environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Des pesticides interdits ( dont atrazine, simazine etc utilisés pour désherbage dans les vignes) toujours détectés dans le sol et dans l'eau (voir tableaux en Gironde) - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 19:48

Des produits phytosanitaires interdits persistent toujours dans nos sols (et dans l'eau évidemment!)

Enquête

15/12/2013 | Afp

Des produits phytosanitaires, autorisés pendant des années, se révèlent parfois toxiques au point d'être frappés d'interdiction : ils ne disparaissent pourtant pas forcément du territoire du fait de leur persistance dans les sols mais aussi d'utilisations frauduleuses.

« Un certain nombre de données, dont certaines officielles, laissent penser que l'utilisation de pesticides interdits est un vrai problème, même si elle ne concerne qu'une minorité de producteurs », avance François Veillerette, porte-parole de l'ONG Générations futures. Exemples : le carbofuran, l'endosulfan, le terbuthylazine ou le carbosulfan, malgré des interdictions prononcées depuis plusieurs années au nom de la santé publique et de l'environnement, ont été récemment utilisés sur le sol français.

Le carbofuran, un insecticide interdit dans l'Hexagone en 2008, a été détecté en 2012 dans le Tarn à la suite d'une mortalité anormalement élevée de chevreuils. L'alerte donnée par un réseau de veille sur la faune sauvage a déclenché une enquête à Albi, qui a révélé en février 2013 un trafic avec l'Espagne. Un revendeur a été interpellé.

Au printemps 2013, l'endosulfan, un insecticide également banni depuis 2008, a lui été relevé sur deux des 26 échantillons de barquettes de fraises achetées en grandes surfaces en Picardie et Haute-Normandie et testées par Générations futures:

http://www.generations-futures.fr

Ce test avait aussi détecté du carbosulfan (insecticide), interdit en Europe depuis fin 2007.

Quant au terbuthylazine, utilisé pour le désherbage des vignes, sa présence est soulignée dans le dernier rapport annuel de l'agence de l'eau Rhône-Méditerranée. Dans deux stations de pompage (Aude et Pyrénées-Orientales), les concentrations en terbuthylazine ont même dépassé en 2011 le seuil permettant un traitement de l'eau pour la rendre potable. Pour cette famille de produits phytosanitaires (triazines), l'agence ne passe pas sous silence « l'existence de stocks dans les sols ». Mais elle précise aussitôt : « le niveau de concentrations mesurées de certaines substances dans plusieurs cours d'eau ne laisse que peu de doutes quant à une utilisation illicite ».

Achats transfrontaliers

En dehors du phénomène de persistance dans les sols, comment des molécules interdites depuis des années, en France et parfois en Europe, peuvent se retrouver dans notre environnement ? L'écoulement des stocks est ici ou là toujours à considérer mais, de l'avis de plusieurs acteurs interrogés par l'AFP, c'est davantage le manque d'harmonisation au niveau européen et la contrefaçon qui rendent possibles les usages illicites.

D'un point de vue réglementaire, l'Europe autorise la commercialisation de molécules, mais ce sont les pays qui délivrent les autorisations de mise sur le marché des produits commercialisés et peuvent bannir des substances actives permises par Bruxelles. Or, lors d'une table-ronde au Sénat en 2012, Frédéric Vey, responsable à la Direction générale de l'alimentation (DGAL), confiait que « des agriculteurs habitant près des frontières les franchissent pour aller s'approvisionner hors de France » et que « des opérateurs effectuent aussi des commandes groupées depuis la France et distribuent ensuite les produits ».

-->> Voir le site suivant actualisant ces informations

http://sigesaqi.brgm.fr/Principes-du-suivi-qualite-en-Gironde.html

Principes du suivi qualité en Gironde (2017)

par P. Corbier - BRGM Aquitaine

qui conclut:

Certaines teneurs dosées (atrazine déisopropyl, atrazine déséthyl, simazine, terbuthylazine déséthyl, chloroforme et tétrachloroéthène) ont été supérieures aux limites de qualité des eaux destinées à la consommation humaine.

- remarque:  Non seulement on les retrouve dans le sol mais aussi dans "l'eau" potable

voir les tableaux ci-dessous pour la Gironde

Des pesticides interdits ( dont atrazine, simazine etc utilisés pour désherbage dans les vignes) toujours détectés dans le sol et dans l'eau (voir tableaux en Gironde)
Des pesticides interdits ( dont atrazine, simazine etc utilisés pour désherbage dans les vignes) toujours détectés dans le sol et dans l'eau (voir tableaux en Gironde)

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires