environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Suite à la vague de chaleur, la consommation d’eau potable a explosé. .. La Métropole confirme une situation tendue. Le comité de bassin Adour Garonne prévient que l'eau se fera plus rare en 2050 à cause du réchauffement climatique - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 21:53

À Saint-Médard-en-Jalles, les sources du Thil,et Gamarde,  captages qui alimentent l’agglomération de Bordeaux...

[...]

Production : 193 000 m3/jour

Grégoire Maës, directeur de région Nouvelle-Aquitaine pour Suez Eau (délégataire du marché auprès de Bordeaux Métropole), a précisé hier soir la situation décrite par Alain Juppé. En moyenne sur l’année, la consommation en eau potable dans l’agglomération s’élève à 135 000 m3 par jour.

Depuis la fin de semaine dernière, elle ne cesse de grimper. Dimanche, elle a atteint 155 000 m3, puis 174 000 m3 lundi. Un pic a été franchi avec 182 000 m3 consommés dans la seule journée de mardi. On s’approche du pic historique, enregistré un jour de juin 2005, avec 210 000 m3 d’eau potable. « Nous avons une capacité moyenne pour Bordeaux Métropole de 175 000 m3/jour. Grâce au travail d’anticipation de nos équipes, on est en ce moment à 193 000 m3/jour », souligne Grégoire Maës. Lequel engage les habitants à pratiquer les écogestes permettant de limiter la consommation.

Suez Eau a par ailleurs ajourné des travaux de maintenance qui auraient limité les capacités de production. Sur la rive droite, la Métropole révèle que l’Agence régionale de santé a donné son feu vert à une modification du mélange eau/fluor, permettant sur une courte durée de délivrer une eau jusqu’alors non utilisée. Enfin, une réouverture de la source de Gamarde, à Saint-Médard-en-Jalles, fermée depuis 2011 suite à une pollution industrielle au perchlorate, est envisagée.

« Proche de ses limites »

Gérard Chausset s’interroge sur un assouplissement des seuils de santé publique permettant cette réouverture. Dans son courrier au président de la Métropole, il rappelle que le niveau des sources est très bas et demande quelles mesures la Métropole compte mettre en œuvre pour faire face à la situation. « La Métropole est proche de ses limites de capacité de production. Cette période est particulièrement critique en raison de l’affluence de Vinexpo, les hôtels étant tous pleins », écrit-il.

Suez Eau confirme de son côté une situation tendue, liée à la météo : « La région est très touchée par les évolutions climatiques. Le niveau des nappes phréatiques est très bas, nous avons eu un hiver très sec, les pluies ont été faibles depuis juillet 2016. Pour Bordeaux Métropole, le niveau des nappes est 20 % plus bas que d’habitude », précise Grégoire Maës. Cette situation difficile n’est pas nouvelle. La population du grand Bordeaux ne cesse de croître, ce qui se traduit par une élévation de la pression sur les ressources en eau. Et ce d’autant plus lorsque la météo y met du sien.

--->>> Sud Ouest 22 juin 2017

-->> Voir "Quand l'eau sera un bien précieux car rare"

Martin Malvy : "Je suis inquiet pour la qualité de l’eau" dans le Sud-Ouest

Le Comité de bassin Adour-Garonne se penchera ce vendredi (23 juin) sur les menaces qui pèsent sur la ressource en eau dans la grande région à l’horizon 2050. 

le Comité de bassin Adour-Garonne (les bassins versants Garonne, Dordogne, Lot, Tarn/Aveyron, Adour, Charente). Ce Comité de bassin est le « parlement de l’eau » qui rassemble 135 membres issus des collectivités territoriales et des usagers (agriculteurs, industriels, associations). Il prescrit ses orientations à l’Agence de l’eau Adour-Garonne.

Le Comité se réunit ce vendredi 23 juin à Bordeaux pour avancer sur son plan d’adaptation au changement climatique. Initié il y a un an, ce document identifiera les menaces qui pèsent sur l’approvisionnement en eau de la grande région à l’horizon 2050 : plus forte chaleur, baisse possible des précipitations, évolution dans le régime des rivières etc.

http://www.sudouest.fr/2017/06/22/martin-malvy-je-suis-inquiet-pour-la-qualite-de-l-eau-dans-le-sud-ouest-3555071-706.php?xtmc=Martin+Malvy&xtnp=1&xtcr=1

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires