environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles TRANSPORTS : Déviation du Taillan : encore 5 ans - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

1 décembre 2016 4 01 /12 /décembre /2016 14:17

 

 

TRANSPORTS Attendu depuis plus  de trente ans, le contournement va se faire attendre plusieurs années encore


Sud ouest  1er déc 2016 par JM Leblanc

 Retoqués en août dernier par la cour d’appel du tribunal administratif, les travaux de la déviation du Taillan-Médoc ont dû être interrompus par le Département et l’État. Seule solution pour faire passer le projet, présenter un nouveau dossier de dérogation de destruction d’espèces protégées, en l’occurrence un papillon, l’Azuré de la sanguisorbe, dont le seul habitat girondin se trouve pile à cet endroit. Faire un dossier sur l’Azuré de la sanguisorbe ne se résume pas à recopier les pages de Wikipedia. Pour cela, le Département va devoir trouver puis engager des spécialistes qui réaliseront une étude complète sur ce lépidoptère, soit au minimum un cycle annuel. La demande de dérogation ne pourra donc pas être finalisée avant le printemps 2018. Même avec un dossier en béton, cela n’empêchera pas ensuite les défenseurs de la nature de remonter au créneau, comme le confirme Philippe Barbedienne, le directeur de la Sepanso (Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest) : « L’étude va aboutir au fait que le tracé est bien un site important pour l’Azuré, mais c’est également un tracé hautement destructeur car il menace 79 espèces protégées. Cette étude n’est qu’une fuite en avant. Le Département s’entête, alors qu’il y a longtemps que nous disons qu’il faut repartir sur une page blanche, choisir un autre tracé. Sa réaction est une obstination coupable. »

Philippe Barbedienne se dit parfaitement conscient que le passage des camions par le centre-ville du Taillan n’est pas acceptable pour les habitants, « mais tout autre tracé aurait le même effet de supprimer les camions ». Quant à l’argument de désenclavement du Médoc, le directeur de la Sepanso rappelle que « le choix du tracé actuel ne fera que déverser des milliers de véhicules de plus sur la RD1215 déjà saturée aux heures de pointe ». Selon lui, « il vaudrait mieux améliorer le maillage dans le Médoc et dévier une partie du trafic vers le secteur de Salaunes, afin que celuici puisse se rebrancher sur la rocade, plus au sud, et non par les entrées 8 et 9 où actuellement tout le trafic se dirige et continuera à se concentrer ».

Rouvrir ou non le dossier Pour sa part, Agnès Versepuy, le maire du Taillan-Médoc, n’est pas loin de se plier aux arguments de la Sepanso : « Si une étude est faite, si le nouvel arrêté qui en découle est attaqué en justice et si au bout de tout ça les travaux sont autorisés, cela veut dire que l’on ne pourra pas avoir la déviation avant au moins cinq ans. C’est intolérable, nous ne pouvons plus attendre. » Dans ces conditions, Agnès Versepuy préférerait que le Département change son filet à papillon d’épaule : « Il faudrait au plus vite se mettre autour de la table, avec la Sepanso, afin de chercher un autre itinéraire qui satisferait tout le monde et que l’on pourrait rapidement mettre en œuvre. » De son côté, Christophe Duprat, le maire de Saint-Aubin-de-Médoc, ardent défenseur de la déviation, ne l’entend pas de cette oreille. « Entre 1990 et 2005, nous avons eu largement le temps de discuter des quatre itinéraires possibles, dont aucun ne faisait l’unanimité. Rouvrir le dossier, c’est prendre le risque que cette déviation ne se fasse jamais. Nous avions fait des concessions, l’itinéraire devait passer à 25 mètres de certaines maisons. Si on en choisit un autre, nous demanderons à ce qu’il passe le plus loin possible de Saint-Aubin. »

À proximité du golf ? Et il y a de fortes chances pour qu’il en soit de même au Pian-Médoc où le golf verrait d’un très mauvais œil la proximité d’une déviation. D’ailleurs, les deux maires viennent de demander un rendez-vous au préfet pour obtenir des éclaircissements sur le dossier de la déviation. L’annonce de ce retard pour l’hypothétique reprise des travaux de la déviation conforte Agnès Versepuy dans la nécessité de la manifestation populaire qu’elle organise dimanche sur sa commune (lire par ailleurs) : un pique-nique familial en centre-ville du Taillan, sur le bitume de la route de Soulac. Au moins, ce jour-là, pour la première fois depuis que la déviation du Taillan a été envisagée (en 1982), les camions ne pourront pas passer. Au 1er janvier, les routes départementales situées sur le territoire de Bordeaux Métropole vont passer dans l’escarcelle métropolitaine… Sauf un dossier principal, celui de la future déviation du Taillan-Médoc. Une belle épine qui restera encore logée de longues années dans le talon du Département. Il ne reste plus qu’à espérer qu’une solution soit trouvée avant que l’amputation ne devienne inéluctable.


---> 

Le Taillan-Médoc (33) : la circulation coupée dimanche toute la journée pour dire non aux camions

http://www.sudouest.fr/2016/11/30/le-taillan-medoc-33-la-circulation-coupee-dimanche-toute-la-journee-pour-dire-non-aux-camions-2585949-2950.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires