environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles En cette année de COP21: Notre Dame des Landes: rejettés les recours fondés sur les avis de naturalistes, du collège des experts scientifiques, du Conseil national de la protection de la nature... ce qui démontre du désintérêt total de l' Etat pour la protection de la biodiversité et de la nature! - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

24 août 2015 1 24 /08 /août /2015 16:25

La science n’est pas le droit

17 juillet 2015 par naturalistesenlutte 1 commentaire

Aujourd’hui ont été rejetés les recours des associations qui se fondaient, notamment, sur les travaux et avis des Naturalistes en lutte, du collège des experts scientifiques, du Conseil scientifique régional de protection de la nature, du conseil national de la protection de la nature, ou encore du Conservatoire national botanique de Brest pour dénoncer la méthode compensatoire utilisée pour le projet de Notre-Dame-des-Landes.

Les magistrats furent sourds aux alertes scientifiques, ce qui montre la difficulté que le droit français a pour intégrer les sciences dans sa matrice.

Il n’y aura donc pas lieu de refuser une méthode compensatoire totalement invalidée par un collège regroupant les meilleurs experts des zones humides françaises. La volonté politique va au-delà des sciences, et de la protection de la nature, elle surpasse l’objectif de protection de la biodiversité, ou encore celui de garder en bon état la ressource en eau ; l’objectif de consommer le plus possible d’énergies fossiles étant considéré comme d’un intérêt général bien plus important que préserver le vivant et notre ressource en eau.

La déception est évidemment criante tant les Naturalistes en lutte s’étaient investis pour contester les errements et manipulations des études de terrain sur la biodiversité, des compensations inefficaces prétextes à la destruction de l’environnement, la complicité des bureaux d’études qui ont monté ces subterfuges.

Le combat juridique pourra néanmoins continuer, en appel, et surtout, sur le terrain de l’atteinte au campagnol amphibie, espèce dont la destruction a été considérée par le porteur de projet comme soluble dans les compensations prévues pour les autres espèces protégées, tout comme l’ensemble des compensations pour les chauves-souris. Le combat juridique pourra également se porter sur l’exécution des mesures compensatoires, techniquement irréalisables dans l’état actuel. Rappelons que les sols des pentes où les mesures compensatoires sont projetées n’ont rien à voir avec ceux du plateau où se situe le projet et que, de plus, les agriculteurs supposés les mettre en œuvre sont des experts du machinisme agricole, de la génétique bovine et des produits chimiques, en aucun cas des écologues en mesure d’assurer le fonctionnement de mares et de prairies naturelles dans un contexte d’intensification permanente.

Le combat scientifique continuera tant il est important montrer et expliquer la richesse fondamentale des zones humides de Notre-Dame-des-Landes et l’idiotie de vouloir en faire un aéroport.

Le combat politique doit également continuer tant la légitimité de ce projet soutenu par les grands partis politiques s’effrite devant les sondages démontrant le refus majoritaire de la population, montrant encore une fois le décalage entre la représentation politique et les électeurs, le dernier en date sur le site internet du candidat des Républicains Retailleau ayant montré que la majorité des votants étaient opposés à l’évacuation de la ZAD. Il est encore possible de renoncer à ce projet inutile, destructeur de biodiversité et du climat.

Notre-Dame-des-Landes, le 17 juillet 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires