environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles L'Enquête publique concernant le SCOT se termine le mercredi 4 décembre heures ouverture mairie Ci-joint la participation de Naturjalles qui sera déposée mardi matin prochain! et lien sur le SYSDAU pour accéder aux différents rapports - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 16:18
L'Enquête publique concernant le SCOT se termine le mercredi 4 décembre heures ouverture mairie Ci-joint la participation de Naturjalles qui sera déposée mardi matin prochain! et lien sur le SYSDAU pour accéder aux différents rapports

Association : NATUR' JALLES ou

Naturjalles

St Médard en jalles le 29-11-13

Objet : Enquête publique portant sur le projet de Schéma de cohérence territoriale (SCOT) de l'aire métropolitaine bordelaise, en ce compris le Document d'Aménagement commercial (DAC)

Naturjalles s'est heurtée à la difficulté de lisibilité des schémas, cartes et légendes mis à la disposition du public sur le site du SYSDAU, ce qui facilitait guère la compréhension de cet énorme dossier !
Ce projet SCOT concerne un territoire de 93 communes pour une superficie de 167 000 ha et 870 000 habitants, ce projet annonce vouloir équilibrer le territoire de la CUB et les territoires hors CUB (depuis quelques années c'est le contraire qui s'est produit)
Naturjalles n'a pas retrouvé les éléments essentiels à la compréhension du territoire et de ses enjeux et surtout les éléments relatifs aux documents d'urbanisme locaux actuellement en vigueur, par exemple sur St Médard en Jalles ou les communes voisines et ce que l'approbation du SCOT risque d'impliquer pour elles, ces communes voient déjà une urbanisation galopante et un mitage et fractionnement des espaces NATURELS les entourant ou ce qui en restent et la biodiversité associée à ces milieux disparaître (Cet élément est également signalé par l'Autorité environnementale pour l'ensemble du projet)
L'ambition essentielle de ce projet SCOT est d'accueillir 1,2 M d'habitants d'ici 2030
A la dernière réunion publique SCOT (juillet 2013) le président du SYSDAU a annoncé 15 000 habitants nouveaux par an, soit une augmentation de 300 000 habitants en moins de 20 ans, cette ambition démesurée dépasse les prévisions de l'INSEE
Et avec cette ambition démesurée, le SCOT annonce que tout en « accueillant » ces 300 000
habitants, il est prévu dans les orientations d'aménagement du territoire pour 2030 d'économiser
- la consommation des espaces naturels, agricoles et forestiers
- l'énergie
- l'eau et la ressource en eau
- rejeter peu de déchets et les valoriser au maximum
Comment cette ambition irréaliste pourra-t-elle faire face au changement climatique et à la raréfaction des « ressources publiques et naturell
es » (énergie fossile, espaces fonciers, eau potable) ?

  • Les incohérences de ce projet

Depuis 2000, la population hors SCOT de l'aire métropolitaine a connu une croissance importante au détriment de l'aire métropolitaine (au foncier trop cher)
Le PADD découpe le territoire en 3 zones or le Document d'Orientation et d'Objectifs (DOO) le découpe en 4 : l'hypercentre métropolitain, le cœur de l'agglomération, les centralités périphériques et les bassins de vie (?), on ne vit donc pas dans les autres zones ?
- Aucun lien du SCOT avec le Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) à quoi sert ce dernier ?
- En ce qui concerne le changement climatique, absence de scénarios alternatifs, par exemple la prise en compte des Gaz à effet de serre ! Une étude à venir a été commandée par le SYSDAU !
Deux scénarios ont quand même été retenus : une réduction de -7 % de GES en 2030 (selon le Grenelle) et la réduction « facteur 4 » soit -14 % de GES en 2030 sans autre précision quant aux outils à mettre en œuvre pour permettre d'orienter les aménagements du territoire afin de réduire ces GES (mesure urgente)
- Le DOO n'utilise que des « recommandations » ou renvoie à des études à venir, pour les déplacements (de ce million d'habitants) par exemple, des « études de faisabilité sont à engager » afin de déterminer les différents moyens de transports : tram, train, TER, mais à la dernière réunion publique l'accent a bien été mis sur la LGV : et il a été ajouté que c'était un mythe que de vouloir « habiter et travailler au même endroit », sous entendant que cette LGV sera plutôt destinée à ceux travaillant à Paris et habitant Bordeaux ! Vive les inégalités sociales !
- Ce projet SCOT n'indique nulle part comment se répartit la population actuelle : difficile dans ce cas d'apprécier l'accroissement de la population sur chaque secteur sans avoir un point de départ comme la liste des communes dans
chaque zone n'est pas indiquée

  • L'Environnement et sa prise en compte

Les Réservoirs de biodiversité en dehors des réservoirs « réglementaires » ne sont pas identifiés : difficile dans ce cas de constater, si les corridors esquissés ont une réelle fonction écologique et si la Trame Verte et Bleue (TVB) du SCOT contribue à la conservation favorable des habitats et des espèces et favorise le bon état écologique des masses d'eau (est-ce volontaire pour laisser mains libres à l'élu local?), ce SCOT ne précise pas non plus, les modalités nécessaires à la restauration des continuités écologiques.
- Les Espaces Naturels, agricoles et forestier
Le SCOT brouille les cartes en distinguant
- les espaces agricoles, naturels et forestiers majeurs protégés
- le socle agricole, naturel et forestier à préserver
- le territoire viticole à protéger (évidemment)
Le SCOT ne fait aucune différence entre « espaces naturels » et « espaces agricoles » mais fait un distinguo entre « espaces naturels et forestiers majeurs protégés » et ceux à préserver, il y a donc une bonne et une mauvaise biodiversité : mais ce « à préserver » sous tend que ceux -ci serviront de réservoirs « urbanistiques » ou « routiers », ce qui se pratique actuellement !
Les terres agricoles ne seront pas non plus épargnées (annoncé lors de la dernière réunion-bilan publique de juillet
du fait d'un rapport d'il y a quelques années sur des terres agricoles en déshérence...) le président du SYSDAU (M Lamaison) a dit exactement qu’il fallait « stopper cette hémorragie » aussi il était prévu de réduire de 40% les espaces naturels dans ce futur SCOT ! (ce qui
est déjà une réalité dans sa commune)


Le SCOT sur l'ensemble des 93 communes 53 000ha d'espaces naturels et forestiers majeurs et agricoles est décomposé comme suit :
-26 000ha d'espaces naturels et forestiers majeurs et agricoles
-25 000 ha de terres viticoles
-2000 ha d'espaces
nature urbains


Aucun espace naturel n'est désigné et assigné par commune dans ce SCOT, alors que ces espaces naturels « majeurs » ou pas sont des réservoirs de biodiversité les plus menacés par l'artificialisation puisque 85 % de ces espaces sont impactés ou ont disparu avec leur biodiversité associée : chaque nouvel habitant consomme 450m2 d'espace (tout projet confondu : consommation entre 1996 et 2010), le projet SCOT est de réduire cette consommation à 430m2 mais d'ici 2030 et avec 300 000 habitants supplémentaires il ne restera plus ni « espace naturel » ni « agricole »

  • La Forêt qui occupe 48 % du territoire, 26 communes sont classées en DFCI, ne bénéficie pas non plus d'un traitement spécifique puisqu'elle est systématiquement abordée avec les « espaces agricoles et naturels » comme le SCOT n'aborde pas non plus le « mitage » de l'espace rural

Ce SCOT prévoit des aménagements économiques ou publics ou de loisirs dans des espaces agricoles, naturels et forestiers « à préserver » classés en A3 page 39 du DOO (ce qui se pratique déjà par exemple un golf dans un site Natura 2000)
Conclusion TOUT est urbanisable ! Etrange conception de la lutte contre l'étalement u
rbain

  • Le paysage est mis à la même sauce que les espaces naturels puisqu'il est considéré comme le « socle du projet d'aménagement », on peut y tailler routes, zones commerciales, immeubles style « stockage d'habitants » sans vergogne !

Ce SCOT est loin de la « sobriété » en ce qui concerne la consommation d'espaces puisque de 1996 à 2010 la consommation a été de 4000ha pour 88 000 habitants supplémentaires soit une moyenne de 286ha/an or dans ce projet , il fixe les besoins entre 2010-2030 à une consommation de 9700 ha ce qui donne 485ha/an soit le double !

  • Urbanisation

Pour accueillir ces 300 000 habitants nouveaux d'ici 2030 il faut de l' « urbanité »

Ce SCOT prévoit une densification des zones déjà urbanisées c'est à dire urbaniser les dents creuses ou construire des immeubles à la place du patrimoine ancien, par exemple à la place des échoppes, témoin d'un style architectural « ouvrier » et c'est ainsi que sous prétexte de « réhabilitation » les centres ville de la CUB perdent leur âme et charme et sont remplacés par des immeubles massifs et souvent laids s'insérant difficilement dans le bâti existant (leur démolition et remplacement par des immeubles sont faits sans calcul de leur empreinte carbone)
Construire du neuf est un gaspillage monstrueux de matières premières produisant de grandes quantités de GES, sur notre planète surexploitée pourquoi ne pas réhabiliter le bâti existant avec des matériaux plus écologiques que ciment et béton et sable? La priorité des priorités, dans le domaine du logement, est de s’attaquer à l’amélioration de ce qui existe !
Dans cette urbanisation, le SCOT ne prend pas en compte les « espaces économiques » qui ont consommé entre 1996 et 2010 un tiers de la consommation des sols, consommation systématique des espaces
naturels !


(Dans le secteur de ST Médard en Jalles)
Ce SCOT mentionne l'ouverture à urbanisation de vastes zones (naturelles) dont la nature et l'envergure ne sont pas présentées dans ce projet de SCOT ! IL s'agit des secteurs situés au Sud de St Médard en Jalles, de part et d'autre des Jalles, du secteur Catros/ Roquevielle, au Sud Est de la même commune et au Sud ouest du Haillan, impactant des espaces forestiers et naturels ou en liaison proche avec le cœur de l'agglomération. De même, les secteurs de développement de Martignas sur Jalle au Sud et St Jean d'Illac au Nord, restreignant considérablement la distance d'équilibre entre les deux espaces urbanisés de ces communes
- La zone du Haillan située entre des espaces urbanisés, développe fortement le potentiel d'urbanisation alors qu'elle est au sein d'un secteur classé en N2 et N3 au PLU
-D'autres secteurs encouragent l'urbanisation le long d'infrastructures routières renforçant le continuum urbain et l'alignement d'activités et/ou repoussant encore plus la limite de l'agglomération : le long de la RD1215 (et bientôt le long de la future « Déviation du Taillan ») le long de la D211 au Sud de St Jean d'Illac et à l'Est de la D106 en supprimant toute coupure
avec Mérignac


Le SCOT doit avoir une responsabilité importante afin d'éviter l'étalement excessif de l'agglomération au détriment des continuités agricoles et forestières

  • Les émissions de Gaz à effet de serre(GES)

Cet étalement favorise déjà et va favoriser ces émissions, les déplacements vont augmenter en même temps que la population, ainsi que la consommation d'énergie, le DOO ne conditionnant pas l'ouverture des nouvelles zones à urbaniser à l'obligation de performances énergétiques et environnementales ou conditionner leur desserte en transport collectif .
Aucune ambition du SCOT en ce qui concerne la vulnérabilité du territoire au changement climatique alors que des modifications apparaissent déjà (vignes, forêt plus fragile, canicules
etc)

  • La ressource en eau

L'arrêt pour une durée indéterminée pour pollution au perchlorate d'ammonium des pompages oligocène de Thil-Gamarde (St Médard en Jalles) représentant 25 % de la production de la CUB pèse déjà sur la nécessité de trouver de nouvelles ressources, que sera-ce en 2030 avec 300 000 habitants supplémentaires ?

  • Le Bruit

Point faible du SCOT traité de façon très imprécise, les routes reconnues « grande circulation » (comme la RD1215) ne sont pas mentionnées, sans doute le SCOT compte-t-il sur la solution miracle des murs « anti-bruit » remplaçant les arbres sur la RD1215 par exemple ?
Rien en ce qui concerne l'aéroport de Mérignac, la Commune du Haillan va s'en réjouir comme le quartier d'Issac en pleine évolution urbanistique à St Médard en Jalles, déjà parcouru par de nombreux camions...
Ce projet est très décevant et irréaliste dans ses perspectives de croissance de population, incompatible avec la réduction des GES qu'il est urgent de réaliser et le changement climatique, ses orientations si elles se concrétisent vont accélérer l'épuisement des ressources naturelles (eau, espaces naturels et agricoles, sables et granulats...) vont accroître les inégalités de territoire et ce n'est pas la Ligne à grande vitesse qui palliera à ces inégalités
On est loin d'une métropole « nature » qu'on nous chante régulièrement, c'est plutôt bitume et béton offerts aux « Générations futures »
Naturjalles demande instamment la révision de ce SCOT afin d'adopter des mesures plus contraignantes dans la protection des espaces naturels, de la forêt et des terres agricoles, notre patrimoine à tous, les grands perdants de ce projet
Pour le présid
ent
Françoise Couloudou

http://www.sysdau.fr/pagesEditos.asp?IDPAGE=258&sX_Menu_selectedID=top_3392551F

ou

http://www.sysdau.fr/

et cliquer sur "enquête publique" pour avoir tous les documents concernant le SCOT

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires