environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles En détruisant la biodiversité c'est la civilisation qu'on tue publié par Baudouin de Menten - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

19 octobre 2014 7 19 /10 /octobre /2014 16:59
En détruisant la biodiversité c'est la civilisation qu'on tue publié par Baudouin de Menten

En détruisant la biodiversité c'est la civilisation qu'on tue par Baudouin de Menten (Buvette des alpages)

Dans son dernier ouvrage, notre contributeur Yves Paccalet, ancien compagnon de route du Commandant Cousteau, revient sur le patrimoine culturel que constituent la faune et la flore mondiale. Ils nous livre un extrait de son "Éloge des mangeurs d’hommes", qui paraît aux éditions Arthaud.

Partout dans le monde, notamment en France, les mauvaises nouvelles se succèdent : les espèces sauvages sont malmenées, attaquées, empoisonnées, piégées, vendues en captivité, mitraillées, bétonnées, éliminées avec une fureur obsessionnelle.

Notre espèce ne supporte plus ce qui lui semble étranger, ce qui la gêne, ce qui lui coûte un peu d’argent, ce qui perturbe sa folle illusion du bonheur par la "croissance". En France, les voix les plus haineuses s’élèvent pour que soient massacrés les bouquetins du Bargy, les loups un peu partout et les derniers ours dans les Pyrén
ées.

Des animaux qui font partie de nos rêves

Hélas, les autorités de l’État, poussées par quelques politiciens à courte vue et quelques groupes d’éleveurs ou de chasseurs braillards, autorisent ce que jamais je n’aurais cru possible : des "prélèvements", des "campagnes d’assainissement" ou des "tirs d’effarouchement" (ah ! ces litotes !) d’espèces protégées, parfois jusque dans des parcs nationaux !

Les grands animaux sont les victimes offertes de cet holocauste. Ils sont indispensables à l’équilibre des grands milieux naturels. Mais il y a peut-être plus important : ils font partie de nos rêves. Je développe cette idée dans mon essai "Éloge des mangeurs d'homme", dont voici un passage.

Qui pourrait chiffrer, en euros ou en dollars, en sesterces ou en ducats, en louis ou en maravédis, le prix du plaisir que nous prenons à contempler une forêt, un éléphant, un papillon, la splendeur d’un récif de corail ? Quelle est la valeur vénale du saut du dauphin ou du chant du rossignol ? Combien pourrait- on négocier le spectacle de l’orque qui chasse, du requin qui rôde, du tigre qui ondule dans la savane, du lion qui secoue sa crinière, du loup qui trottine dans la neige ou de l’ours qui se dandine en attendant le saumon ?

[...]

Un héritage qu'on doit laisser à nos enfants

En anéantissant les grands prédateurs, ainsi que la faune et la flore qui leur sont associées, nous ferions disparaître des créatures indispensables à l’équilibre de notre planète. Nous nous priverions d’espèces uniques et merveilleuses, que l’évolution darwinienne a forgées et perfectionnées durant des millénaires.

En anéantissant ces splendeurs qui, parfois, nous blessent ou signent notre mort, nous perdrions bien davantage. Nous nous couperions des racines mêmes de notre culture. Nous renierions une large part de notre civilisation. Nous nous séparerions de ce qui nous a fait hommes bien avant l’invention du fusil-mitrailleur, de la tronçonneuse et du bulldozer. Nous interdirions à nos enfants des spectacles de nature sublimes, mais nous les isolerions surtout de la plupart de nos récits mythologiques, de nombre de nos poèmes, de nos romans, de nos peintures, de nos films ou de nos bandes dessinées.

--->> Lire tout l'article

http://www.buvettedesalpages.be/2014/10/en-detruisant-la-biodiversite-c-est-la-civilisation-qu-on-tue.html

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires