environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles L'homme, une espèce prédatrice sous-estimée (Le Monde 22-5-2013) - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 17:40
L'homme, une espèce prédatrice sous-estimée (Le Monde 22-5-2013)

L'homme, une espèce prédatrice sous-estimée

LE MONDE | Mis à jour le 31.05.2013 Par Amélie Mougey

Cinq ans d'observation, 43 caméras de vidéosurveillance et des centaines de milliers de photos pour arriver à une conclusion : l'être humain est l'espèce qui a le plus d'influence sur le fonctionnement des milieux naturels. A première vue, la découverte n'en est pas une. Mais les résultats de l'étude réalisée par l'université de Calgary (Canada) et publiée le 8 mai dans la revue PLOs One remettent en question la grille d'analyse traditionnelle des écosystèmes. Selon le groupe de chercheurs canadiens, pendant des années, le facteur humain a été sous-estimé.

Pour comprendre comment les différentes espèces présentes dans un écosystème se régulent, les biologistes ont longtemps eut le choix entre deux approches. Soit ils s'intéressaient au sommet de la chaîne alimentaire, c'est-à-dire à l'impact des grands prédateurs sur l'ensemble des autres espèces. Soit ils regardaient à la base de la pyramide, en mesurant l'influence de la quantité de végétaux disponibles. L'ensemble formait ce qu'on appelle « l'équilibre prédateur-proie ». A coup de publications scientifiques,les débats ont fait rage pour savoir lequel de ces deux mécanismes, descendant ou ascendant, avait le plus de poids.

LES HERBIVORES AUGMENTENT, LES COMPORTEMENTS CHANGENT

"Ni l'un, ni autre", tranche Marco Musiani, qui a dirigé l'étude canadienne. "C'est l'homme qui en influençant chacun de ces mécanismes a le plus fort impact." Pour le prouver, son équipe de l'université de Calgary a surveillé pendant cinq ans l'activité des loups, des élans, des moutons et des êtres humains présents sur un territoire de 9 000 km2 au sud de l'Alberta. "L'objectif était de mesurer l'influence humaine pas seulement sur une espèce mais sur l'ensemble de la chaîne alimentaire", explique M. Musiani. Les biologistes ont donc choisi de surveiller, à l'aide de GPS, de satellites et de caméras, les effectifs et les déplacements des prédateurs et de leurs proies.

-> lire la suite

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/05/20/l-homme-une-espece-predatrice-sous-estimee_3387881_3244.html

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires