environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles St Médard en Jalles: le Ruisseau Le Magudas a débordé - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

13 janvier 2016 3 13 /01 /janvier /2016 17:51
St Médard en Jalles: le Ruisseau Le Magudas a débordé

Ce ruisseau qui irrigue la quartier de Magudas a débordé et les riverains ont les pieds dans l'eau, mais si ce ruisseau a débordé ce n'est pas uniquement dû aux fortes précipitations de ces derniers jours, le Magudas reçoit les eaux de ruissellement de l'aéroport, eaux polluées aux métaux lourds (mais filtrées auparavant quand même) car issues des surfaces imperméabilisées de l'aéroport

Le SIE Adour Garonne Système d'information sur l'eau du Bassin Adour Garonne

le signale en mauvais état écologique

Le Ruisseau de Magudas au niveau de Mérignac (05074420) http://adour-garonne.eaufrance.fr/station/05074420/print

un des paramètres de son mauvais état est le "cadmium" parmi les 4 métaux lourds recherchés qui doivent aussi faire partie des 14 polluants industriels...

N'oublions pas que le Magudas se jette dans la Jalle...

http://adour-garonne.eaufrance.fr/coursdeau/O9740520

article Sud Ouest

Le ruisseau déborde autour de Magudas

ier matin, les riverains du ruisseau Le Magudas avaient les pieds dans l’eau.

Sous le pont de l'avenue Mirabeau coule non pas la Seine, mais le Magudas, un paisible ruisselet qui plonge sa tête de bassin à l'aéroport et irrigue le quartier de Magudas, jusqu'à Mérignac. Hier matin, il s'est gonflé d'orgueil et des fortes précipitations et s'est transformé en impétueux torrent pour inonder les jardins avoisinants.

Tout le monde était sur le pied de guerre : les employés de Bordeaux Métropole pour la signalisation et avertir les usagers de la route que celle-ci est inondée au cas où cela ne se verrait pas ; les techniciens du Sijalag pour tenter de comprendre cette montée soudaine des eaux ; les services municipaux pour coordonner le tout ; et bien sûr les riverains. « Je suis là depuis plus de vingt ans et en six ou sept ans, cela fait cinq fois que cela se produit », se lamente l'un d'eux. « Je n'ai jamais vu personne venir entretenir le ruisseau. »

Renseignement pris, cela fait maintenant cinq ans que le Magudas n'est pas passé chez le coiffeur, mais c'est tout à fait normal puisque son rafraîchissement a lieu tous les cinq ans et le suivant est programmé pour 2016. « Nous avons une déclaration d'intérêt général (DIG) pour pouvoir intervenir chez les particuliers et nous assurons un entretien quinquennal sur un linéaire bien défini », souligne un technicien au Sijalag, le syndicat chargé de gérer notamment le Magudas.

Et le fait que le Sijalag vient justement de changer de tutelle cette semaine en étant absorbé par Bordeaux Métropole n'a rien à voir à l'affaire. La cause principale… c'est la pluie, tombée en trop grande quantité ces dernières heures.

Des dysfonctionnements

Toutefois, au Sijalag, comme aux services techniques de Saint-Médard-en-Jalles, on reconnaît que le problème est issu d'un cumul de petits dysfonctionnements : un pont Mirabeau peut-être pas tout à fait légal, des propriétaires qui oublient que les fossés d'évacuation sont à leur charge, un réseau de collecte des eaux pluviales du quartier quelque peu dépassé et deux buses (au niveau du stade) qui ont tendance à bloquer les branches et provoquer des obstacles.

Toute la journée d'hier a été consacrée à identifier les différents problèmes et des solutions devraient être proposées. En attendant, les prévisions météo ne sont guère optimistes et les jardins du coin ne devraient pas nécessiter d'arrosage avant longtemps.

Jean-Michel Le Blanc

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires