environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles IGPs “JAMBON DE BAYONNE” et “PORC DU SUD-OUEST” = ÉLEVAGE CONCENTRATIONNAIRE 🐽 HISTOIRE DE PORCHERIE à Saint-Symphorien... - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

23 janvier 2016 6 23 /01 /janvier /2016 21:41
 IGPs “JAMBON DE BAYONNE” et “PORC DU SUD-OUEST” = ÉLEVAGE CONCENTRATIONNAIRE  � HISTOIRE DE PORCHERIE à Saint-Symphorien...

Collectif PLEIN AIR

15 janvier, 20:51 ·

L’histoire et les enseignements d’une douzaine de porcheries industrielles à l’attention du public et du législateur:

Partie 10/12 – IGPs “JAMBON DE BAYONNE” et “PORC DU SUD-OUEST” = ÉLEVAGE CONCENTRATIONNAIRE

🐽 HISTOIRE DE PORCHERIE à Saint-Symphorien

La SAS Le Lay, à Saint-Symphorien en Gironde, veut passer de 7.600 à 11.600 animaux-équivalents, en système naisseur-engraisseur. L’enquête publique a eu lieu en janvier 2014.

Alors que l’autorité environnementale semble l’accepter, le commissaire-enquêteur formule un avis défavorable au projet d’extension et à la réalisation du plan d’épandage du lisier et du compost. Il considère que les risques sur les milieux aquatiques ne sont pas vraiment mesurés et que le projet engage des perspectives négatives sur la qualité des eaux. [1] Celle-ci est déjà nettement dégradée dans le secteur.

L’opposition à l’extension est massive. Il s’agit déjà d’une des plus grandes porcheries de Gironde, et elle figure sur la carte de France des fermes-usines publiée par la Confédération paysanne. Le président du Conseil départemental de Gironde a jugé le projet “incompatible avec les principaux enjeux du territoire”. La porcherie se trouve dans le Parc naturel régional des Landes de Gascogne! Le Parc s’y oppose, de même des Commissions Locales de l’Eau. Le CODERST (conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques) semble bien isolé avec son avis favorable (à une faible majorité).

La décision du préfet est toujours repoussée, dans l’attente des résultats d’une nouvelle étude hydrogéologique, commanditée par le porteur de projet.

Cette porcherie appartient à 70% à la coopérative FIPSO. Une inspection en 2012 avait révélé de nombreuses non-conformités, entraînant une mise en demeure de les régulariser. Le gérant de la société Le Lay est aussi directeur de la coopérative.

Il se trouve que l’exploitation de Saint-Symphorien est franchement mauvaise au niveau du bien-être animal. Une partie des porcs sont nourris en soupe et n’ont pas d’abreuvoirs, alors que l’accès permanent à l’eau est obligatoire. Certains sont sur caillebotis fil; c’est un caillebotis métallique avec une partie pleine de support particulièrement mince et génératrice de lésions des onglons. La loi prescrit une zone de couchage avec confort physique et thermique; aucun caillebotis ne le permet, mais le caillebotis fil est le pire. Certaines salles n’ont pas de fenêtres. Les porcs doivent atteindre 120 kg; mais l’exploitant n’explique pas comment il fait pour assurer 1m2 à chaque porc (c’est la norme pour des porcs de > 110 kg) alors que les calculs quant à la dimension des cases concluent à 0,74 m2 par porc (ce qui respecte la norme minimale, étant de 0,65 m2, pour des animaux < 110 kg).

Il se trouve que cette porcherie produit des porcs pour deux IGPs, c’est-à-dire des Indications Géographiques Protégées, un des signes officiels de qualité et de l’origine reconnus par l’Europe: le “Jambon de Bayonne” et “Porc du Sud-Ouest”. Sur le site officiel de ces IGPs il était encore affirmé, au moment de l’enquête publique et après, qu’il s’agit de “petits élevages” et que les porcs seraient élevés dans des “conditions exceptionnelles”. Suite à l’intervention du Collectif PLEIN AIR, ces affirmations trompeuses ont été enlevées.

http://collectifpleinair.eu/ligp-jambon-de-bayonne-a-du-re…/

🐽 CE QUI DOIT INTERPELLER LE LÉGISLATEUR

➔ Le conflit entre toutes les forces attachées aux valeurs d’un territoire d’un côté, et de l’autre les coopératives gestionnaires de l’élevage industriel.

➔ La timidité des services de l’État pour imposer l’intérêt collectif à des coopératives agricoles.

➔ La pratique de publicité mensongère:
– l’aspect trompeur de la publicité pour les deux IGPs porcines avait été signalé à la DGCCRF, qui n’avait rien trouvé à redire;
– il avait été signalé à l’INAO qui a fait enlever les mentions trompeuses;
– il avait été signalé à la DGAL. Elle a répondu seulement après relance. Elle semble parfaitement confiante dans les contrôles pratiqués, et elle ne semble pas gênée par l’attribution d’aides publiques à des productions dont le respect des normes est défaillant. Par rapport aux non conformités en matière de protection animale, la DGAL nous informe que les questions à ce sujet sont posées à l’ANSES. Cette situation in
terpelle:

➔ les normes minimales de protection animale ne sont pas respectées. Lorsque des normes de protection animale ne conviennent pas aux filières et ne sont toujours pas appliquées plus de 10 ans après leur validation, la DGAL interroge l’ANSES… Mais est-ce que l’ANSES ose dire quelques vérités? Oui et non, on se faufile. Difficile d’échapper au verrouillage.

➔ Il faut que la Stratégie nationale pour le bien-être animal, en cours d’élaboration, sorte la France de cet embourbement. En effet, la France accuse un retard important comparé à d’autres pays européens, en matière de bien-être animal.

➔ Le niveau de certains signes officiels dits de qualité et d’origine (SIQO) est déplorable en ce qui concerne l’impact sur l’environnement et le bien-être animal. Le système des SIQO et leurs cahiers des charges sont à revoir.

Référence

[1] http://www.gironde.gouv.fr/…/Avis%20et%20conclusions%20du%2… qu%C3%AAteur.pdf

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires