environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Les sols de la SME (ex SNPE- Poudrerie) sous surveillance - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 18:07

Le rapport de l'inspection des installations classées(juin 2011) présenté au CODERST, signale de nombreux produits  présents sur le site (liste non exhaustive) :
• perchlorate d'ammonium (comburants),
• nitrate de sodium (comburants),
• poudres métalliques telles que de l'aluminium en poudre (solide inflammable),nitrocellulose (solide inflammable),
Hexogène, Octogène, Nitroglycérine, autres huiles nitrées (Premix) (explosifs),polybutadiène hydroxy téléchélique (PBHT),
polybutadiène carboxy téléchélique (PBCT),• dioctyazelate (doz),• silicones
Mais aussi:des produits toxiques à très toxiques
du type sels de chrome, Méthyl bapo, OP White, sels de plomb ...
• des liquides inflammables du type carburants, colles, décapants, diluants, peintures ....
Parmi les produits précédemment cités, les produits rencontrés sur les installations de 5MB présentant les potentiels de dangers les plus importants sont:
• des propergols composites, explosifs de Division de Risques (DR) 1.3,• des propergols homogènes, explosifs de DR 1.3,
• des explosifs (matières premières) de DR 1.1,
• des objets « muratisés » (type munitions), explosifs de DR 1.5,
• des comburants (matières premières) exclus de la classe 1 associée aux explosifs.

Leur présence est presque normale sur un site industriel tel que cette "ancienne" poudrerie dotée de ses propres stations de retraitement, mais "on" pensait sans doute que tous ces polluants seraient emportés par la Jalle, les rivières servant alors de dépotoir, il y a depuis quelques progrès, mais les stations d'épuration n'arrivent pas à faire face à "l'arrivée" des multiples nouvelles molécules chimiques d'où la situation actuell:

 

Des solvants chlorés imprègnent les sols (SO du 5 sept)


Le courrier adressé par Gérard Chausset à Vincent Feltesse fait état d'autres menaces. Huit zones sur le site SME de Saint-Médard-en-Jalles seraient contaminées par d'autres polluants que le perchlorate d'ammonium : « métaux, composés organiques halogénés volatils, composés explosifs, dioxines et dibenzofuranes, trichloroéthylène », énumère l'élu. Ces données sont confirmées à la Dreal, où l'on dispose d'informations solides depuis la fin du printemps sur la présence de solvants chlorés. L'accumulation de ces polluants résulte de la longue histoire du site. On a commencé à y produire des explosifs dès… 1660.

« Sur trois des huit zones concernées, on en sait suffisamment pour traiter le problème, soit par des excavations, soit par la mise en place de barrières hydrauliques par exemple », détaille Didier Gatinel, le chef de l'unité territoriale Gironde de la Dreal. Un arrêté préfectoral pourrait, avant la fin 2012, prescrire des mesures en ce sens à la SME.

Sur les cinq autres zones, « on attend des compléments » poursuit Didier Gatinel. Il s'agit de recenser l'ensemble des polluants qui pourraient s'être déposés dans le sol et les nappes, sachant qu'en cette matière, on ne trouve que ce que l'on cherche. D'autres analyses vont être programmées. Par voie de conséquence, les délais risquent de s'étirer jusqu'au début d'éventuels travaux de dépollution.

Vice-président de la CUB chargé de la ressource en eau, Jean-Pierre Turon ne se montre pas alarmiste sur le sujet. Les captages susceptibles d'être contaminés sont les mêmes que ceux qui sont déjà séparés du réseau d'eau potable, les sources de Caupian, Thil et Gamarde. « Mais il est évident qu'il y aura de notre part une très grande vigilance sur ces autres composés polluants », poursuit Jean-Pierre Turon. Pour boucler le sujet, celui-ci aimerait d'ailleurs que la Dreal monte un tableau de tous les sites industriels susceptibles de générer des pollutions sur les ressources en eau de la CUB.

Des affaires d'argent

Les travaux et les études que la SME mène sur son site de Saint-Médard en Jalles suite à ces diverses pollutions sont financés par l'entreprise. Tout ce qui concerne l'adaptation du réseau d'alimentation en eau potable de la CUB est, en revanche, du ressort de la collectivité et de son concessionnaire. Et, in fine, du contribuable et du client du service de l'eau qui se trouvent être un seul et même homme.

L'industriel y contribuera-t-il financièrement à l'avenir ? La question reste entière. Pour l'heure, rien ne l'y oblige. Sa responsabilité n'est pas juridiquement établie, même s'il accepte les prescriptions que l'État lui adresse par voie d'arrêté préfectoral. Gérard Chausset, le vice-président (EELV) de la CUB chargé des transports de demain souhaiterait que la CUB porte plainte contre Safran, le groupe propriétaire de la SME. Plus prudente, la collectivité s'est jusqu'à maintenant contentée de porter plainte contre X. Un expert a été désigné. Il a rendez-vous à Saint-Médard le 24 septembre avec toutes les parties concernées.

J.-D. R.

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires