élever leurs petits, ils devront migrer vers le sud avant la mauvaise saison, se nourrissant essentiellement d'insectes. Le nid de la Rousserole est une construction d'herbes longues, tissées entre les tiges de roseaux. Le chant du Coucou gris nous rappelle que le nid de la Rousserolle effarvate est fréquemment parasité par le Coucou. Dans la haie arbustive longeant le chemin, la Bouscarle de Cetti marque sa présence par un chant enjoué et des sautillements nerveux. Sédentaire, elle subit violemment les périodes rigoureuses hivernales même si elle complète sa nourriture par les baies ou fruits de l'aubépine, de l'épine noire ou prunellier, églantier, arbustes présents sur le marais. Une halte pour écouter le Serin cini. Nous essayons de distinguer ses plumes jaunes. Difficile de voir tous ces passereaux dans les frondaisons épaisses des frênes, des platanes, des peupliers qui bordent la rivière! Difficile de voir le Martin-pêcheur qui s'enfuit, rapide comme un éclair! Les "kiak" sonores et répétés du Pic vert nous surprennent. Bien qu'il soit très arboricole ce n'est pas dans le bois que le Pic vert recherche sa nourriture. Il se nourrit au sol en sautillant à la recherche de fourmis et de leurs larves qu'il extirpe du sol avec sa longue langue collante. Un Rouge queue à front blanc s'envole, il vient chercher dans les feuillus les chenilles ou araignées pour sa nichée, cavernicole, il construit son nid de préférence dans un trou d'arbre, sous une écorce.

L'air se réchauffe et les premiers papillons s'envolent lentement : Myrtil, Aurore des marais, Paon du jour, Tircis, Petit Mars changeant...

Un Bihoreau gris ( ardéidé trapu) survole la rivière, rentre t-il de sa pêche nocturne ?

Nous quittons les bords boisés des canaux pour avancer vers les prairies humides et les plans d'eau. Le vent agite les roseaux. Les échassiers se reposent : Spatules blanches, Aigrettes garzettes, grandes Aigrettes, Cigognes blanches...aux côtés de quelques Goélands leucophées. Les grands cormorans surveillent et sèchent sur un arbre mort. Une voiture s'approche de la tonne et les échassiers s'envolent en groupes élégants. Nous restons silencieux devant la beauté de ces vols mais aussi inquiets par le passage au dessus de ces marais des lignes à haute tension. Plus haut, dans le ciel les Milans noirs s'élèvent puis plongent l'un vers l'autre en lançant leurs sifflements tremblés "hiu huuhuu". Leur queue échancrée fait office de gouverne. Le soleil fait briller les plumes rousses de leur ventre. Le Milan noir est charognard, il consomme en grande majorité des proies mortes capturées surtout sur le milieu aquatique : poissons malades ou morts flottant à la surface. Il vient nicher au printemps dans les marais sur des grands arbres. Il retournera en Afrique à l'automne.

Nous faisons une halte dans une prairie fleurie par la Petite douve ou Renoncule flammette pour partager un pique-nique sympathique, la chaleur commence à se faire sentir et nous recherchons l'ombre.

Puis nous contournons le marais par le nord. Un Ragondin surpris par notre présence traverse un canal. Il n'est pas seul, de nombreuses empreintes témoignent du passage d'une grande famille ou tribu ! Une cane colvert, en train de muer et incapable de voler, s'enfuit à la nage en simulant d'être blessée pour attirer notre attention et ainsi protéger la fuite de ses jeunes. Quelques Calopthérix éclatants et Ishnures élégantes (demoiselles ou Zygoptères = 2 paires d’ailes semblables qui se joignent le long de l’abdomen ou légèrement ouvertes au repos), quelques Orthétrum (libellules ou Anisoptères = 2 paires d’ailes différentes étalées plus ou moins horizontalement) se chauffent au soleil avant de reprendre leur vol de prédatrices au dessus des graminées ou des plans d'eau. Elles disposent dans leur corps de sacs aériens qui les maintiennent en l’air.

Loin, vers l'horizon, une Buse variable et un Faucon hobereau semblent nous défier nous humains qui ne savons pas voler, nous ne pourrons pas les rejoindre...peut-être dans nos rêves!

Pour terminer notre randonnée naturaliste, nous rejoignons en voiture le lieu dit "le port du passage", un pont muni de portes enjambe la Livenne. En dehors des crues le marais est relié à l'estuaire par ce cours d'eau et d'autres canaux, il est important de maintenir les échanges entre estuaire et marais pour favoriser la diversité des milieux et de la vie. L’océan « prend racines » dans toutes ces zones humides où la vie explose, il faut veiller à les préserver!

Merci à notre guide Marie-Françoise et à vous tous qui nous avez accompagnés.

A bientôt pour d'autres découvertes!

Christine Boursier.

Pour en savoir plus:

http://www.aquitaine-historique.com/Livres/Livre%20Didier/article%20marais.pdf

Livres :  1 "Les zones humides du littoral français"

               Fernand Verger (Auteur) Raymond Ghirardi (Auteur)
               Paru en septembre 2009 Etude (broché)
 
               2 "Visiter Terre d'oiseaux et les marais du Blayais"
                Alexandrine Civard-Racinais - Editions Sud-Ouest

             3  Liste rouge des libellules de France métropolitaine: 11 espèces

                 de libellules menacées de disparition en France sur les 89 espèces

                 recensées

http://www.zones-humides.eaufrance.fr/actualit%C3%A9/la-liste-  rouge-des-libellules-de-france-m%C3%A9tropolitaine

              

Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07
Sortie nature dans les marais de la Vergne (Blayais)  et son album - 2017/06/07

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 17:01

Vidéo de présentation du livre par l'auteur Philippe J DUBOIS

http://www.delachauxetniestle.com/actualites/413#413

 
Résumé :
L'homme contemporain est culpabilisé : on lui dit que chaque minute c'est l'équivalent de 34 terrains de football de forêt tropicale qui disparaît (soit) ; on lui dit que l'extinction des espèces connaît une accélération alarmante (et alors ?) ; et pour résoudre ce qui semble être un problème, on lui dit de fermer l'eau du robinet en se brossant les dents...

Mais sait-il seulement de quoi on lui parle ? En effet, on ne lui enseigne pas l'histoire de l'environnement, ni à l'école ni à la maison : la parole des Anciens se perd et, avec elle, la connaissance de la nature, qui fait défaut aux nouvelles générations.

La Grande Amnésie écologique fait le constat d'une impasse inquiétante : on nous martèle chaque jour qu'il est urgent de protéger notre planète et de ménager ses ressources naturelles. Mais comment protéger une nature que nous ne connaissons pas, une biodiversité sauvage aussi bien que domestique dont nous avons perdu la mémoire des richesses passées ?
Ce livre parle de notre capacité à oublier notre environnement, les lois ainsi que les préceptes que nous enseignait notre planète car nous vivons au jour le jour...

Dès lors, comment éviter le saccage environnemental et le drame économique d'ores et déjà en marche ? Réveiller les consciences, animer les citoyens, retrouver une société et des individus engagés et combatifs en cultivant la lutte contre l'oubli et en favorisant le travail de mémoire : c'est, selon l'auteur, le chemin à prendre pour acquérir une vraie conscience écologique qui permettra le sauvetage de la planète

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
10 juin 2017 6 10 /06 /juin /2017 21:55

                                                         Le Tram par la RD 1215

 
Article paru le 23-2-2017
 
La maire du Haillan alerte par courrier la préfecture de la Gironde sur la concertation sur l’éventuel prolongement de la ligne D du tramway vers Saint-Médard-en-Jalles, au cours de laquelle sont présentés au public des documents incomplets, voire erronés, accuse Andréa Kiss.

« Les documents actuellement soumis à la population s’apparentent plus à un exercice de communication visant à forcer la main des citoyens ou à les induire en erreur qu’à une volonté de les éclairer sur les choix, lourds, qui s’offrent à eux », écrit au préfet Andréa Kiss, édile du Haillan.

Organisée par Bordeaux Métropole, la concertation sur l’extension de la ligne D du tramway, préalable à toute décision définitive sur le projet, a démarré en février avec trois premières réunions publiques. Objectif : informer les habitants de l’opportunité d’une liaison entre Saint-Médard-en-Jalles et Bordeaux centre, en prolongeant la future ligne D les Quinconces-Eysines, actuellement en chantier.

Le hic, pour Andréa Kiss, c’est que « les documents mis à la disposition du public ne sont pas conformes aux conclusions du cabinet Artelia mandaté par Bordeaux Métropole, en particulier sur le tracé empruntant la piste cyclable » :

« La présentation de la Métropole minore fortement les impacts environnementaux et acoustiques du tracé par la piste cyclable. Entre autres choses… », explique l’élue socialiste.

La construction du tram sur cette piste cyclable traversant une zone Natura 2000 de la ville du Haillan, est le principal motif d’opposition de cette dernière et d’associations, dont le collectif Jalles transport, au projet d’extension.

Vérité et tracés alternatifs

La maire du Haillan dénonce le fait que les études présentées sur ce tracé (le N°1) soient beaucoup plus détaillées. Et pour cause : celles prévues pour les 2 ou 3 tracés alternatifs ne sont pas prêtes, et ne devraient l’être qu’en septembre prochain, pour la deuxième série de réunions publiques !

« Le délai très court prévu entre la livraison des documents et les réunions prévues nous semblent extrêmement préjudiciable à la parfaite information de la population, poursuit Andréa Kiss. Nous ne pouvons pas accepter que la concertation puisse s’organiser sur des bases incomplètes ou ne correspondant pas à la réalité », assène la maire.

Elle prévient la préfecture (et avant elle, la Métropole), qu’elle n’hésitera pas à attaquer en justice cette procédure « si tous les éléments livrés au public dès à présent étaient ensuite versés à l’enquête publique (lancée lorsqu’un projet est acté, NDLR) en l’état ou si la qualité de cette concertation, qui parait pour le moins précipitée, n’était pas garantie ».

Jointe par Rue89 Bordeaux, Bordeaux Métropole n’a à cette heure pas répondu à nos sollicitations. Elle ne doit cependant pas être surprise. La « frénésie calendaire » présidant à cette concertation avait ému plusieurs maires et conseillers métropolitains lors du vote sur son lancement, en décembre dernier. Brigitte Terraza, maire de Bruges et vice-présidente de la métropole en charge des mobilités alternatives, parlait déjà de « précipitation ».

« Comment le citoyen va s’y retrouver ? »

Gérard Chausset, président (écolo) de la commission transports, et peu suspect d’allergie au tramway, suspectait Jacques Mangon, le maire de Saint-Médard, de vouloir « passer en force », et demandait le retrait de cette délibération :

« Toutes les études ne sont pas là, il y a un vrai souci sur l’accueil par un certain nombre de maires de ce projet, et un souci de concomitance avec l’enquête publique sur le BHNS (le bus à haut niveau de service Bordeaux – Saint-Aubin, qui va permettre de desservir Saint-Médard et le Haillan dès 2019, NDLR). Comment le citoyen va-t-il s’y retrouver ? Pourquoi ne pas attendre un peu ? « 

Alain Juppé, qui ne voyait aucun lien entre ces deux projets prévus par le schéma métropolitain, a refusé d’ajourner. Le président de la métropole a peut-être alors encouru le risque d’un conflit juridique entre l’intercommunalité et un de ses membres.

----> Un autre voie pour le tram: Pour l'extension de la ligne D, la maire du Taillan Médoc défend un nouvel itinéraire longeant la RD 1215

http://www.sudouest.fr/2017/02/25/une-autre-voie-pour-le-tram-3228705-3229.php

ou

http://tramenjalles.over-blog.com/2017/02/58b14df6-11ff.html

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com - dans transports en commun Tram St Médard en Jalles
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 22:46

Natur'Jalles                                                       St médard en Jalles 10 mai 2017

Association de défense de l'environnement

16 rue Louis Cayx

33160 St Médard en Jalles

tel 09 84 49 69 35

ou 06 14 96 45 31

mail naturjalles06@gmail.com

http://naturjalles.over-blog.com/

 

Objet :

Convocation Assemblée générale ordinaire

 

Madame, Monsieur,

Attention changement de date

L'Assemblée générale de Naturjalles est prévue le vendredi 9 juin 20h salle 2 Cap ouest

Rue Aurel Chazeau, 33160 Saint-Médard-en-Jalles

 

Ordre du jour :

Bilan moral

Bilan financier

Renouvellement du CA et du bureau

Divers

 

Votre participation est vivement souhaitée : toutefois en cas d'impossibilité, conformément aux statuts de l'association vous avez la possibilité de vous faire représenter par l'adhérent de votre choix ou d'envoyer un pouvoir rempli et signé merci

Adhérents et sympathisants sont cordialement invités

 

Un pot amical conclura la soirée

A l'avance merci

 

Pour Naturjalles

 

Françoise Couloudou (Présidente)

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 22:45

 

Randonnée naturaliste

Mercredi 7 juin la journée de 9h-17h

«  Randonnée naturaliste au Marais de la Vergne (Blayais) »

RV à 8h parking de la place Buffon avenue de la Boétie St Médard

direction le Taillan

*Prévoir vêtements selon météo, chaussures confortables, jumelles pour ceux qui en ont, le pique nique, siège pliant éventuellement

 

    * 15 personnes maximum par sortie, participation de 5€ pour les non adhérents à Naturjalles

    * réservation obligatoire :

    par mèl auprès de Marie Françoise Canevet mfcanevet@gmail.com

    ou auprès de Naturjalles tél 06 14 96 45 31

    ou mèl naturjalles06@gmail.com

    -->> voir sur ce blog notre sortie

    http://naturjalles.over-blog.com/2017/03/sortie-nature-du-8-mars-decouverte-du-marais-de-la-vergne-blayais-premiers-migrateurs-premiers-chants-d-oiseaux-premieres-fleurs.htm

     

    Sortie nature du 8 mars: découverte du Marais de La Vergne (Blayais), premiers migrateurs, premiers chants d'oiseaux, premières fleurs. Album de la sortie

     

     

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by naturjalles.over-blog.com
    commenter cet article
    31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 22:44

     

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by naturjalles.over-blog.com
    commenter cet article
    31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 21:40

    " Ils sont contre tout", un tel propos mérite d'être relevé par Gérard Charollois  de Convention Vie et Nature

     Un tel propos mérite d'être relevé en ce qu'il traduit l'indigence du conformisme bêlant qui débite l'imposture que voici

    "Il faut protéger la nature et conserver pour l'avenir des espèces sauvages de plantes et d'animaux. Mais il nous faut de la croissance, du désenclavement, du développement créateur d'emplois et ici, implantons une nouvelle route, un petit-rond point, un centre commercial, une zone artisanale, un parc d'attractions, pièges à touristes, une centrale d'éoliennes, une usine à poulets, une carrière... Allons, il ne faut pas être contre tout et la nature sera mieux protégée ailleurs. Notre petit canton (commune) n'est pas une réserve d'indiens"

    Voilà le discours débile et menteur de trop d'élus locaux, des chambres de commerce et d'industrie et des petits copistes qui relaient ce conditionnement.

    A force d'aller se faire protéger ailleurs, la nature se meurt et nous savons parfaitement que la logique de la croissance infinie est l'anéantissement absolu de la biodiversité

    Sans le "bourrage de crâne" de trop de médias, tout contemporain constaterait qu'après  70 ans de paix en occident et de croissance continue, l'heure est aux régressions sociales, à la remise en cause des acquis, à la flexibilité sacrificielle, à l'effort que la propagande libérale appelle "réformes", faits révélant que le Marché échoue, aussi lamentablement qu'échoua le système soviétique.

    Malgré d'immenses progrès techniques, malgré des gains de productivité sans précédents dans l'histoire de l'humanité, le système débouche sur une crise sociale, morale, et écologique cruelle.

    Un petit rond point, une route nouvelle, un parc d'attractions, une centrale éolienne, une usine à viande, un centre commercial de plus de régleront rien pour les hommes mais représentent des agressions contre la nature.

    70 ans de croissance aboutissent à une précarisation de la population et à l'annonce de plans d'austérité qui suivront beaucoup d'autres.

    Alors je réponds aux petits propagandistes du système naufrageur que nous sommes "pour" et non "contre"

    - Pour une mutation de la société faisant prévaloir la redistribution sur la croissance, le qualitatif sur le quantitatif, l'hédonisme altruiste et intelligent sur le panurgisme consumériste.

    - Pour une nature vivante, diversifiée, généreuse et enfin protégée autrement  que par des mots creux et des discours trompeurs

    - Pour le respect des animaux, êtres sensibles, épargnés des actes de maltraitance et de cruauté que sont la stupide chasse, la corrida, l'élevage concentrationnaire.

    - Pour des hommes habitant une terre viable, saine, agréable et non un enfer pollué, artificialisé, conçu pour le profit et non pour la vie.

    - Pour une presse indépendante des lobbies, élevant le débat, s'adressant à l'intelligence et suscitant la réflexion des citoyens, une presse, cessant de n'être que le bulletin paroissial des groupements de la mort et de la destruction, une presse libre de critiquer radicalement nos positions mais suffisamment honnête pour ne pas passer sous silence les grands débats essentiels du rapport au vivant.

    - Pour une classe politique parlant vrai, cessant de tricher sans cesse avec les principes qu'elle énonce et que démentent les actes qu'elle accomplit.

    - Pour l'être avant l'avoir, car l'important réside dans la vie et le temps qui nous reste

    Les "contre tout" sont ceux qui mènent ce monde à sa perte. Mais ça , vous ne le lirez pas dans le quotidien régional!

    Gérard Charollois Convention Vie et nature https://www.ecologie-radicale.org/

     ( article publié dans "Sud Ouest Nature (SEPANSO)" N° 164)

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by naturjalles.over-blog.com
    commenter cet article
    31 mai 2017 3 31 /05 /mai /2017 21:22

     

    A 65, LGV et biodiversité : les compensations manquent de transparence...

    Les grands projets d’infrastructures sont censés s’accompagner de mesures de compensation pour contrebalancer les atteintes à la biodiversité. Qu’en est-il vraiment ?

    Quelle est la réalité des mesures de compensation engagées pour contrebalancer les atteintes à la biodiversité occasionnées par les grands projets d’infrastructures ? En dépit de son intitulé rébarbatif, la question revêt un caractère grand public et souvent passionnel.

     

    Entre ceux qui accordent la priorité à l’aménagement du territoire et leurs opposants qui privilégient la protection des espaces et des espèces, le consensus est rarement de mise.

    Pour s’en convaincre, il suffit de lire le rapport, d’une rare prudence, rendu au début du mois de mai par la commission d’enquête sénatoriale. Ses travaux se sont nourris de quatre exemples, dont font partie l’autoroute Langon-Pau et la LGV Tours Bordeaux.

    Une dérobade décevante

    La France perd tous les dix ans l’équivalent d’un département en terres agricoles et zones naturelles. Les grands projets ne sont pas les premiers responsables de cette hémorragie. " Mais, par un effet cumulatif, les infrastructures se surajoutent sur des territoires souvent déstructurés, affectant la capacité à se régénérer des écosystèmes ", rappelle l’ornithologue Jean-Philippe Siblet, l’un des directeurs du Muséum d’histoire naturelle. (1)

    La compensation écologique reste souvent une chimère

    Pour ne pas donner prise à la controverse, la commission d’enquête sénatoriale s’est refusée à évaluer la qualité des mesures compensatoires mises en œuvre.

    De la part d’élus de la Nation qui ont, entre autres missions, le devoir de vérifier le bon usage des deniers publics et l’application des lois en vigueur, une telle dérobade est décevante. Même s’il suffit de détailler les 35 propositions qu’ils ont formulées pour comprendre que la compensation écologique reste souvent une chimère.

    La loi sur la nature de 1976 avait pourtant tout prévu en créant la séquence « éviter-réduire-compenser ». Elle n’a eu que peu d’effet sur les pratiques des aménageurs.
    Au point qu’il a fallu attendre la loi de 2016 sur la biodiversité pour que le législateur impose au maître d’ouvrage " une obligation de résultat. " Plus facile à dire qu’à faire au regard de la multiplicité des dispositifs juridiques et de la fragmentation des méthodes et des procédures.

    Une dérobade décevante


    La France perd tous les dix ans(ce n'est plus vrai, c'est tous les 7 ans maintenant)  l’équivalent d’un département en terres agricoles et zones naturelles. Les grands projets ne sont pas les premiers responsables de cette hémorragie. " Mais, par un effet cumulatif, les infrastructures se surajoutent sur des territoires souvent déstructurés, affectant la capacité à se régénérer des écosystèmes ", rappelle l’ornithologue Jean-Philippe Siblet, l’un des directeurs du Muséum d’histoire naturelle. (1)
    La compensation écologique reste souvent une chimère
    Pour ne pas donner prise à la controverse, la commission d’enquête sénatoriale s’est refusée à évaluer la qualité des mesures compensatoires mises en œuvre.
    De la part d’élus de la Nation qui ont, entre autres missions, le devoir de vérifier le bon usage des deniers publics et l’application des lois en vigueur, une telle dérobade est décevante. Même s’il suffit de détailler les 35 propositions qu’ils ont formulées pour comprendre que la compensation écologique reste souvent une chimère.
    La loi sur la nature de 1976 avait pourtant tout prévu en créant la séquence « éviter-réduire-compenser ». Elle n’a eu que peu d’effet sur les pratiques des aménageurs.
    Au point qu’il a fallu attendre la loi de 2016 sur la biodiversité pour que le législateur impose au maître d’ouvrage " une obligation de résultat. " Plus facile à dire qu’à faire au regard de la multiplicité des dispositifs juridiques et de la fragmentation des méthodes et des procédures.

    Un coût caché

    Mais, jusqu’à présent, c’est la volonté qui a surtout fait défaut. Faute d’expertises scientifiques de qualité, les études d’impact et les déclarations d’utilité publique minimisent les atteintes portées à l’environnement et au foncier agricole. Et interdisent toute réflexion sur la meilleure façon de les éviter, la réparation ne devant être que le stade ultime du processus.

    Pour la LGV Tours-Bordeaux, la surface de compensation, initialement envisagée à 25 600 hectares, a été ramenée à 3 600 via un mécanisme de mutualisation.

    Récréer de la nature quand on la détruit par ailleurs ne peut se résumer à des raisonnements en terme d’hectares. " Une même surface peut accueillir plusieurs types de mesures ", observent les sénateurs en citant le cas de la LGV Tours-Bordeaux. Initialement envisagée à 25 600 hectares, la surface de compensation a été ramenée à 3 600 via un mécanisme de mutualisation.

     

    « Secret des affaires », répond Olivier de Guinaumont, PDG d’A’liénor, concessionnaire de l’A 65, au sujet de l’utilisation des 90 millions alloués par l’État pour réduire la perte de biodiversité.
     

     

    La compensation a d’autant plus de mal à entrer dans les mœurs que son coût reste dissimulé. Comment A’liénor, concessionnaire de l’A65 entre Langon et Pau, a-t-il utilisé l’enveloppe de 90 millions d’euros allouée par l’État pour réduire la perte de biodiversité ? « Ces coûts relèvent du secret des affaires », a expliqué aux sénateurs Olivier de Guinaumont, le PDG de l’entreprise.

    Quel suivi de la compensation ?

    Peu propice à l’établissement d’un climat de confiance, ce manque de transparence ne permet pas une véritable information du public lors des procédures d’appels d’offres. Et il handicape d’autant plus le suivi de la compensation que l’État, à qui il incombe, est souvent, faute de moyens, aux abonnés absents.
    Créée en 2016, l’Agence française de la biodiversité est censée remédier à ces carences.
    Mais rien ne sera possible sans une forte implication des territoires concernés. « Les acteurs locaux ayant des compétences pour apporter leur expertise n’ont pas de moyens humains suffisants pour tout suivre », insiste Philippe Barbedienne, le directeur de la société pour la protection de la nature dans le Sud-Ouest (Sepanso).

    (1) Les citations reproduites dans cet article sont extraites du rapport de la commission d’enquête.

    ---->>> article de http://www.sudouest.fr/2017/05/22/a-65-lgv-et-biodiversite-les-compensations-manquent-de-transparence-3467850-706.php?xtmc=sepanso&xtnp=1&xtcr=2

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by naturjalles.over-blog.com
    commenter cet article
    28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 22:23

                                               Natur'Jalles Association de défense de l'environnement

    16 rue Louis Cayx (St Médard en Jalles)

    naturjalles06@gmail.com tél 0614964531

     

    Pourquoi cette deuxième année de suivi des hirondelles de St Médard en Jalles ?

     

    Des études coordonnées par le Museum National d'Histoire Naturelle ont montré un déclin dramatique des effectifs des deux espèces d'hirondelles en l'espace d'une vingtaine d'années

    • - 41% pour l'Hirondelle de fenêtre

    • - 36% pour l'Hirondelle rustique

    Pour tenter d'en savoir plus sur ce déclin, la LPO a lancé en 2012 et 2013 une enquête nationale sur les hirondelles.

    En collaboration avec le « groupe nichoirs » de la LPO Aquitaine (http://lpoaquitaine.org courriel nichoirs@lpoaquitaine.org tél 05 56 91 33 81) :

    en 2016 Natur'Jalles a commencé une enquête sur St Médard quartier Sans Souci

    (des adhérents de NaturJalles ayant signalé que leur habitation abritait des hirondelles).

    Pour cela nous avons besoin de compter les nids, de les localiser, ensuite de repasser pour voir si les nids ont été occupés, s'il y a des couvées etc

    2017 : grâce à votre collaboration : habitants hébergeant des hirondelles, nous avons pu poursuivre cette enquête, grâce également à une jeune étudiante en « biologie des organismes et des écosystèmes ».

    Après avoir parcouru 7000 kms depuis l'Afrique, les hirondelles, quoiqu' affaiblies par ce long voyage, sont heureuses de retrouver leurs nids qu'elles retapent et en améliorent le confort pour le rendre plus douillet en vue de leurs futures couvées.

    Les modifications des bâtiments, la disparition des granges, des toitures en bois les perturbent, elles ont besoin de boue pour construire leurs nids, or de nos jours les villes sont de plus en plus recouvertes de béton, la boue de moindre qualité et les nids ne peuvent résister toute la saison, et si le nid tombe quand l'hirondelle est en train d'élever ses petits, la nichée est perdue...

    Ce recensement est la base de toute action de protection des hirondelles puisqu'il permet d'observer l'évolution de la population, d'identifier les causes de leur déclin et de cibler les actions de protection et d'en évaluer les résultats

    • Résultats suite à prospection 2016

    84 nids ont été recensés dont 46% de nids occupés- 32% de nids vides et 13% de nids cassés soit 45% de non occupation !

    Nous avons besoin de votre aide afin de poursuivre ce suivi !

    Merci pour les hirondelles !

    Naturjalles (F Couloudou)

    Noter ; si vous envisagez des travaux pouvant perturber la nidification, nous pouvons vous aider, n'hésitez pas à contacter l'association Merci

     

    Partager cet article

    Repost 0
    Published by naturjalles.over-blog.com
    commenter cet article