environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles En ces temps de crise de l'élevage pas assez intensif? Voici "Voyage au bout de la viande" ou la face cachée d'une production effrénée (accompagné de divers documentaires) - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 17:15
En ces temps de crise de l'élevage pas assez intensif? Voici "Voyage au bout de la viande" ou la face cachée d'une production effrénée (accompagné de divers documentaires)

Voyage au bout de la viande (sur http://future.arte.tv)

Comme pratiquement aucun autre, le marché de la viande enchaîne les scandales. Comment est-il possible que, régulièrement, de la viande avariée se retrouve sur les étals ? Que plusieurs tonnes de viande de cheval atterrissent dans des lasagnes sans qu’inspecteurs et producteurs ne s’en aperçoivent ? Malheureux concours de circonstances ou négligence caractérisée ? En fait, la réponse est ailleurs. Derrière ces « erreurs » se cache tout un système. C’est ce que dévoile une enquête réalisée dans toute l’Europe. Objectif : découvrir ce que qu’il y a derrière ces noms bucoliques qui évoquent des fermes traditionnelles ou des boucheries artisanales. La réalité est peu ragoûtante... La viande est un marché impitoyable. Les profits se chiffrent en milliards. Certes, les consommateurs veulent payer le moins possible, mais pas au détriment de la transparence et de la qualité. Or, le système qu’éleveurs, grands groupes et industrie agroalimentaire ont mis en place, avec le soutien des responsables politiques, rend toute traçabilité impossible. Selon eux, c’est la seule réponse possible face à la forte demande de produits à bas prix : d’après le Fleischatlas (atlas de la viande) publié par la Fondation Heinrich-Böll et le BUND (les Amis de la Terre Allemagne), un Européen consomme 66 kilos de viande par an. Au cours de sa vie, un Allemand mange en moyenne 1 094 animaux, soit quatre bœufs, quatre moutons, 12 oies, 37 canards, 45 dindes, 46 porcs et 945 poulets !

Toujours plus pour encore moins cher

Lorsqu’ils se retrouvent au rayon boucherie ou charcuterie des supermarchés, les animaux que nous mangeons ont accompli un impressionnant périple : un goret né au Danemark est engraissé en Allemagne, abattu en Pologne et transformé dans une charcuterie industrielle allemande. Ce porc, d’abord vivant, puis découpé, sillonne bien souvent l’Europe entière avant la transformation de sa viande en une multitude de produits. Pas étonnant que sa trace se perde dans les innombrables supermarchés du continent ! D’après Monique Goyens, directrice générale du Bureau européen des unions de consommateurs à Bruxelles, une pièce de viande peut ainsi passer par sept ou huit pays avant d’être vendue en supermarché. En Europe, le marché intérieur garantissant la liberté de circulation, les producteurs choisissent les pays les moins chers et jonglent avec les différentes législations qui existent au sein de la zone euro.

L’élevage et l’abattage sont devenus des activités hautement industrielles : en quelques décennies, le processus de concentration à l’œuvre a été fatal à bien des petits et moyens producteurs. Aujourd’hui, il n’est pas rare que les élevages comptent des milliers de porcs, des dizaines de milliers de poulets. Dans des abattoirs gigantesques, on tue et on découpe à la chaîne. Dans cette course à la compétitivité, c’est la taille qui compte, pas la qualité. Affichant un chiffre d’affaires annuel de 32 milliards d’euros par an, ce secteur représente presque un quart de l’industrie agroalimentaire allemande. Les conditions d’élevage sont fixées au niveau européen, mais les lobbyistes et les représentants de l’industrie agro-alimentaire savent se faire entendre à Bruxelles.

Des consommateurs floués...

--->> lire la suite sur

http://future.arte.tv/fr/voyage-au-bout-de-la-viande

  • le documentaire:

Voyage au bout de la viande

De la crise de la vache folle à l'affaire de la viande de cheval vendue comme du boeuf, il aura fallu un périple de 7 000 kilomètres à travers l'Europe pour comprendre que la viande dans nos assiettes cache des secrets peu ragoûtants. Bon voyage au bout de l'enfer carné !

Un documentaire de Jenny Roller-Spoo et Jens Niehuss (Allemagne, 2015, 60 min.).

http://future.arte.tv/fr/voyage-au-bout-de-la-viande

--->> sur cette page consacrée à la viande et à sa production

sont visibles plusieurs documentaires:

  • Pourquoi l’élevage intensif du porc est-il contre nature ? voir le documentaire sur youtube

https://www.youtube.com/watch?v=3KO1ffq1W2I

  • Pesticide et santé : l'équation sans solution (45mn)

Comment le glyphosate, le désherbant le plus vendu au monde, pourrait être à l'origine de graves problèmes sanitaires affectant le bétail, mais aussi les agriculteurs.

Un documentaire d'Andreas Rummel (Allemagne, 2015, 45 Min.).

En ces temps de crise de l'élevage pas assez intensif? Voici "Voyage au bout de la viande" ou la face cachée d'une production effrénée (accompagné de divers documentaires)
En ces temps de crise de l'élevage pas assez intensif? Voici "Voyage au bout de la viande" ou la face cachée d'une production effrénée (accompagné de divers documentaires)
En ces temps de crise de l'élevage pas assez intensif? Voici "Voyage au bout de la viande" ou la face cachée d'une production effrénée (accompagné de divers documentaires)

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires