environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Les élevages industriels: transports des canards depuis l'accouvoir jusqu'au gavage en passant par le prégavage, l'engraissement, le gavage, l'abattoir et le virus de la grippe aviaire! Tout ce parcours grâce à Vivadour et Maïsadour! - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 21:47

Mortelles randonnées (Canard enchaîné 11 janv 2017)

Le 29 novembre, dans un élevage du Tarn des milliers de canards prêts à être gavés embarquent nuitamment pour trois ateliers de gavage dans le Gers, en Lot et Garonne et dans les Hautes Pyrénées. Ils transportent probablement avec eux le virus de la grippe aviaire. Plus précisément la souche H5N8 qui a obligé le Ministère de l'agriculture à ordonner l'exécution de 800 000 canards afin de tenter de stopper l'épidémie.

Tous ces palmipèdes appartenaient à Vivadour un groupe coopératif qui aligne près de 200 éleveurs et gaveurs. Et c'est en se baladant qu'ils auraient propagé le virus partout!

"On est de moins en moins nombreux à faire tout sur place, de l'élevage du caneton au foie gras. Les grosses coopératives ont taylorisé la production de canards " déplore un éleveur gersois à l'ancienne

Dans ce nouveau système quasi industriel, un canard est au cours de sa vie, trimballé en camion d'un site spécialisé à un autre, ce qui augmente chaque fois le risque de propagation du virus influenza. Notre palmipède commence par naître dans un accouvoir géant. Les deux plus gros accouveurs en France produisent à eux seuls 8 millions de canetons par an! Le tout sous la férule du groupe Maïsadour un géant coopératif (8000 agriculteurs et près de 1,5 milliards de chiffres d'affaires) qui fait aussi dans le maïs, les semences, les légumes, le saumon...

Après avoir quitté l'accouvoir, le caneton reprend la route pour aller séjourner environ treize semaines dans un élevage de "prégavage" où il va se retrouver en compagnie de plusieurs autres palmipèdes. Puis il est de nouveau transbahuté dans un atelier d'engraissement  où il sera nourri cinq ou six fois par jour avec des rations hyperénergétiques.

Attention: tous ces canards ont été génétiquement modifiés pour engraisser plus vite mais du coup leur système immunitaire résiste moins bien aux virus

Pour une parties des mâles c'est l'atelier de gavage qui les attend: douze jours d'ingestion forcée de grains de maïs avec un entonnoir...

Enfin arrive le dernier voyage, direction l'abattoir

Un signe qui ne trompe pas, seuls les élevages traditionnels où le caneton d'un jour entre sur pattes et ressort en foie gras échappent à l'obligation d'abattage préventif

Et si on prenait en grippe l'élevage de canards à la façon Vivadour?

Le Canard Enchaîné 11 janvier 2017

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires