environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Des projets de plus en plus contestés: ces activistes qui changent la donne - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 21:52
Des projets de plus en plus contestés: ces activistes qui changent la donne

Les Zones à défendre sont devenues emblématiques de la lutte contre les projets d'aménagements portés par les élus. Les fronts de lutte se multiplient en France et dans notre région (quoique les protestations soient plutôt timides à Bordeaux et dans la CUB contre les projets prestigieux des élus locaux...et pourtant ceux-ci ne manquent pas!)...Mais ne nous fions pas à l'eau qui dort...

Après l’aéroport nantais et Sivens, la contestation gagne de très nombreux projets d’infrastructures en France et dans le Sud-Ouest. Faut-il réformer la démocratie locale ?

L’association France nature environnement (FNE) vient de rendre publique une liste de
projets d’infrastructures contestés localement par des associations qui font partie de sa fédération (comme la sepanso par exemple) (lire ci contre la carte pour le Grand Sud-Ouest).
Il y en a plus de 200 à travers la France. « Et cela ne cesse de remonter depuis que nous avons
rendu publique cette carte hier assure Benoît Hartmann, porte-parole de FNE. On devrait en compter plus de 250 d'ici quelques jours.
Quelle réponse de l’État ?
Autant de projets susceptibles de se transformer en nouveaux Sivens (81) ou Notre-Dame-des-Landes (44). Le Sud-Ouest n’est pas épargné par cette épidémie zadiste. La création d'une
technopole près d’Agen (lire ci-dessous) a par exemple fait apparaître il y a quelques jours des activistes, dont certains habitués des fameuses zones à défendre (ZAD). Voilà quelques années, de nombreuses technopoles sont sorties de terre, sans que cela ne crée le moindre problème.

Seul le camp militaire du Larzac (12) avait provoqué une grande insurrection dans les années 1970. Ces temps sont désormais révolus.L’approbation des élus et le feu vert des enquêtes d’utilité publique ne sont plus considérés comme légitimes par ces défenseurs de l’environnement, auxquels se mêlent parfois des intérêts privés ou corporatistes. Ce ne sont souvent que quelques dizaines de personnes, mais cela suffit pour bloquer durablement des

chantiers. Ils plantent leurs tentes sur les terrains à aménager, et font de la résistance plus ou

moins passive. À Sivens, la contestation prolongée contre le projet de barrage s’est malheureusement soldée par un mort, après le tir d’une grenade de la gendarmerie. Face à ce

déferlement de contestations à travers le pays, le gouvernement tente de trouver la bonne réponse, entre écoute et autorité, quitte à manier la contradiction. François Hollande a reconnu voilà quelques jours la nécessité de réformer la démocratie locale, et probablement les procédures d’approbation de ce type de projet. Il souhaiterait notamment recourir à des référendums locaux. Mais le Premier ministre vient cependant de réaffirmer mercredi, qu'une ligne rouge ne devra pas être franchie, celle de la légalité; "les travaux de Notre-dame des Landes seront entrepris à la rentrée 2015 " à la fin des recours devant les tribunaux ( même si les recours sont prononcés contre les travaux? belle remarque qui fait fi de la légalité! bravo M le ministre!)

Changer les procédures

« Nous sommes légalistes, explique Benoît Hartmann de FNE. Si un tribunal approuve un projet, nous ne demanderons jamais à occuper le site. Mais dans le cas de Notre-Dame-des-Landes, je ne vois pas comment cela pourrait être le cas. » Le représentant de l'association environnementale réclame un « sursaut démocratique ». Selon lui, il ne passerait pas nécessairement par un référendum, puisque la « manière de poser la question induit souvent la réponse ». « Ce que nous demandons c'est d'être écoutés, une co-élaboration sur les projets afin d'éviter les recours. »

Des procédures devant les tribunaux qui prennent des mois et dont les jugements sont souvent rendus vers la fin des travaux, donc trop tard, comme cela a été le cas pour un projet de tram-train entre Blanquefort et Bordeaux. Pour le député socialiste de Gironde, Gilles Savary, concerné par le projet contesté de LGV au sud de Bordeaux, les politiques doivent se remettre en cause. « Il faut aussi savoir écouter. On ne peut pas simplement dire que ce sont des agités et qu'on ne peut plus rien faire en France. La seule limite est le respect de l'intérêt général et du vote démocratique. On devrait effectivement revoir nos procédures, organiser des référendums. Et les politiques ne doivent plus s'identifier aux projets. C'est cela qui leur permettra de revenir en arrière, lorsqu'ils se rendront compte qu'ils ont tort ou que ce n'est pas accepté par la population. »

Sud ouest 19 décembre 2014

lire aussi

Grands projets : le tour de France de la contestation écologiste

http://www.sudouest.fr/2014/11/06/grands-projets-le-tour-de-france-de-la-contestation-ecologiste-1726880-706.php























.







Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires