environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Eau: barrage de Sivens: le rapport d’expertise dénonce un projet bancal mais il a fallu un mort pour que tout soit dévoilé de ce projet surévalué et imposé - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 21:32
  Eau: barrage de Sivens: le rapport d’expertise dénonce un projet bancal mais il a fallu un mort pour que tout soit dévoilé de ce projet surévalué et imposé

Barrage de Sivens: le rapport d’expertise dénonce un projet bancal

Le 27 octobre 2014 par Stéphanie Senet

Alors que la mort d’un manifestant[1], dans la nuit du 25 au 26 octobre, a endeuillé la mobilisation contre le barrage de Sivens (Tarn), le rapport d’expertise commandé par le ministère de l’écologie critique sévèrement le projet. Publié ce 27 octobre, il dénonce une surestimation des besoins, une étude d’impact «de qualité très moyenne» et un financement fragile.

[1] Rémi Fraisse, 21 ans, était bénévole botaniste à Nature Midi-Pyrénées (affiliée à France Nature Environnement)

La version actuelle du projet de barrage pèche sur trois points principaux. Telle est la conclusion du rapport réalisé par Nicolas Forray et Pierre Rathouis, ingénieurs généraux des eaux, des ponts et des forêts au Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), après 4 semaines d’investigation. Mandatés en septembre par le ministère de l’écologie, leur synthèse confirme les critiques portées par le Collectif de sauvegarde de la zone humide du Testet, opposé au projet.

Des besoins réels mais surestimés

Le développement très important de l’irrigation, dans les années 1980 et 1990 sur le bassin Adour-Garonne, a conduit à une dégradation quantitative de l’eau potable et du fonctionnement biologique des cours d’eau. Pour optimiser les volumes prélevés, seuls des plans de gestion des étiages (PGE) ont été mis en place, comme celui du Tescou, approuvé en mars 2004 par la préfète du Tarn-et-Garonne mais non revu depuis. Le rapport du CGEDD préconise de remplacer ces plans, lorsqu’ils ont plus de 10 ans, par des schémas d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE).

Autre problème: les retenues collinaires, massivement développées par les exploitants agricoles (près de 200 aujourd’hui), disposent d’une capacité largement sous-exploitée: environ 120.000 mètres cubes par an pour une capacité totale de 965.000 m3.

Point central du débat, le volume de substitution destiné à l’irrigation a été surestimé d’au moins 35%[1]. Comme le signalait le Collectif de sauvegarde de la zone humide du Testet, ce chiffre est en effet basé sur une méthode de calcul ancienne, datant de 1997, et fondée sur des besoins forfaitaires à l’hectare, alors qu’une gestion volumique plus précise est disponible depuis 2004.

Depuis 10 ans, les agences de l’eau disposent de données précises sur les volumes prélevés, soumis à redevance lorsqu’ils dépassent 4.000 m3/an. La mission propose donc de revoir le volume de substitution à la baisse: de 726.000 à 448.000 m3. Ce qui correspond à 90% du maximum prélevé, soustraction faite de 100.000 m3 déjà sécurisés par le barrage de Thérondel (Tarn-et-Garonne). Au final, le volume d’irrigation dans la retenue de Sivens ne devrait pas dépasser 560.000 m3 au lieu des 907.500 m3 prévus initialement.

Quant au nombre de bénéficiaires du barrage, autre point de controverse, le conseil général du Tarn (maître d’ouvrage) l’évalue à 81 exploitations contre 19 seulement selon le Collectif du Testet. Le rapport d’expertise en a dénombré 30.

--->> lire tout l'article

http://www.journaldelenvironnement.net/article/barrage-de-sivens-le-rapport-d-expertise-denonce-un-projet-bancal,51607

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires