environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles A Fukushima, une décontamination impossible ? ferait-on mieux chez nous? - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 17:24

Réservoirs d'eau à la centrale nucléaire de Fukushima en février 2012. Kimimasa Mayama/AP/SIPA

Réservoirs d'eau à la centrale nucléaire de Fukushima en février 2012. Kimimasa Mayama/AP/SIPA

 

Nettoyer, stocker, détruire... Très critiquées pour leur gestion au plus fort de la crise, les autorités japonaises s'étaient lancées dans un chantier tous azimuts pour reconquérir
les territoires contaminés. Un reportage paru dans le n°781 de mars 2012 de Sciences et Avenir.


RUSTIQUE. Un week-end, Mikio Sato voit débarquer chez lui une vingtaine de volontaires vêtus de masques et de combinaisons de protection venus de tout le pays. Pendant deux jours, ils ramassent les feuilles mortes dispersées dans sa cour, arrachent l’herbe et raclent la terre avant d’entreposer ces déchets dans des sacs en plastique remisés dans un coin de la propriété. Quelques jours plus tard, des ouvriers d’une entreprise privée recrutée par la mairie prennent le relais.

La méthode est rustique mais les résultats encourageants : la radioactivité est divisée par cinq, passant de 3 microsieverts/heure à de 0,6 à 0,8 microsievert/h devant le domicile. « Je leur suis très reconnaissant », assure aujourd’hui cet agriculteur de 70 ans. L’homme, son épouse et ses deux fils habitent une grande maison traditionnelle, sise sur le flanc d’une colline colorée à Date, une commune située à 60 kilomètres de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima-Daiichi.

En octobre, sa maison a été ainsi l’une des premières à bénéficier d’une opération de décontamination. Un choix qui ne doit rien au hasard : elle se trouve en effet dans un hot spot (« point chaud »), où la radioactivité dépasse largement la limite des 20 millisieverts/an au-dessus de laquelle les habitants doivent – théoriquement – évacuer. Mais Sato et sa famille ont toujours refusé de partir, préférant porter en permanence un dosimètre individuel autour du cou et plaçant de grands espoirs dans l’opération de dépollution.

737 écoles, 306 garderies, 93 centres pour enfants et 1317 maisons décontaminés

1ère partie

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/decryptage/20130114.OBS5361/a-fukushima-une-decontamination-a-marche-forcee.html

 

2e partie

http://sciencesetavenir.nouvelobs.com/decryptage/20130114.OBS5364/a-fukushima-une-decontamination-a-marche-forcee.html

 

...


    Dans les faits, les opérations de décontamination sont très difficiles à mettre en place. « A ce jour, aucune ville n’a vraiment été décontaminée, admet Suzuki Katumasa, en charge du dossier à la préfecture de Fukushima. Des endroits ont été ponctuellement nettoyés, comme les écoles et quelques maisons, voilà tout. » Dans de nombreux établissements scolaires de Fukushima, la couche supérieure de la cour de récréation a été raclée avant d’être entreposée dans un gros trou creusé sur place. Une solution de stockage loin d’être optimale, mais l’entreposage des déchets est le casse-tête numéro un des autorités.

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires