environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Pesticides: un rapport embarrassant et peu médiatisé publié le 25 juillet par l'ANSES - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 21:21
Pesticides: un rapport embarrassant et peu médiatisé publié le 25 juillet par l'ANSES

Rapport ANSES : le danger d’exposition des travailleurs aux pesticides sous-estimé

Dix mois après la date de parution initiale, et plusieurs reports de parution de dernière minute plus tard, le rapport de l’ANSES sur l’exposition des travailleurs agricoles aux pesticides est enfin paru, lundi 25 juillet.

Le rapport final révèle des connaissance insuffisantes sur l’exposition des travailleurs aux pesticides

Ce rapport de près de 1000 pages et de 7 volumes rassemble les connaissances disponibles sur l’exposition de cette population d’un million de travailleurs. Il souligne notamment que les risques sont insuffisamment documentés et pris en compte dans le processus d’autorisation des pesticides.

Il conclut que les données sur l’exposition des travailleurs aux pesticides «sont lacunaires et aucune organisation en France n’est en charge de les produire. Ces données, qui peuvent également être utilisées dans le cadre de l’homologation des produits, sont pour certaines produites par des organismes non indépendants (ayant un intérêt économique à la vente de pesticides, soit directement via la vente de produits soit indirectement via la commercialisation de produits d’aval)».

Les experts déplorent également l’accès difficile à ces informations, en raison de la confidentialité et de l’absence de centralisation des informations : «Ces exigences de confidentialité sont parfois interprétées de façon excessive, empêchant de traiter correctement les enjeux de santé publique».

L’agence souligne le problème des conflits d’intérêts, notamment dans la formation et le conseil préventif : «une grande partie des missions de conseil relatives à la réduction d’utilisation des pesticides et à la prévention est confiée à des personnes appartenant à des entreprises dont les bénéfices commerciaux sont directement dépendants de l’usage de pesticides (…) Ce constat soulève la question des conflits d’intérêt dans lesquels s’inscrivent ces prestations».

Le plan Ecophyto, est également critiqué «La santé au travail des personnes travaillant dans l’agriculture est un élément très secondaire dans les débats qui accompagnent et régulent les choix techniques dans le secteur agricole en France».

De nombreux rebondissements autour de la parution de ce rapport

Si la publication a été retardée de la dernière date de parution proposée en juin, c’est en raison d’une situation inédite à l’ANSES. En effet, deux experts du groupe de travail (Sonia Grimbuhler de l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture, Irstea et Guy Milhaud de l’Ecole vétérinaire d’Alfort) ont soumis une position minoritaire à la direction de l’Anses. Tous deux ont en commun d’être membres du Comité d’Experts Spécialisé de l’Anses, groupe chargée d’évaluer les risques des pesticides préalablement à leur homologation, dont la pratique est précisément interrogée dans ce rapport !

« Tous les membres du groupe ont eu une totale liberté d’expression au cours des discussions et chacun a eu la possibilité d’exprimer d’éventuelles positions divergentes. J’ai été très surpris, comme d’autres, de voir une opinion divergente surgir après la finalisation du rapport. » témoigne Onil Samuel au journal Le Monde, toxicologue à l’Institut national de santé publique du Québec. L’Anses a saisi son comité de déontologie pour savoir comment traiter le problème. La position minoritaire a finalement été incluse en annexe.
Le rapport est donc paru en milieu d’été, au risque d’amoindrir sa portée médiatique.«L’Anses nous avait habitués à mieux», regrette François Veillerette, porte-parole de Générations futures. Ce rapport a été présenté ce jeudi 28 juillet à Ségolène Royal en présence de Générations Futures et Phyto-Victimes qui ont salué le travail sérieux et nécessaire mené par les experts ayant oeuvré dans le cadre de cette saisine de l’ANSES.

---->>>SOURCE:

http://www.generations-futures.fr/sante/rapport-anses-parution/

---->>> Lire également https://mrmondialisation.org/pesticides-le-rapport-embarrassant-de-lanses-si-peu-mediatise/

Partager cet article

Repost 0

commentaires