environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Nouvel épisode sur le projet d'extension de l'une des quatre plus grosses porcheries de Gironde, la SAS Le Lay, à Saint-Symphorien. Les opposants au projet d’extension reprochent à la préfecture de ne pas communiquer les résultats d’une étude. - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 21:50
Nouvel épisode sur le projet d'extension de l'une des quatre plus grosses porcheries de Gironde, la SAS Le Lay, à Saint-Symphorien. Les opposants au projet d’extension reprochent à la préfecture de ne pas communiquer les résultats d’une étude.

Nouvel épisode dans la controverse sur le projet d'extension de l'une des quatre plus grosses porcheries de Gironde, la SAS Le Lay, à Saint-Symphorien, détenue à 70 % par la coopérative porcine Fipso.

Alors qu'approche la fin du délai que s'est accordé le préfet pour rendre sa décision sur la demande d'autorisation du propriétaire de porter la capacité d'élevage de 7 600 animaux-équivalents à 11 600, les opposants dénoncent « un manque de transparence des services de l'État ».

La réponse du préfet devrait tomber au plus tard le 20 décembre, si un nouveau sursis à statuer n'est pas prononcé. Le dernier remonte à juin. La préfecture avait repoussé sa réponse, le porteur de projet s'étant engagé à fournir une étude d'impacts hydrogéologiques.

Celle-ci lui a été remise début août. Ses résultats seraient « rassurants », indiquait en septembre à « Sud Ouest » la direction départementale de la protection des populations.

En attente de décision

« Peu après, nous avons rencontré le préfet et lui avons demandé si nous pouvions en avoir communication. Il s'y est engagé. Mais nous n'avons rien reçu. Début octobre, nous l'avons relancé par courrier. Toujours rien. Si cette étude est si bonne, pourquoi ne pas nous la donner ? », s'étonne Philippe Barbedienne, directeur de la Sepanso, l'une des associations de défense de l'environnement opposée au projet.

Un étonnement partagé par le maire de Saint-Symphorien, Guy Dupiol, qui a assisté à une réunion sur le sujet organisée à la sous-préfecture de Langon, jeudi dernier.

« J'ai rappelé l'opposition de la commune et les nombreux avis défavorables à ce projet, explique-t-il. Mais rien n'a filtré sur la décision du préfet. Mon sentiment, c'est qu'il va prendre plus de temps pour réfléchir. »

Sollicités par « Sud Ouest », les services de la préfecture ne répondent pas, période de réserve oblige avec les élections régionales.

---->>> lire l'article sur:

http://www.sudouest.fr/2015/12/09/porcherie-un-manque-de-transparence-2211499-6827.php#article-comments

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

DRUEL 15/02/2016 12:22

Rectification - Action 12000 porcs - Projet de courrier au Député G. SAVARY
ASEVE ASsociation Ecologie Val de l'Eyre
Mairie de Salles 33770 SALLES
Contact : Guy Druel Vice Président de l'ASEVE :
guydruel@orange.fr
Objet : Rectification Courrier à M. Gilles SAVARY par rapport à l'extension de l'élevage industriel de porcs à Saint Symphorien pour qu'il intercède auprès du Préfet en faveur du respect de l'environnement
Madame la Présidente, Monsieur le Président, Chers collègues associatifs,
Pour Rectification de notre mail du 14 02 16
Je vous envoie en pièce jointe :
– 1 courrier pour votre association,
– 1 courrier pour Monsieur Gilles SAVARY, député de la 9ème circonscription
Je précise que notre association va adresser le 21 fevrier 2016 ce courrier mail et postal à Monsieur Gilles SAVARY
Vous pourrez modifier ou compléter autant que de besoin.
Cordiales salutations associatives
Pour la collégiale de l’ASEVE
le Vice-Président
Guy Druel
PS : Pouvez - vous m'envoyer votre mail afin que je puisse vous envoyer en PJ
notre Projet de courrier à M. Gilles SAVARY

DRUEL GUY 14/02/2016 16:28

Objet : Projet de courrier à M. Gilles SAVARY par rapport à l'extension de l'élevage industriel de porcs à Saint Symphorien pour qu'il intercède auprès du Préfet en faveur du respect de l'environnement

Madame la Présidente, Monsieur le Président, Chers collègues associatifs,

L'enquête publique sur l'extension de la ferme industrielle de Saint Symphorien n'est pas encore tout à fait bouclée. Le Préfet de la Gironde va devoir rendre définitivement son avis sur cette enquête. Sa décision sera rendue semble-t-il aux alentours du 20 mars 2016.

Nous pensons qu'il serait souhaitable d'intervenir une dernière fois auprès du Préfet par l'intermédiaire de Monsieur Gilles SAVARY, député de la 9ème circonscription, où se situe la ferme industrielle en question.

L'idée est de faire un courrier à Monsieur Gilles SAVARY pour qu'il présente au Préfet de la Gironde avant le 20 mars 2016 les éléments qui motivent notre opposition à ce projet qui porte atteinte à l'environnement et à la santé publique, afin qu'il y rende, en conscience, un avis défavorable.

C'est la raison pour laquelle nous vous sollicitons pour intervenir auprès de Monsieur Gilles SAVARY en lui écrivant.

À toutes fins utiles, notre association va lui envoyer le 21 fevrier 2016 un courrier mail et postal que vous trouverez en fichier joint et que vous pourrez modifier ou compléter autant que de besoin.


Cordiales salutations associatives

Pour la collégiale de l’ASEVE
le Vice-Président
Guy Druel


Association …..

à
Monsieur Gilles SAVARY
Député de la 9ème circonscription de la Gironde
84 Cours du Général Leclerc
33210 LANGON


Objet : Projet d'extension d'un élevage industriel de porcs à Saint Symphorien – 33

Nos Ref : Lettre Député – ASSO

P J : Annexe comportant les éléments d'information vérifiables


Monsieur le Député,


Au nom de notre association, j'ai l'honneur d'attirer votre attention sur le projet d'extension, demandé par la SAS Le LAY à LA TROUGNE 33113 SAINT SYMPHORIEN (Sud Gironde) en vue de passer de 7655 à 11602 porcs en élevage industriel sans création d’emploi.

Ce projet a fait l'objet d'un avis défavorable du Commissaire Enquêteur, de la Confédération Paysanne de Gironde, du Maire de Saint Symphorien, de la SÉPANSO, du Bureau du PNRLG (Parc naturel régional des Landes de Gascogne).

Ce projet nous paraît dangereux pour vos administrés, pour les motifs suivants :

La concentration de 7600 porcs dans ce type d'élevages en « Batterie » entraîne un excédent de déjections animales par rapport à la capacité d’absorption des terres agricoles.
Ces déjections, sous l’effet du ruissellement de l’eau et de l’infiltration dans le sous-sol sableux, polluent avec des Nitrates, les cours d’eau et les nappes souterraines du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne.

Les nitrates provoquent l’eutrophisation des eaux de surface et par la suite une prolifération des algues vertes, avec émission de gaz toxiques, comme c’est le cas sur de nombreuses plages en Bretagne.
L'excès de nitrates, rend à plus ou moins long terme, l'eau des nappes phréatiques profondes, impropre à la consommation.

Danger existant pour la santé des personnes qui vivent aux abords des zones d’épandage des lisiers et des compost :



La pollution en nitrates même à faible concentration, peut engendrer à long terme des cancers chez les adultes lorsqu’ils sont associés à certains pesticides avec lesquels ils forment des composés cancérigènes.
De plus, le risque d’infection par bactéries multirésistantes aux antibiotiques, est augmenté de 38 % chez les personnes vivant à proximité de champs où du lisier de porc a été répandu.
Un nombre croissant d’individus subissent des maladies nosocomiales (25 000 décès par an, en Europe) provoquées par des bactéries multirésistantes aux antibiotiques.


Pour les motifs précités, ce projet d’élevage « Industriel et intensif » ne doit pas être accepté en l'état, car il présente de graves risques de pollution pour l'environnement et pour la santé les habitants et des touristes de la région du PNR.

Pour préserver l'intérêt général, ce projet doit être limité au nombre actuel de porcs, qui est déjà très élevé, avec une exploitation qui respecte des normes sanitaires et environnementales.

Par conséquent, nous vous sollicitons pour intervenir, auprès de Monsieur le Préfet de la Gironde, car celui-ci semble hésiter à prendre une décision défavorable, sur ce dossier.

Vous trouverez ci-dessous une liste de documents qui complètent notre courrier et justifient notre propos.

Monsieur le Député, nous vous remercions de votre attention et nous comptons sur votre compréhension.

Veuillez agréer, Monsieur le Député, l'expression de notre sincère considération.

Pour l'ASEVE 
Le Vice-Président
Guy Druel


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES


Le rapport du Commissaire Enquêteur rendu en mars 2014, indique : «  la majorité des parcelles des plans d'épandage du lisier et du compost se situent en zones vulnérables. Or des mesures de nitrates mettent déjà en évidence des concentrations élevées, dans la Hure ainsi que dans la nappe phréatique ».

Les sites ci -dessous donnent des informations complémentaires :

http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/eau-et-activites-economiques/industrie/les-rejets-industriels.html

http://www.eau-adour-garonne.fr/fr/qualite-des-eaux/le-suivi-de-la-qualite-des-eaux-souterraines.html
Pour les rejets industriels organiques encore importants :
Les pressions industrielles ponctuelles majeures ont été sensiblement réduites, en particulier au cours de la dernière décennie. Ces effets significatifs sont le fruit d’une pression réglementaire qui s’est accrue au cours des années 1990, conjuguée à une politique d’aide de l’Agence incitative, déclinée autour de “points noirs” industriels ou en approche sectorielle.

Au cours de l'été 2015, la Confédération paysanne de Gironde a lancé une pétition :

http://12000porcs-nonmerci.agirpourlenvironnement.org/

Environ 53 000 personnes ont adressé un courrier électronique à M. le préfet de la Gironde, afin de lui demander de rejeter ce projet d'extension, demandé par l'entreprise Le LAY.

Ce projet consiste à élever le plus grand nombre possible de porcs dans un espace le plus petit possible, avec les conséquences sanitaires déplorables pour les animaux, l’environnement et les humains, ce qui n'est pas acceptable, en l'état.

En effet, selon le rapport de l'Association Bassin d'Arcachon Ecologie, les animaux actuellement présents sur l’élevage produisent, 13 585 m3 de lisier par an, soit 58 242 kg d’azote, selon les normes CORPEN. Selon le demandeur, après augmentation du cheptel de 7 655 à 11 602 porcs, la production serait de 19 697 m3 de lisier par an, soit 91 453 kg d’azote.

Selon le rapport de la SEPANSO remis au Commissaire Enquêteur, la demande de la SAS LE LAY prévoit une révision à la hausse des surfaces du plan d’épandage sur les bassins versants de plusieurs rivières :

– Plan d’épandage des lisiers (communes de Saint Symphorien (33), Bourideys (33) et Sore (40) bassins versants de la Grave ou de la Hure, du Baillon , (affluents rive gauche du Ciron) et de la Leyre (qui se jette dans le Bassin d’Arcachon),

– Plan d’épandage des composts (communes de Parentis en Born (40), Lüe (40), Commensacq (40) : bassins versants de la Barade de Ligautenx (qui se jette dans l’étang de Biscarosse et Parentis-en-Born), du Canteloup (qui se jette dans l’étang d’Aureilhan) et de la Leyre,

– Dans le périmètre de plusieurs Schémas d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) : SAGE Leyre, cours d'eau côtiers et milieux associés, SAGE du Ciron, SAGE des étangs littoraux Born et Buch et SAGE Nappes profondes de la Gironde,

– En zone vulnérable (Cf. Arrêté relatif au 4ème Programme d’Action applicable dans la zone vulnérable du Bassin versant de la Leyre) : communes de Saint-Symphorien en Gironde (site de l'élevage et parcelles du plan d'épandage lisiers) ainsi que Sore et Commensacq dans les Landes (parcelles du plan d'épandage composts),

– En zone sensible à l'eutrophisation : communes de Sore, et Est de Saint-Symphorien.

Rappelons ici, par rapport aux objectifs de la Directive Cadre Eau et du SDAGE Adour Garonne, que la Hure a un objectif de bon état chimique et écologique à atteindre en 2021, la Leyre et le Canteloup, pour 2015.

L’Etude d’impact précise page 195 que «Les impacts potentiels sur l’eau des élevages porcins se traduisent essentiellement par l’augmentation de la teneur en nitrates des eaux superficielles ou souterraines, l’apparition du phénomène d’eutrophisation et par conséquent l’altération de la vie piscicole.
L’apparition de ces effets est consécutive à une mauvaise gestion des effluents, soit au niveau des bâtiments d’élevage, soit lors de l’épandage.»

Il est indiqué, page 112, concernant le Cuivre et le Zinc, qui sont des oligo-éléments apportés en complément de l’alimentation pour favoriser la croissance, que «la plus grande partie de ces métaux (plus de 75 % pour le Cu, 95 % pour le Zn) n’est pas assimilée par les animaux et se retrouve donc dans les déjections.»

En accord avec ce qui précède, les teneurs anormalement élevées en Nitrates, Cu et Zn témoignent, soit d’une inaptitude des sols à éviter le lessivage de ces éléments vers la nappe, soit de conditions de mise en œuvre des épandages non maîtrisées (fertilisation non raisonnée, matériel inadapté, absence de couverture végétale, conditions climatiques inadéquates, ...)

Les principaux désagréments causés par les nitrates :

D'après le site du CNRS :

http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/potable/toxicChim.html

Au-delà d’un certain seuil de concentration, les nitrates peuvent engendrer, chez les enfants et surtout les nourrissons très sensibles à une absorption trop importante, un empoisonnement du sang appelé maladie bleue.

Les nitrates ne sont pas nocifs en soit pour la santé. Mais sous l’action d’une bactérie présente dans le corps humain, ils se transforment en nitrites.

Ceux-ci oxydent l’hémoglobine du sang qui ne peut plus fixer l'oxygène ce qui perturbe la respiration cellulaire, la modification des propriétés de l’hémoglobine du sang, empêche un transport correct de l’oxygène par les globules rouges..

Même à faible concentration, ils peuvent également engendrer à long terme des cancers chez les adultes lorsqu’ils sont associés à certains pesticides avec lesquels ils forment des composés cancérigènes.


D'après le site du Ministère de la Santé :

http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable#Les-nitrates-dans-l-eau-du-robinet)

Les enfants, les adultes et les femmes enceintes sont particulièrement sensibles à l’excès de nitrates, qui favorisent l’apparition de cancers : digestif et de la thyroïde.
Dans le commerce nous trouvons de nombreux aliments qui comportent des additifs à base de nitrates : E 249, E 250, E 251 et E 252 (*Source Livre Anti-Toxique du Dr Laurent Chevalier)

– les nitrates, provoquent l’eutrophisation des eaux de surface. Quand celles-ci sont trop chargées en nitrates et en phosphates, cela favorise la croissance des algues : le phytoplancton et les macrophytes (végétaux fixés) se développent de manière excessive, ce qui augmente la matière organique du fleuve, créant ainsi des conditions d’anoxie entraînant la mort des poissons et invertébrés présents dans le milieu, comme c’est le cas en Bretagne. Ce phénomène est accentué l’été, car la photosynthèse est accrue par le soleil.

La contamination microbiologique des cours d’eau et des eaux souterraines est possible suite à des pratiques inadéquates d’entreposage ou d’épandage du lisier du fait de la présence de germes résistants aux antibiotiques, présents dans les excréments. À ce sujet, aucun suivi n’est annoncé pour ce projet.

D'après le site de l'EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), les zones d’épandage de lisiers peuvent contaminer les populations riveraines avec des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques.

http://www.efsa.europa.eu/fr/press/news/zoonoses091124

L’EFSA publie les résultats de la première enquête sur le SARM chez les porcs dans l’Union Européenne : Le SARM (Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline) représente un problème de santé publique important et on estime que ses différentes souches sont à l’origine de nombreuses infections acquises à l’hôpital (infections nosocomiales) chez l’homme.

D'après le site de l'Association intervillage pour un Environnement Sain :

 http://www.aives.fr/sarm-elevage-intensif-de-porcs-et-epandage-de-lisier/

Ce site donne de nombreux liens vers des articles et études qui ont servis de base pour ce texte.
D'après le reportage de TV 5 du 24 11 2013, les vétérinaires vendent en France chaque année environ 1000 Tonnes d'antibiotiques, destinés à soigner les animaux malades, du fait de leur concentration, dans les élevages industriels.
Si un nombre croissant d’individus subissent des maladies nosocomiales ( 25 000 décès par an en Europe) provoquées par des bactéries multirésistantes, la faute en revient principalement aux élevages industriels de porcs, qui utilisent massivement des antibiotiques.
Le risque d’infection par bactéries multirésistantes, est augmenté de 38 % chez les personnes vivant à proximité de champs où du lisier de porc a été répandu.

Le site de projet se trouve sur le territoire du Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, dont la charte validée en janvier 2014 fixe l’objectif opérationnel 2.1 : Maintenir la quantité et améliorer la qualité de la ressource en eau. L’augmentation du cheptel d’une porcherie industrielle ne saurait répondre à cet objectif ni à ceux des Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) du fait des pollutions des nappes phréatiques existantes.

ANNEXE Documents et photographies

Les nitrates – Source : Site du Ministère de la Santé :

http://social-sante.gouv.fr/sante-et-environnement/eaux/article/qualite-de-l-eau-potable#Les-nitrates-dans-l-eau-du-robinet

Documents de Référence :

Avis et conclusions du Commissaire enquêteur. 13-03-2014 (PDF – 1.9 Mo)
Avis du Parc naturel régional des Landes de Gascogne (PDF – 3.7 Mo)
Avis de la vice-présidente d’Alsace Nature (PDF – 1.5 Mo)
Avis de la SEPANSO Gironde (PDF – 836.4 ko) SÉPANSO (Fédération des Sociétés pour l’Étude, la Protection et l’Aménagement de la Nature dans le Sud-Ouest) http://www.sepanso.org/gironde/spip.php?article101
Avis de Bassin d’Arcachon Ecologie (PDF – 111.9 ko)
Avis de l’association Vive La Forêt (PDF – 189.1 ko)
Communiqué de presse du 12/03/2015 (PDF – 61.7 ko)
PNR des Landes de Gascogne. Communiqué du 02/06/205 (PDF – 64 ko)