environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles La définition de la "trame verte et bleue" est un psychodrame qui se joue entre l’Etat et les élus locaux. Elle est censée préserver les habitats de la faune (l'enquête publique du schéma régional de cohérence écologique SRCE vient de se terminer) - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

15 juin 2015 1 15 /06 /juin /2015 21:32
La définition de la "trame verte et bleue" est un psychodrame qui se joue entre l’Etat et les élus locaux. Elle est censée préserver les habitats de la faune (l'enquête publique du schéma régional de cohérence écologique SRCE vient de se terminer)

Voilà le genre de sujet qui passe à des kilomètres au-dessus de la tête des citoyens. Mais pas de celles du vison d’Europe et du lézard ocellé, deux espèces qui fréquentent le coin. Il y a quelques jours s’est achevée l’enquête publique du Schéma régional de cohérence écologique (SRCE) en Aquitaine. Ce énième "schéma" –l’administration raffole des schémas– est la déclinaison d’une mesure phare du Grenelle de l’environnement : la possibilité donnée au monde animal et végétal de circuler pour assurer les besoins essentiels des espèces. Se nourrir et se reproduire, par exemple. Dans la novlangue tombée du ministère, on l’appelle "la trame verte et bleue".

Si la pertinence de cet objectif est admise par tous, sa traduction sur le terrain se heurte à de lourds intérêts. La création de routes, la pousse de nouveaux lotissements, la création de zones industrielles par exemple, autant d’aménagements qui fractionnent les espaces naturels et empêchent la faune d’aller et venir. Avec le risque d’isoler des populations animales et végétales et d’empêcher tout brassage génétique en leur sein.

En Aquitaine, la définition de cette trame verte et bleue donne lieu à une sévère foire d’empoigne. Fin mai, des élus locaux se sont élevés contre les cartes dressées par la Dreal (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement, c’est-à-dire la branche du ministère en région). Les fonctionnaires sont accusés d’avoir dessiné tout ça à la hache, sur la base d’études sommaires.

"C’est une aberration"

"Si elle entrait dans les faits, cette cartographie viendrait obérer des projets qui ont été validés par l’Etat ! C’est une aberration. Nous demandons de revenir à une approche plus respectueuse des territoires", gronde Michel Labardin, le maire de Gradignan (Gironde) qui a piloté l’élaboration du Scot –un autre schéma, le schéma de cohérence territoriale de l’aire métropolitaine bordelaise. Celui-ci a été adopté en février 2014.

Le sentiment de Jean-Guy Perrière, le maire d’Arès (Gironde) et président du Sybarval –l’instance qui gère le Scot du bassin d’Arcachon et du val de l’Eyre– est très voisin. L’intéressé l’a manifesté à l’occasion d’une conférence de presse commune, le 29 mai dernier. "Nous avions reçu des documents de l’Etat dans le cadre de l’élaboration du Scot. Deux mois plus tard, nous avons réceptionné d’autres documents, antinomiques avec les premiers, pour le schéma de cohérence écologique. On se fout de la gueule du monde !" s’énerve-t-il.

Sur un mode moins virulent, Virginie Peltier, la présidente du Scot du Born –qui couvre en gros la zone littorale nord des Landes– ne dit guère autre chose. "Nous avons mené des études environnementales très fines. On n’en a pas tenu compte", s’étonne-t-elle. La même volée de bois vert est administrée par les socio-professionnels, qu’il s’agisse de la Chambre d’agriculture de la Gironde ou de Bordeaux port atlantique.

EELV au soutien de l’Etat

Seule note dissonante dans ce concert de critiques, celle d’EELV. Les écologistes rappellent qu’une "concertation approfondie" a été menée par le Conseil régional et la préfecture de région pendant quatre ans. L’approche cartographique est "totalement conforme aux exigences des lois du Grenelle de l’environnement", poursuivent-ils. Les élus EELV soulignent qu’il est "juridiquement irrecevable et écologiquement inacceptable" de demander au futur schéma régional de prendre en compte tous les projets d’aménagement. "Ce sont à ces projets de s’y adapter", posent-ils.

L’enquête publique étant bouclée, que va-t-il se passer maintenant ? Pour l’heure, l’Etat ne dit rien de ses intentions. Le préfet examine les remarques formulées par les élus locaux. Quand l’avis du commissaire-enquêteur sera tombé, on y verra plus clair.

---->>> le rapport SRCE de Naturjalles

http://naturjalles.over-blog.com/2015/06/enquete-publique-projet-de-schema-regional-de-coherence-ecologique-srce-rapport-de-naturjalles.html

La définition de la "trame verte et bleue" est un psychodrame qui se joue entre l’Etat et les élus locaux. Elle est censée préserver les habitats de la faune (l'enquête publique du schéma régional de cohérence écologique SRCE vient de se terminer)

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires