environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Avis de Naturjalles pour l'enquête publique concernant la 6e modification du PLU - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 20:59

Natur'Jalles


 naturjalles@gmail.com

Président : Franck Zalcman

 

St Médard en Jalles  20 décembre 2011

A l’attention de M le Président de la commission d’enquête 6e modification du Plan local d’urbanisme

 

 

 

Objet : Observations concernant la 6e modification du PLU proposée en Enquête publique du 21 novembre au 21 décembre 2011

 

     Naturjalles s’étonne que cette 6e modification du PLU intervienne après 18 révisions simplifiées  sans un « état des lieux » ? Qu’en est-il de « l’Etat initial de l’environnement » partie « biotopes et espaces caractéristiques » répertoriant : sites inscrits, ZNIEFF, zones humides à protéger, espaces boisés classés  ainsi que le schéma directeur de l’aire métropolitaine bordelaise, les « principales niches écologiques et les sites paysagers » ? Que sont devenues ces richesses patrimoniales naturelles depuis le PLU version 21 juillet 2006 ?

     Depuis 2006, de nombreuses révisions simplifiées ont eu lieu, modifiant le zonage de ces zones classées pour les « urbaniser » : en voici quelques exemples : les forêts de St Aubin du Médoc et Taillan-Médoc forêts classées comme « forêt de protection » afin d’éviter le « grignotage urbain » , une déviation y est prévue qui attirera fatalement le long de son axe force « parcs d’activités », le « Site inscrit » du Domaine du Bourdieu est lui aussi passé en révision simplifiée , 28 ha d’espaces naturels, afin de « l’ouvrir à urbanisation »

    Une urbanisation qui n’a rien d’homéopathique puisque 1000 logements seraient construits amenant plus de 3000 habitants, il est impossible de croire que ce projet a pour but de « conserver à la nature tous ses droits en les valorisant » ! Naturjalles signale que dans le PLU 2006, le Domaine du Bourdieu avait l’honneur de figurer dans le tableau  représentant « les principales niches écologiques et sites paysagers » 2006, cinq ans plus tard il est rétrogradé, et on veut nous faire croire que le PLU est établi pour les 10 années à venir ?

      Déjà le PLU 2006 et les révisions simplifiées suivantes ont « zoné » en AU les zones boisées naturelles les condamnant à être urbanisées : par exemple voir les projets  soumis à modification : N°96 Sans-Souci et 97 Caupian : bois qui vont être détruits

      Le PADD (Plan d’aménagement de Développement Durable ) parle de « valorisation du patrimoine et du paysage urbain ainsi que de lutte contre l’étalement urbain ainsi que de préserver les espaces naturels

     Alors que nous ne pouvons que constater  : pour ce qui est du patrimoine architectural ancien, témoin de l’histoire de la ville, celui-ci a disparu sous les bulldozers pour laisser place à des immeubles qui auront du mal à s’intégrer au milieu du bâti existant car ils s’annoncent massifs et laids !

    Construire dans des espaces boisés nous semble favoriser l’étalement urbain, plutôt que le contrer , quant aux « espaces naturels » il serait bon que le PLU et le PADD en donnent une définition, car une confusion règne (à dessein ?) entre « espaces verts » et "espaces naturels"

 

Naturjalles rappelle le rôle essentiel que jouent ces espaces naturels :

-          Les espaces naturels proches des villes régulent les pollutions par autoépuration naturelle

-          La végétation et les sols stockent le carbone (ce qui permet de lutter contre les GES) et produisent de l’oxygène : 1ha de bois stocke 25 à 28 tonnes de carbone

-          Protègent du bruit par leur masse boisée – indispensable puisque le PLU nouveau diminue les distances entre les voies de circulation et les bâtiments (et avec les 50 000 logements  supplémentaires annoncés le long des axes de transport, il en faudra des espaces boisés naturels!)

-          Ces espaces naturels sont aussi des réservoirs de biodiversité (plus d’un oiseau nicheur sur quatre est appelé à disparaître UICN 2011) du fait de l’accélération destructrice des zones humides et zones boisées 

    Le PLU devrait classer en  zone naturelle inconstructible (N) les zones classées en AU et bien préciser les zones à protéger pour les années à venir.

     Ces zones naturelles contribueraient fortement à améliorer la qualité de vie des habitants (et servir à des activités pédagogiques de découverte de la nature) en coïncidant également  avec les objectifs du « plan climat » adopté par la CUB en février 2011 (l’étalement urbain allant à l’encontre des critères de réduction des GES : le premier objectif de ce plan est la réduction de -30% de GES d’ici 2020)

       Ce PLU ne tient pas compte de la « charte de l’environnement » adoptée en mars 2005 portant au niveau constitutionnel les notions de « milieu naturel » et de « diversité biologique » cette charte affirmant que « la diversité biologique  est affectée par « l’exploitation excessive des ressources naturelles », si en 2005, l’équivalent d’un département disparaissait tous les dix ans par artificialisation des sols, le processus s’est accéléré, puisque actuellement c’est tous les sept ans que l’équivalent d’un département disparaît, cette artificialisation et fragmentation effrénées de notre territoire  mettent en péril la survie des animaux et des végétaux qui vivent près de nous, tout en menaçant également notre équilibre et  notre santé

    Ce PLU et ses propositions d’urbanisation en zones naturelles et même en zone inondable et en réseau Natura 2000 (Villenave d’Ornon) n’a rien de « durable » et va rendre très difficile la réalisation des « couloirs écologiques » puisque toutes constructions nouvelles vont entraîner routes nouvelles,  accentuant la fragmentation, l’artificialisation, les pollutions de l’air, de l’eau de notre territoire

    Densifier soit mais là où les transports en commun sont adaptés, réhabiliter le bâti existant du centre de St Médard où le logement « ancien » est inhabité depuis des années.

     Naturjalles, pour les raisons évoquées ci-dessus souhaite voir « stopper l’urbanisation dans les zones naturelles et boisées » provoquant un étalement urbain et demande un renforcement de leur protection par un zonage adapté : une protection plus importante de la zone des « Sources  Thil Gamarde» point de rencontre des affluents de la Jalle (appartenant au réseau Natura 2000 et ses espèces emblématiques en voie de disparition : vison européen, cistude, azuré de la sanguisorbe etc)

    

 

                                                                     

                                                        Françoise Couloudou administratrice Naturjalles

      

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires