environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles un habitant des sols très menacé: le ver de terre, cet infatigable pour lequel notre ministre de l'agriculture vient de déclarer son "amour" ! - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 18:00

ver de terre (par Christine Davenne)

 

dessin par Christine Davenne

 

   Un travailleur infatigable : le ver de terre

 

   Je suis un ver de terre ou lombric (Lombricus Terrestris) parmi cent quarante autres espèces de Lombricidés, (un des groupes de la famille des Annélides ou vers annélés). De petite taille (entre 5 et 10 cm), des soies recouvrent partiellement mon corps m’aident à me déplacer dans les profondeurs du sol.

   Je n’ai pas de dents mais possède un gésier broyeur. Je suis riche de 5 paires de cœurs sommaires et dispose d’une paire de reins par segment. 

  Je fais partie des vers de terre qui creusent des galeries verticales, certains de mes congénères préfèrent les galeries horizontales et d’autres la surface du sol et la matière organique en décomposition.

  Mes galeries verticales me permettent de venir faire des « provisions » à la surface du sol tout en restant prudemment accroché par la queue à l’entrée de mon terrier : j’entraîne feuilles et débris organiques pour les ingurgiter dans mes galeries et je dépose à l’extérieur mes « riches » excréments, sous forme de tortillons appelés turricules. Infatigable, je creuse nuit et jour des galeries qui aèrent la terre, permettant à l’eau de s’infiltrer au lieu de ruisseler en lessivant les sols. Grâce à mon tube digestif, je peux ingurgiter de 20 à 30 tonnes de terre par hectare ! Les bactéries ingérées avec la terre et l’eau m’aident à digérer.

  Je recycle et fertilise les sols en favorisant la circulation de l’air, de l’eau et la vie bactérienne. Je suis un « laboureur du sol » ; je suis aussi à la fois mâle et femelle mais j’ai besoin d’un  compagnon pour assurer ma descendance.

  Les taupes, les sangliers et les oiseaux m’adorent, même le renard en période de disette, mais des menaces plus grandes pèsent sur mon existence : l’agriculture intensive avec son lot d’engrais et de pesticides, les terrains de football et de golf nous détestent, ce qui leur a donné l’idée de fabriquer les « lombricides ». La fragmentation des écosystèmes avec l’artificialisation des sols nous menace également.

  L’homme, par ses activités, détruit ces travailleurs de l’ombre. Comment fera-t-il pour se nourrir quand tous les sols l’entourant seront morts et infertiles ?

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires