environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Le blog de naturjalles.over-blog.com - Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 14:15

linklink

la Jalle une grande oubliée et la zone des sources

 

 

 

biodiversite-jalles-pres-moulin-bonneau-5.jpg

biodiversite-zone-des-sources.jpg

 

 

Jusqu'à "maintenant" les grandes caractéristiques de St Médard en Jalles sont la forêt et le réseau hydrographique de la Jalle (ou des Jalles) qui prend le nom de la commune traversée et ses nombreux affluents qui sont souvent de simples petits ruisseaux. Ce réseau ressemble à une toile d'araignée, parfois certains ruisseaux disparaissent sous terre(Le Monastère qui passe à Germignan)  pour ressurgir plus loin, certains traversent la zone des "sources" (qui alimentent en partie Bordeaux en eau potable)

 Les  "Sources Thil-Gamarde" sont situées dans ce triangle vert qui représente le périmètre de protection du champ captant (la CUB devrait commencer la procédure de révision des périmètres de protection des sources qui alimentent une partie de la CUB en eau potable. C'est un milieu fragile,  d'ailleurs il y a eu et encore récemment des problèmes de pollution de la Gamarde, pollution due à une molécule chimique volatile qui se trouve dans les carburants! L'affaire n'est d'ailleurs pas réglée. En attendant cet espace "protégé" est bien entouré de constructions qui grignotent petit à petit cette zone , elle est  bordée par la route Lacanau-Médoc dite RD 1215 très fréquentée(donc soumise à la pollution des transports) et ce n'est pas finie car en face de cette zone, la commune du Taillan Médoc a un projet d'urbanisation sur le secteur du Chay

  Quant à la forêt, elle se réduit chaque jour sous l'effet d'une urbanisation de hangars industriels et d'immeubles, les maires bradant leurs zones "naturelles" pour faire venir entreprises (américaines)  ou autres

Un diaporama sur les bords de la Jalle de St Médard en Jalles entre Caupian et Moulin Bonneau

 

http://picasaweb.google.com/f.couloudou/LaJalleUneGrandeOubliee?authkey=Gv1sRgCJbaz8-O6tixZA&feat=directlink

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 18:11

Les animaux sauvent la planète! 11 vidéos humoristiques

http://www.environmentteam.com/2010/04/11/the-animals-save-the-planet-watch-all-11-cartoons/

 

  The animals save the planet !

Ces 11 vidéos sont réjouissantes, et pointent du doigt ce qui empoisonne notre environnement

les plastiques, les gaz à effet de serre, déchets jetés n'importe tout...

Ne pas oublier de mettre le son à son ordinateur

vidéo de la vache qui pète:

 

 

fc

 

 

 

 

les animaux sauvent la planète(the animals save the planet) 11 vidéos humoristiques pour petits et grands

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 21:44

Les sols, les grands oubliés.

 

Trop de gens considèrent les sols comme acquis. Les scientifiques sont de plus en plus conscients des rapports étroits qui subsistent entre sols, changements climatiques, et biodiversité. Cependant, les décideurs politiques et le grand public n'en sont pas conscients. Ce fossé dans la prise de conscience doit être comblé pour que la société puisse affronter avec succès ses deux problèmes environnementaux les plus préoccupants.

Le rôle de la gestion du sol dans l'atténuation des changements climatiques, et dans l'adaptation et la protection de la biodiversité, a été le thème dominant d'une importante conférence qui s'est tenue à Bruxelles les 23 et 24 septembre 2010.

Les participants ont débattu du rapport entre sols et changements climatiques : la matière organique contenue dans les sols est le deuxième plus grand réservoir actif de carbone de la planète après les océans.

Rien que dans l'UE, les sols contiennent plus de 70 milliards de tonnes de carbone organique. Pourtant, les sols continuent à se dégrader. En Suède, au cours des 50 dernières années, les terres arables ont perdu 1 % de leur carbone organique chaque année. Le taux d'activité biologique étant directement lié aux niveaux de carbone dans les sols, la viabilité économique des exploitations agricoles suédoises pourrait être menacée d'ici 25 ans.

Les diminutions progressives de l'activité biologique des sols peuvent sembler individuellement peu importantes, mais prises dans leur ensemble, elles sont extrêmement significatives. Les émissions de gaz à effet de serre ne respectent pas les frontières nationales : la détérioration des sols, dans un pays donné, a des conséquences directes sur les changements climatiques au-delà de ses frontières. En ce sens, le sol est vraiment en mouvement. Les sols fournissent également habitats et ressources à plus d'un quart de la biodiversité mondiale. Un mètre carré de surface terrestre peut contenir quelque 10 000 organismes différents. La bonne santé des sols est indispensable à la préservation de cette diversité. Cependant, en plus d'une mauvaise gestion du territoire, cette vitalité est menacée par l'érosion, la salinisation, la pollution, l'étanchéisation, ainsi que par les aménagements urbains et de transport.

Nouvel atlas de la biodiversité des sols

L'Atlas européen de la biodiversité des sols a été officiellement présenté à l'occasion de cette conférence. Publié par le Centre commun de recherche de la Commission européenne, sa cartographie est basée sur des indicateurs de menaces potentielles pour la biodiversité des sols en Europe, et recense les zones les plus à risque. Citons des régions de Grande-Bretagne, du nord de la France, de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg, mais des risques élevés ont également été identifiés dans d'autres États membres.

Le commissaire en charge de l'environnement, Janez Potocnik, souligne la nécessité de mieux apprécier le rôle vital des sols dans notre vie, dans sa déclaration : "Nous n'atteindrons nos objectifs de protection de la biodiversité, de lutte contre les changements climatiques, et de préservation de nos ressources que lorsque nous aurons compris les sols. Et le plus tôt sera le mieux." La Commission continue également à faire pression sur les gouvernements nationaux pour qu'ils adoptent le projet de directive cadre sur les sols, tout en laissant à chaque État membre une marge de manœuvre suffisante quant à la manière d'atteindre ces objectifs globaux. La directive est bloquée par le Conseil des Ministres depuis décembre 2007.

Auteur

© Communautés européennes, 1995-2010

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 21:14

23 novembre 2010 06h00 | Par Hervé Pons

Saint-Médard-en-Jalles

L'adieu au bois agité

120 logements dans un bois. La rencontre entre élus, bâtisseur social et voisins ne pouvait qu'être tendue.

 Le maire a beaucoup bataillé face aux riverains qui refusent le projet. photo H. P.

Le maire a beaucoup bataillé face aux riverains qui refusent le projet. photo H. P.

Au nord de Saint-Médard, en direction de Saint-Aubin, il y a un bois, entouré de maisons, entre les rues Valmy-Baysse et Frédéric-Mistral.

Face aux habitants du quartier, réunis dans la salle du Conseil municipal, le maire, quelques élus, et les opérateurs de Gironde Habitat ont présenté un projet d'environ 120 logements qui occupera ce site de près de 4 hectares.

Tempête et quiproquos. Certains de ceux qui étaient venus aux nouvelles pensaient que le terme « concertation » équivalait à dire « oui ou non au projet ».

Erreur : le projet se fera, la concertation porte sur sa nature, voire sur des détails de sa nature.

Second quiproquo : le maire a cru comprendre que l'assistance ne voulait pas de logements sociaux. Ce n'est pas cela, les riverains veulent conserver « leur bois », alors peu leur importe le statut des futurs occupants. On évoque ça et là les petits oiseaux, les lapins, et on sert au maire sa politique de « nature près de chez soi ».

Prévu pour être bâti

Réponse de l'intéressé : « Effectivement, nous réalisons 15 parcs et jardins publics en ville. Mais ce terrain-là, quand la ville l'a acquis il y a une quinzaine d'années, il avait pour vocation d'être bâti. Ça n'a pas changé. »

Tension quand l'assistance comprend qu'elle ne pourra repousser le projet, présenté en deux variantes par les représentants de Gironde Habitat.

D'autres terrains

Alors, la salle va essayer de marquer des points sur d'autres terrains. Les uns demandent une bande végétalisée de 20 mètres de large entre leur propriété et le futur habitat. « Non, répond Serge Lamaison. Vous avez 4 mètres de séparation avec vos autres voisins. Pourquoi passer à 20 mètres ici ? »

Les 120 logements (maisons et appartements) - et les quelque 200 voitures qui s'y attacheront - sont alors sur la sellette. L'opposant municipal Jacques Mangon fédère les propos : « Il ne faudrait pas dépasser les 60-70 logements. »

Applaudissements nourris des riverains. Agacement du maire qui explique que la ville se doit de répondre à la forte demande de logements, notamment de logements sociaux, et doit contribuer à la lutte contre le mitage conformément aux préconisations de la CUB.

Dans les rangs de Gironde Habitat, on s'évertue à expliquer que les bâtiments (en R + 2 maximum) et que les maisons, seront suffisamment espacées pour laisser beaucoup de place à la verdure et aux arbres qui se trouvent aujourd'hui sur le terrain.

Mais le R + 2 contrarie les voisins qui y voient une intrusion dans leur intimité. Le maire explique que les petits collectifs seront au centre du terrain et que si l'on étale davantage le programme, il y aura moins de surfaces boisées disponibles. Surfaces qui bénéficieront à tout le quartier alors qu'aujourd'hui personne ne pénètre dans le bois. Dans la salle s'élève : « Évidemment, vous ne l'avez jamais entretenu. »

À propos de l'aspect social, un responsable de Gironde Habitat annonce les loyers : 282 euros pour un T2, 407 euros pour un T3, 548 euros pour un T4, et 511 euros (moins cher, donc) pour une maison T4 avec garage. Les superstructures en béton pourraient être équipées de panneaux-murs en bois basse consommation.

Les remarques de l'assistance seront prises en compte, assurent les promoteurs. Mais sur le fond, tout le monde a compris que le programme se fera, qu'il n'y a guère de chance que le nombre de logements soit réduit, ni que la bande de 20 mètres soit acquise. Rendez-vous dans six mois pour le projet définitif.

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 20:49

2010 baptisée année internationale de la biodiversité a-t-elle changée quelque chose dans notre environnement?

 

Michel Serres dans la "Chronique du lundi 17 janvier 2011 du Sud-ouest " écrit:

"Nous changeons de têtes, mais ce sont les mêmes lauriers, nous changeons de cadavres, mais les combats se répètent, nous changeons le nom des acteurs, mais il s'agit du même spectacle. Rien de neuf sous le soleil.

Si... Depuis quelques décennies, nous avons presque tous quittés l'agriculture, qui occupait la majorité de la population depuis des milliers d'années...Le pétrole a mis des millions d'années à se former, nous l'aurons épuisé en moins de cent ans. Nous éradiquons les espèces vivantes à une allure telle que nous travaillons en ce moment même et activement, à la sixième extinction de la vie sur la Terre, sans nous en rendre vraiment compte. Plus de poissons dans les mers. Nous risquons de stopper bientôt le Gulf Stream qui réchauffe nos côtes: il coule là depuis des millions d'années.

Les nouvelles?...Elles nous choient sur la tête à partir d'un passé géant. Avez-vous noté que la plupart de ces vraies nouvelles n'apparaissent jamais à la une des journaux et ne paraissent pas préoccuper ceux qui gèrent nos destins? "

 

 Nous courons et avec ceux qui décident pour nous droit dans le mur!

Mais quelque part cet aveuglement nous arrange!

FC

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 14:21

Biodiversité (ce ne sera pas encore pour cette année ! ) sur ce plan les projets fleurissent à qui mieux mieux grignotant et détruisant chaque jour les "espaces naturels" et la biodiversité (dont l'homme fait partie)

Si la destruction (encore une) d’une zone naturelle n’est pas « importante » : le fadet des laîches, un des 70 papillons Européens de la famille des Nymphalides disparaitra de notre région ,pour ne retenir qu’ une espèce animale parmi tant d’autres menacées, (pourtant d’après l’UICN c’ est une espèce appelée à disparaître en France).

Les zones humides  pourtant reconnues comme des lieux de très grand intérêt faunistique et floristique ont perdu en 30 ans la moitié de leur superficie et le phénomène s’ accélère partout en France et notamment à l’orée des agglomérations .

 Le lieu choisi pour la réalisation du Centre de recyclage de la Grande Jaugue sera sur 6 hectares situés sur une zone humide d’importance majeure voir carte SDAGE Adour Garonne).

 

Ce projet ne prend pas en compte l’impact sur la biodiversité .

 

Impact climatique( ignorance ou irresponsabilité ? )

Données :

·        Le centre de « valorisation » traiterait 75 000t /an

·        L’étude d’impact signale 37 camions & 24 véhicules « légers » par jour.

·        Le centre sera ouvert du lundi au samedi

Conséquences :

Avec environ 305 jours d’ouverture, on arrivera à plus de 11 000 camions par an et si un camion produit 94kg de CO² / 100 km la conséquence de ces norias de camions produira 1 034 tonnes de CO².

A ces camions il faut ajouter le CO² produit par les engins du centre (bulldozers et autres …) ainsi que ceux des entreprises spécialisées (ferraille, huiles, filtres usagées etc…)

 

le Plan climat de la CUB indique que les transports sont les premiers producteurs de gaz à effet de serre !

Ce projet ne prend pas en compte le changement climatique


Gestion des déchets( gestion, dites-vous ? )

 

- Non respect du « Plan départemental de gestion des déchets »

http://www.gironde.fr/cg33/jcms/c_11079/plan-de-gestion-des-dechets

Lors de la séance plénière du CG33 du 1-12-10 devant l’explosion des déchets, il a été décidé de promouvoir un compostage sur site pour les gros producteurs et en particulier pour les communes. Il a été envisagé du broyage in situ pour réduire les volumes mais aussi de faire des centres de compostage dans chaque commune pour éviter les transports !

Il  est également envisageable d’utiliser les « broyats » de déchets verts comme empaillage des « espaces verts » sur chaque commune.

 

Gérer, ce peut être produire et rentabiliser mais ce peut être avant tout anticiper !

 

 

La grande Jaugue sera l’équivalent d’un aspirateur à déchets verts pour les 20 communes de la CUB et les 25 000t venant de l’extérieur.

 

  • ce qui veut dire plus de déchets, plus de transports, plus de pollutions et de Gaz à effet de serre .
  • D’autre part dans ce Plan Départemental de Gestion des Déchets (PDGD) il est question de 50 000t seulement, alors qu’ à la Grande Jaugue, le projet porte sur 75 000tonnes. 

Dans le « rapport environnemental » du Plan Départemental d’Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA) de la Gironde :

-Il est indiqué que lors de la collecte+transport+traitement des gaz à effet de serre sont émis

-Les nuisances :Bruits, odeurs avec incidences sur les plus proches habitants.

·        Le centre est prévu sous les vents dominants d’ouest

·        trafic routier va agir sur la qualité de l’air (et avoir une incidence sur la santé des riverains)

 

Ce projet est en contradiction avec le rapport environnemental du PDEDMA :

  • pas de prise en compte des vents dominants pour limiter d’éventuelles émanations olfactives
  •  pas de prise en compte des nuisances dues aux bruits générés par le trafic routier

 

  • pas de prise en compte du changement climatique
  • pas de prévention et réduction des déchets même « verts » à la source


 





Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 21:59
décembre 2010 06h00 | Par Hervé Pons 3 commentaire(s)

Saint-Médard-en-Jalles

La pièce montée de Noël

Tous les « gros » dossiers en cours se sont retrouvés à l'ordre du jour mercredi soir. Plus celui qui n'était pas prévu, l'urbanisation du Bois de Corbiac.

 Compostage : le débat a porté sur le trafic des camions. archives so

Compostage : le débat a porté sur le trafic des camions. archives so

 

Ce sont traditionnellement les Conseils les plus longs de l'année. Genre solstice d'hiver. Il s'agit des votes de budget, bien sûr. Mercredi soir, à Saint-Médard, on a fait très fort : une série de dossiers importants est venue édifier une impressionnante pièce montée. La cerise étant la manifestation devant la mairie, puis la prise de parole en début de séance, d'une cinquantaine de riverains et membres de collectif de Corbiac en lutte depuis des mois contre un projet d'urbanisation dans le bois voisin. Le plus simple, pour ne pas se perdre dans la forêt de l'ordre du jour, est d'avancer pas à pas.

Collectif de Corbiac. Avant l'ouverture de l'ordre du jour, Frédéric Duzac a demandé au maire la parole au nom du Collectif, « afin de signifier notre mécontentement contre le projet de construction de Domofrance ». L'actualité, c'est que le maire a accordé un permis de construire à Domofrance le 4 novembre, alors qu'un recours en illégalité du PLU sur cette zone a été déposé au tribunal administratif. Les riverains mobilisés soupçonnent la ville de vouloir passer en force, au plus vite, et donc de « commettre l'irréparable » (le déboisement) avant que la justice ne se prononce.

Serge Lamaison explique qu'il doit répondre à un permis de construire dans les délais, qu'à défaut ce dernier serait accordé de manière tacite. Dans tous les cas les propriétaires disposent de leur bien comme bon leur semble - y compris pour couper les arbres ; quant à la ville, elle appliquera la décision de justice dès lors qu'elle sera rendue. Serge Lamaison ajoute qu'il est attentif au cadre de vie des habitants autant qu'aux besoins de logements exprimés par d'autres.

L'opposant Jacques Mangon estime qu'il y a d'autres endroits à urbaniser que ce bois.

La Grande Jaugue. Il s'agit d'autoriser, au terme de l'enquête publique, la réalisation d'un centre de compostage d'une capacité de 75 000 tonnes pour les communes de la CUB et hors CUB (lire notre précédente édition). La majorité municipale est favorable (« selon le principe de solidarité entre les communes » évoqué par le maire et par l'adjointe à l'environnement Christine Moebs) mais pose des exigences sur les aménagements routiers liés au passage des poids lourds.

Côté opposition, Jean-Claude Acquaviva rappelle les difficultés qui avaient accompagné l'ouverture du centre de compostage à Touban, en 1996, notamment les nuisances olfactives pour le voisinage. Le maire indique que les procédés qui seront mis en œuvre à la Grande Jaugue n'auront rien à voir avec les précédents.

M. Acquiviva estime encore que les analyses contenues dans le dossier d'enquête publique minimisent les risques, notamment les atteintes possibles au réseau hydrographiques, l'impact des camions, les risques d'odeurs, de poussières, de bactéries. Le maire répond que 4 à 5 millions d'euros seront débloqués par le Conseil général pour la voirie et se reporte aux études qui certifient le processus (Ecocert). La décision finale reviendra au préfet, et la « loi sur l'eau » aura un an pour examiner tous les paramètres.

Jacques Mangon préférerait un maillage de petits sites sur l'agglomération, plus respectueux du « bilan carbone » que le trafic des camions. Son groupe donne un avis négatif au projet.

Demain, les autres dossiers et le budget.

Saint-Médard-en-Jalles · forêt · CUB · Bordeaux rive gauche · Gironde
 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 21:36

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 21:25

Natur'Jalles
16 rue louis Cayx
33160 SAINT MEDARD EN JALLES  

 

manif du 16 déc 2010 en soutien du collectif de Corbiac : Sauvons les bois de St Médard en Jalles

Avons pénétré dans la salle du conseil municipal et notre affiche a amusé un peu les enfants…

Affiche  NaturJalles

-          Promenons-nous dans les bois pendant que le loup les laisse vivre !

-          Stop à leur destruction !

-          Stop à cette urbanisation non maîtrisée

-          Les bois sont indispensables à notre qualité de vie à St Médard en Jalles, ville espace ?

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article
14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 21:21

Ceci est le premier article de votre blog. Il a été créé automatiquement pour vous aider à démarrer sur OverBlog. Vous pouvez le modifier ou l'effacer via la section "publier" de l'administration de votre blog.

Bon blogging

L'équipe d'OverBlog

PS : pour vous connecter à votre administration rendez-vous sur le portail des blogs OverBlog

Partager cet article

Repost 0
Published by OverBlog
commenter cet article