environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Bénéficiant de permis délivrés à tour de bras, comment la Grande distribution détruit l'environnement et le tissu social des centres villes ? - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

1 mai 2014 4 01 /05 /mai /2014 21:23
Bénéficiant de permis délivrés à tour de bras, comment la Grande distribution détruit l'environnement et le tissu social des centres villes ?

Omniprésentes sur le territoire national et local bien sûr : six centrales d'achat tiennent 85 % du commerce de détail : s'épiant les unes les autres, ces six centrales font en sorte d'obtenir les mêmes conditions des « mêmes » fournisseurs. Quadrillant l'hexagone, elles forment un cartel et se partagent le territoire. La France est la championne du monde des grandes surfaces qui se dotent chaque année de millions de mètres carrés supplémentaires. Voilà cinquante ans que la religion des « prix bas » embrume les esprits : notre pays souffre désormais d'une hypertrophie de son grand commerce.

L'automne dernier, la France découvrait effarée que la filière porcine bretonne était saignée à blanc : abattoirs en faillite, éleveurs étranglés, transformateurs au bord du dépôt de bilan. La colère des « bonnets rouges » avait curieusement épargné les hypermarchés, dernier maillon d'une chaîne de production intensive, qui ont aidé à mettre la filière porcine en coupe réglée en s'arrogeant 39 % de marge brute sur le prix du jambon.

Dans la France périurbaine, défigurée par la prolifération des magasins hangars, la grande distribution a contribué à la « désertification » des centres bourgs qui voient leurs boutiques fermer une à une. « Elle » n'hésite pas à exiger des réductions faramineuses afin de préserver sa propre rentabilité allant souvent jusqu'à utiliser des méthodes « musclées » auprès des fournisseurs. Trois centrales (dont l'une est présente sur St Médard en Jalles) ont été condamnées pour avoir extorqué des millions d'euros sous l'appellation de « marges arrières »(=services fictifs aux fournisseurs)

La loi de modernisation de l'économie (LME) ne semble pas avoir mis fin à ces pratiques commerciales abusives : les marges arrières remplacées par un coup de pouce aux étiquettes des

produits fabriqués à leur nom (+0,3 et 1, 8%) tandis que les prix des « marques nationales » diminuaient de 1,7 %!

Mondialisés, les grands distributeurs se jouent des frontières en disposant tout simplement de discrètes annexes de leurs centrales d'achat basées en Suisse, Belgique ou au Luxembourg !

Qu'en est-il de l'urbanisme ?

Environ 10 à 15 % des surfaces occupées par le grand commerce seraient tout bonnement illégales !

Au mépris du droit, les enseignes ont la déplorable habitude de pousser les cloisons, de convertir des réserves voir d'agrandir leurs magasins sans même solliciter une autorisation ou un permis de construire. Aucune législation n'a jamais freiné l'expansion des grandes surfaces : « on vous monnaie une autorisation administrative contre un financement » d'après M-E Leclerc...

Il existe une « Commission départementale d'aménagement commercial » (CDAC) où siègent chambre de commerce, maires des communes demandeuses : dans le cadre de la législation, les promoteurs des grandes surfaces n'hésitent pas à proposer de financer la construction d'une voie d'accès ( à La Teste l'ouverture d'un Leclerc achevé a été assujetti officiellement à la construction d'un tunnel de 4,5M€ auquel la ville et la communauté d'agglomération COBAS participeraient), d'un rond-point, voire d'un équipement sportif et si on ajoute à cela, l'argument des créations d'emplois et la satisfaction pour un élu d'offrir à sa commune un équipement commercial moderne,

on comprend que 88 % des demandes de création et d'extension de grandes surfaces soient validées par la CDAC malgré l'opposition farouche de certaines associations de riverains ou d'associations environnementales (la SEPANSO siège à cette CDAC)

Un urbanisme sinistre !

Nos entrées de ville sont entièrement défigurées : la morne succession de parallélépipèdes en tôle, l'enchevêtrement des enseignes et la juxtaposition des parkings tiennent lieu d'urbanisme. Nos villes sont éclatées entre lieux de vie, zones commerciales et pôles d'activités économiques : « halte à la france moche » titrait Télérama.

De nouveaux critères (loi Pinel février 2014) inciteraient à consommer moins d'espaces, à préserver l'environnement, à l'insertion paysagère et architecturale...mais le parc existant n'est pas visé quant à l'insertion paysagère elle peut donner lieu à interprétation : voir l'exemple à St Médard en Jalles pour « les Portes du Médoc » ouvert en déc 2013, les chênes en bordure du projet ont été abattus et remplacés par des arbustes bien alignés !

En périphérie des villes, nouveau, une multiplication de « drives » entrepôts vides conçus pour les consommateurs qui viennent en voiture retirer leurs courses commandées par internet : la France compte déjà 2000 de ces hangars, la Gironde 12 drive Leclerc.

La Grande distribution pour s'étendre encore, s'attaque au cœur des grandes villes, c'est ainsi que supérettes et moyennes surfaces remplacent peu à peu les épiciers indépendants.

Les consommateurs : consom'acteurs ?

Avec la crise ceux-ci consommeraient moins mais mieux, lassés des promos, ils privilégieraient la qualité et l'authenticité des produits : l'hypermarché n'exercerait plus le même attrait, aussi Carrefour et Système U ont décrété une trêve dans la guerre des prix en plaidant pour une meilleure coopération entre fournisseurs et distributeurs

Urbanisation : la grande distribution engloutit les mètres carrés.

Elle achète par ses propres agences immobilières : Immochan pour Auchan, en achetant, elle impose ses conditions aux élus et remodèle l'espace : ailleurs ce sera Carrefour ou Casino, ou les « indépendants » Leclerc, Intermarché ou système U, partout où il y a une petite poche de population en croissance.

L'Hyper ne se déplace plus seul, il est accompagné d'une kyrielle d'enseignes : l’obsession des géants de la distribution est d'avoir le contrôle total des sites pour les rénover, les aménager et choisir à leur guise les enseignes « invitées » auxquelles ils mènent la vie dure n'hésitant pas à hausser loyers et charges.

Aujourd'hui Immochan est assis sur près d'un million de mètres carrés sans compter ses réserves foncières estimées à 2000ha au bas mot : « Auchan est le spécialiste de la terre à vaches » : non constructible un jour mais pas pour toujours !

La grande distribution impose aussi ses diktats à l'industrie alimentaire et aux agriculteurs. Face aux puissantes « foncières » et de peur de voir tel centre leur échapper au profit de la ville voisine, les maires continuent de dresser le couvert aux hypers et les Commissions Départementales d'Aménagement Commercial restent des « machines à dire oui »

Ces géants de la distribution sont tout puissants : c'est ainsi que 80ha de bonnes terres agricoles sont réservées dans le triangle de Gonesse(val d'oise) pour y bâtir « Europa City » sorte de lieu hybride comprenant commerces, hôtels, parcs d'attraction, aquatique etc pour 2 milliards d'euros.

Et c'est ainsi que tous les quatre ans l'équivalent des terres agricoles d'un département disparaissent sous l'effet de l'urbanisation affectant significativement le potentiel agronomique français*

FC

* d'après Economie et statistique(INSEE) n°444-445, 2011 page 86

Quelques sites ou réf

Pièces à conviction Elise Lucet France 3 Les dossiers noirs de la grande distribution

https://www.youtube.com/watch?v=o49g000wozs

-Christian Jacquiau

Les Coulisses de la Grande distribution- éditions Albin Michel – mars 2000

- Les dossiers noirs de la Grande distribution - Elus sous influence (Nouvel observateur n°2579 10-16 avril 2014)

Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!
Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!

Picot en 2006 les portes du Médoc avec son superbe parking le drive de Leclerc et le plan d'agrandissement d'Intermarché près d'un espace boisé classé! Et ce n'est pas fini!

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires

auto-ecole 07/08/2014 09:39

cela accentue le risque sur la route