environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Enquête publique ICPE sur la demande d'autorisation de défrichement et sur la demande d'exploiter une carrière de sables et de graviers et Installation de traitement de matériaux au lieu-dit "le Menespley" à St Médard en Jalles formulées par la société SOGIEX (EP du 28 sept au 28 oct 2016) Rapport Naturjalles - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 21:15

 

Objet: Enquête publique ICPE sur la demande d'autorisation de défrichement et sur la demande d'exploiter une carrière de sables et de graviers et Installation de traitement de matériaux au lieu-dit "le Menespley" à St Médard en Jalles formulées par la société SOGIEX (EP du 28 sept au 28 oct 2016)

 

St Médard en Jalles le 16-10-2016

 

A l'attention de Monsieur le Commissaire enquêteur

 

En lisant le dossier, on apprend que le premier projet consiste en le défrichement et la demande d'exploiter une carrière de sables et le deuxième projet concerne une station de lavage et criblage de matériaux "inertes", lavage des matériaux extraits du sol et matériaux inertes provenant de l'extérieur du site ( voir page 137 de l'étude d'impact ).

 

- Milieu naturel et environnement "choisi" par SOGIEX pour les 2 projets d'ICPE :

Le site est un environnement boisé: l'emprise du site est de 51,2ha divisé en 2 zones séparées par une piste forestière sous maîtrise foncière de l'armée permettant de rejoindre l'aerospatiale-CAEPE au NO ;

- le projet est à proximité de terrains militaires:

  • Le camp de Souge (qui est aussi une ZNIEFF de type 1 au SO et l'aérospatiale—DGA(CAEPE) au NO et à l'O un autre terrain DGA-CAEPE

  • A proximité, à 160m au N, le ruisseau le Bonneau affluent de la Jalle qui est sitée à 170m à l'E du "projet"

La Jalle et le Bonneau font partie du "Réseau hydrographique des Jalles de St Médard et d'Eysines"

Ce site Natura 2000 a été désigné le 13-1-2012 "Site d'intérêt communautaire" dont le Document d'objectifs validé en juin 2010 signale que les usages et activités sont  l’agriculture, l’élevage et la sylviculture- tout en reconnaissant les "activités industrielles déjà recensées dans les environs du site voir le SCOT ».

 

Pourquoi site Natura 2000?

 

Du fait de la présence d'espèces animales et végétales uniques et d'intérêt communautaire: pour en citer quelques uns: Loutre, Vison d'Europe, Cistude d'Europe, citons aussi la Lamproie de planer , la ripisylve remarquable Aulne, Frêne...

Le SCOT rappelle que la DOCOB ou document d'objectifs préconise dans les enjeux de préservation :

 

  • La conservation des Habitats et espèces d'intérêt communautaire par la préservation des corridors écologiques ou trame verte ou bleue et les milieux annexes or l'Autorité environnementale identifie le site du projet comme faisant partie de la trame verte- réservoir de biodiversité "boisement de conifères et milieux associés" dans le "Schéma Régional de Cohérence Ecologique"(SRCE) adopté par arrêté préfectoral du 4-1-2016

  • Ce projet est contigü à un autre projet de carrière de la Société FABRIMACO qui a fait une demande de défrichement de presque 25ha (2014) évitant ainsi l'étude d'impact, il nécessiterait une route de 2km et un pont de 50m et de 12m de large sur la Jalle; ce projet Fabrimaco entraînerait 50 à 100 rotations de poids lourds par jour.

 

- Risques d'impacts sur la ressource en eau

 

  • Le projet Sogiex est à 500m d'un forage (Miocène) n°8028X0168 (Usine Dassault)

  • Ce projet est situé à l'aplomb de plusieurs aquifères superficiels semi-profonds s'écoulant en direction du Bonneau(NE) et la Jalle à l'E

  • Un aquifère captif est localisé au droit du site à 60-70m de profondeur : protégé des activités de surface par les formations sus-jacentes (Miocène et plio-quaternaire) alimentant Thil-Gamarde, ces formations sont exploitées par différents captages destinés à l'eau potable: Cap de Bos, Moulin de Caupian, Gajac

 

* Noter que la pollution au perchlorate d'ammonium a entraîné l'arrêt d'exploitation des captages Thil-Gamarde et Cantinolle qui fournissaient près de 25% des ressources en eau de la Cub

 

- Les impacts sur la biodiversité:

 

Si l'étude d'impact reconnait que la réalisation du projet se traduira par la perte des différents biotope et particulièrement par la perte de sites d'abris, de nidificationet , de nourrissage , elle conclut que la faune "banale" pourra disposer de proches milieux similaires!

Et l'étude d'incidences Natura 2000 peut ainsi conclure que le projet n'aura aucun impact sur l'état de conservation des espèces et des habitats naturels. Nous rejetons ces argumentaires.

 

Or ce n'est pas ce qu'écrit le "Schéma départemental des carrières de Gironde " une carrière a des effets multiples sur l'environnement

"L'exploitation modifie profondément le milieu sur lequel elle est faite par l'enlèvement de la végétation, le décapage des sols, la modification du sous-sol. Les espèces vivant sur le site sont chassées ou détruites"

 

 - Les mesures de réduction d'impact sur la faune, flore et les habitats:

 

Très réduites, présence d'un lézard vert banal, quant aux 2 parcelles de jeunes pins de 7,5ha et la Chênaie (Chêne tauzin) de 1,5ha sont "préservés" car exclus du projet, mais situés en périphérie, puisqu'exclus (ainsi que le "genêt poilu" rare) seuls 20ha de mesures compensatoires en reboisement sont prévues sur Avensan et Ste Hélène ;

 

Quant à l'avifaune, elle profitera d'un défrichement hors période de nidification!

 

Nous contestons ces mesures de réduction d'impact sur la faune, flore et les habitats.

 

---- Exploitation du site:

Effet sur le climat négligeable car défrichement étalé sur 26 ans! Aucune mesure spécifique n'est nécessaire ;

 

Lorsque la production augmentera , un éclairage à faible consommation fonctionnera de la tombée de la nuit jusqu'à 22h, et le matin 5h jusqu'au lever du jour

Il faudra l'installation d'un transformateur d'une puissance de 350kW pour la drague de la station de lavage et criblage.

 

Notre avis : A la place de la forêt ce ne seront qu'engins d'excavation creusant le sol jusqu'à 17m de profondeur avec des risques sur la nappe du Miocène et Oligocène – engins roulants, drague, pelles hydrauliques, camions d'où bruit, vibrations, poussières, gaz et odeurs

 

Page 28 de l'étude d'impact le tableau des gaz dus aux échappements des engins: CO2, NO2, SO2 et des poussières: seraient sans effet pour la qualité de l'air, notre santé et le climat, puisqu' émis dans des quantités "NÉGLIGEABLES". Nous contestons ces allégations.

 

 

- Risque incendie: - Sur le site il y aura des produits inflammables stockés, Hydrocarbures, Gaz naturel routier et quelques " produits chimiques" servant de floculants pour recycler les eaux de lavage avant rejet dans les 2 plans d'eau créés pour le projet

Risque incendie :

Le projet est prévu dans une zone d'aléas forts, ce qui est préjudiciable et dangereux également à côté du camp de Souge!

 

- Trafic et Exploitation :

 

  • De 20 000t/an des premières années et dès que le réseau routier permettra la production monterait de 190 000t/an à 300 000t/an avec une extraction "sous eau" à l'aide d'une drague aspiratrice et tout cela sur une période de de 30 ans (renouvelable comme Le Temple) avec un fonctionnement du Lundi au vendredi de 7h à 20h

 

  • Le trafic de poids lourds représenterait un flux de 4 camions /jour mais grâce au réseau amélioré le trafic pourra être voisin de 30 à 45 rotations /jour soit 60 à 90 trajets par jour

A noter que le trajet retour ne se ferait pas à vide, puisque les camions apporteraient des matériaux inertes pour être retraités!

 

  • Sogiex précise que les granulats recyclés ne sont bons que pour les travaux routiers mais ne peuvent être utilisés pour faire du béton en France actuellement car ils ne permettent pas d'obtenir les propriétés mécaniques et physiques requises par les normes nationales en vigueur, pour des raisons de coût de retraitement et l'absence de normes d'utilisation des produits recyclés.

 

Pour nous, il s’agit d’un raisonnement fallacieux : car bien au contraire les progrès dans le domaine du bâtiment et les démarches d'écoconception de HQE ou de certification environnementales permettent d'intégrer en amont la problématique des déchets: d'ailleurs l'Agence nationale de recherche (ANR) http://www.agence-nationale-recherche.fr/?Projet=ANR-12-VBDU-0003 dans « Villes et bâtiments durables ed 2012 » indique que les matériaux inertes représentent une source de matériaux importante et exploitable : la réutilisation de matériaux recyclés à base de béton de démolition/déconstruction permet de limiter l'extraction de matières premières et de les préserver car elles ne sont pas renouvelables, tout en limitant les impacts énergétiques et environnementaux (espaces naturels et transport)

A l'heure du changement climatique, il serait URGENT de valoriser les bétons de démolition dans le béton ou bien d'utiliser d'autres matériaux plus écologiques que le béton que l'on voit couler à flots dans tous les projets urbanistiques de notre métropole.

 

Le projet Sogiex affirme être conforme aux orientations du « Schéma départemental des carrières » et n'avoir aucune « contraintes ou enjeux environnementaux »

 

Vérification faite, Naturjalles note que le projet est :

 

. à proximité d'un site Natura 2000 doté de documents d'objectifs le schéma signale qu'une carrière est incompatible ou interdite

. à proximité d'une ZNIEFF type 1, une carrière serait incompatible

. à proximité de camps militaires ou assimilés : Camp de Souge – CAEPE au NO et à l'E, carrière interdite

. contraire à la protection des eaux souterraines par l'extraction de granulats , puisque celle-ci est susceptible d'impacter la qualité des gisements d'eau souterraines

 

Dans ce cas, l'autorisation de Monsieur le Préfet doit être subordonnée à une analyse hydrogéologique explicitant les impacts et les conditions de préservation de la qualité de l'eau.

Le Schéma départemental des carrières indique également que, à proximité des cours d'eau (Bonneau et Jalle), les poussières chargées en particules fines, etc, risquent d'impacter la qualité des cours d'eau et par là la faune aquatique, comme la végétation à proximité (en particulier la Chênaie et les 2 parcelles de jeunes pins)

 

Pour toutes les raisons énoncées ci-dessus, l'artificialisation des 51ha, la modification complète du milieu par le projet, les bruits, les vibrations des engins, n'inciterons pas les oiseaux à venir nicher à proximité du site, ce sera la destruction du vivant de cet espace naturel .

 

Naturjalles ne peut que rejeter ces projets néfastes pour :

 

  • les nuisances très importantes, bruit, poussières, circulation intense de poids lourds et cela à proximité d'habitations (moins d'un kilomètre) : les quartiers de Magudas et la ville de Martignas sont aux premières loges

  • ses atteintes irréversibles au paysage avec des risques de pollutions des ruisseaux, des zones Natura 2000 et des nappes souterraines

 

Pour Naturjalles

La Présidente

Françoise Couloudou

 

Biblio : Schéma départemental des carrières Gironde 2003

http://www.gironde.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-risques-naturels-et-technologiques/Installations-classees/Schema-departemental-des-carrieres

 

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires