environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Creusons, creusons jusqu'à la dernière goutte pour nourrir la croissance VERTE, pour nourrir cette croissance, l'industrie minière intensifie l' EXTRACTION ou EXTRACTIVISME - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 18:32

L'Extractivisme : pour nourrir la croissance l'industrie minière intensifie l'extraction des minerais, du sable, du pétrole, des terres rares...mais jusqu'où ?

Deux Ouvrages : « Creuser jusqu'où » et « Le Grand pillage » viennent récemment de porter la question sur le devant de la scène écologique

 

La transition énergétique est en marche, admettons, mais il faut reconnaître que cette transition passe par une énergie qui n'en est pas une : l'électricité dite renouvelable.

Or derrière ce paravent se cache une réalité à laquelle on ne fait jamais allusion :

l'extractivisme.

L'extractivisme se définit comme la prédation du sous-sol, la recherche sous la terre des éléments essentiels à notre confort moderne

Ce sont donc, outre les deux fossiles charbon et pétrole, les métaux traditionnels, mais aussi les métaux dits rares et les fameuses « terres rares » qui se trouvent en quantité infinitésimales mais JAMAIS pures dans le sol

Cette activité, éliminée de la réflexion écologique, pèse très lourd dans l'avenir de notre planète sans doute parce que les hommes ont toujours eu recours à des matériaux prélevés sur le sol (silex, cuivre, bronze, fer)

Aujourd'hui, nous assistons à un pillage minier grâce au développement de la technique et au nom de l'écologie ; saviez-vous que pour faire rouler nos voitures plus vite sur les autoroutes, il est consommé 30 000t de sable par kilomètre

Au niveau des métaux : il faut creuser de plus en plus profond pour les extraire…

les lampes florescentes contiennent du mercure (substance peu recommandable) et les LED du gallium et de l'indium minéraux rares impossibles à recycler. Les éoliennes suivant leur taille contiennent 1,5 à 4 tonnes de cuivre, une voiture ordinaire 50kg et une voiture électrique 2 à 3 fois plus ; pour extraire 50kg de cuivre il faudra déplacer une tonne de roches.

Toute la technologie informatique utilise métaux rares et terres rares (l'or du 21s)

Nous en sommes là, les technologies censées éviter l'exploitation des métaux classiques dévastent tout autant la planète et le mouvement ne peut que s'accentuer

Ugo Bardi auteur du «  Grand pillage » étend la thèse du « pic du pétrole » à l'ensemble des minéraux : nombre d'entre eux ont en effet passé le pic de production (voir le cuivre, l'uranium)

Ceci met en relief l'absurdité du recours unique à la technologie pour résoudre les problèmes : la fuite en avant technologique à laquelle on se raccroche chaque fois qu'un problème se pose, est bien mise en évidence par ses conséquences désastreuses - les usages des métaux et terres rares- qui font le bonheur des « High tech » sont présentées comme des solutions écologiques, alors que leur extraction ne font qu'aggraver la situation.

Le pillage du sous sol s'étend à la planète entière, en touchant particulièrement les pays pauvres dont la réglementation est quasi-inexistante, c'est ainsi que l'on voit des enfants de 8 ans extraire le coltan pour nos smartphones, une des causes de l'occupation du Thibet par la Chine est l'extraction du lithium pour nos batteries.

«  Creuser jusqu'où » s'interroge sur le cas du Canada et parle des ravages écologiques des sables bitumineux en Alberta.

Outre ce pillage généralisé, ces ressources minières ne favorisent même pas le développement économique des pays car trop dépendants du marché mondial, les pouvoirs locaux sont souvent soumis aux puissances qui encadrent l'exploitation voir le cas français AREVA pour l'uranium au Niger.

Si ces réserves sont importantes sur le papier, extraire le minerai coûte de plus en plus cher, situation aggravée par les besoins de l'électronique

Une conséquence encore plus catastrophique : la pollution. Tout récemment un immense désastre au Brésil a révélé le pouvoir néfaste des activités minières : la région de Mariana a été recouverte de boues toxiques provenant de l'extraction des minerais de fer : solvants, mercure se sont répandus dans la rivière proche détruisant toute vie et atteignant même le littoral maritime à 500km de là.

Les ravages de ces extractions : trous dans le sol, montagnes arasées, forêts détruites, rivières dépotoirs, nappes phréatiques souillées, deviennent des lieux totalement stériles et sans vie. Ne parlons pas de la radioactivité des déchets nucléaires, que la COP21 a eu le culot de présenter l'industrie nucléaire comme une solution pour limiter les émissions de CO2…

biblio :

- Creuser jusqu'où ? Extractivisme et limites de la croissance – Ecosociété 2015

- Ugo Bardi – Le Grand pillage, comment nous épuisons les ressources de la planète

l – Petits matins 2015

- Indispensable ! le numéro de L'Écologiste janv-mars 2016 « L'État de la planète : les raisons de sa destruction »

et sur ce blog

   http://naturjalles.over-blog.com/article-le-comble-du-developpement-durable-les-n-110119521.html

  • http://naturjalles.over-blog.com/2016/04/eoliennes-terres-rares-et-desastre-environnemental-une-verite-qui-derange-meme-les-ong.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires