environnement biodiversité Nature St Médard en Jalles Rouler ou manger, un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim alors que nous pouvons techniquement nourrir 10 milliards de personnes! - Le blog de naturjalles.over-blog.com
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • Le blog de naturjalles.over-blog.com
  • : Association de défense de l'environnement sur St Médard en Jalles et ses environs -Les atteintes à cet environnement sont pollutions de l'eau, air etc, urbanisation destructrice des espaces naturels parce qu'elle est non maitrisée et ne répond pas aux règles du développement durable: avant tout projet il faudrait une évaluation de son empreinte écologique NaturJalles voudrait voir appliquer le "Penser global, agir local" de Jacques Ellul
  • Contact

Recherche

Liste D'articles

Liens

23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 21:39
Rouler ou manger, un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim alors que nous pouvons techniquement nourrir 10 milliards de personnes!

Rouler ou manger, un jour il faudra choisir…

Nous disions donc… 1 milliard de personnes qui ne mangent pas à leur faim alors que nous avons les moyens techniques de nourrir plus de 10 milliards de personnes. En parallèle, la FAO (Food and Agriculture Organisation of the United Nations) estime à 700 millions le nombre d’obèses dans le monde à horizon 2015. Les comportements alimentaires, le panier de la ménagère et les modes de vie ont profondément changé depuis 50 ans : consommation grandissante de produits transformés, essor des fast-foods et autres restaurations rapides, augmentation de la consommation de viande, etc. Autant de causes d’une surconsommation de sucres, de graisses et de protéines bien au delà des besoins alimentaires des pays développés.

Ce paradoxe est d’autant plus criant quand on sait que 30% de la production alimentaire mondiale ne termine pas dans un estomac. Ce gaspillage alimentaire avoisine les 40% dans les pays développés. L’industrie agro-alimentaire, de par l’augmentation des intermédiaires, des distances et du temps entre le champ et l’assiette serait responsable de 40% de ces pertes.

Les porte-voix de l’agrobusiness martèlent que l’agriculture paysanne n’est pas en mesure de nourrir la planète et ne pourra pas subvenir aux besoins d’une population mondiale croissante. Pour cela il propose d’augmenter encore la productivité de l’agriculture par le biais notamment des OGM… Nous sommes convaincus du contraire et voici quelques éclaircissements pour trouver les bonnes solutions :

Outre les conditions sociales désastreuses dans lesquelles travaillent les paysans et les ouvriers de l’agro-alimentaire et les conditions effroyables dans lesquelles les animaux sont élevés, l’élevage industriel pourraient être une piste de réflexion. Pour exemple, 50% de l’alimentation du bétail français est importée d’Amérique du sud, essentiellement de cultures OGM. Ces terres (qui, par ailleurs, contribuent fortement à la déforestation de la forêt amazonienne à hauteur de 250 000ha/an), à la destruction de la biodiversité, au déracinement des populations autochtones, à l’empoisonnement des sols, de l’eau et des populations locales) pourraient être destinées à l’alimentation humaine directement. Ce fait est d’autant plus parlant quand on sait qu’il faut environ 5 protéines végétales pour produire une protéine animale. En consommant de la viande produite localement et dans le respect des producteurs et de l’environnement, nous pourrions ainsi libérer des terres agricoles pour produire fruits, légumes, légumineuses et céréales pour nourrir chaque population locale.

D’autre part, la mise à contribution croissante de l’agriculture dans la production d’énergie a des effets inattendus sur la faim dans le monde. La fausse bonne idée des agrocarburants en est le meilleur exemple. Aujourd’hui la culture de céréales pour faire fonctionner nos autos représente l’équivalent de 300 millions d’hectares dans le monde. Sachant qu’un hectare permet de nourrir une famille de 4 personnes sur 1 an, cette superficie pourrait nourrir 1,2 milliards de personnes… Mais ce n’est pas la seule contradiction que génère ce privilège de rouler en voiture un peu plus longtemps que ne le permettent les réserves actuelles d’hydrocarbures mondiales.

D’une part, la production d’agrocarburants émet plus de gaz à effet de serre que l’extraction d’hydrocarbure. Pas étonnant quand on sait que la production d’agrocarburants consomme plus de calories qu’elle n’en produit. D’autre part, la culture d’agrocarburants a été identifiée comme une des causes majeures des graves crises alimentaires de 2008 et 2009 qui ont touché plus de 37 pays dans le monde. Ces crises alimentaires ont pris la forme de simple augmentation du prix des aliments dans les pays développés jusqu’à des émeutes de la faim dans les pays les plus démunis. En effet, les agrocarburants ont joué un rôle primordial dans l’augmentation des cours des matières premières ces dernières années sur les marchés mondiaux, en raison d’une forte demande sur les marchés pour produire cet éthanol.

-> lire la suite

http://enviedepaysans.fr/blog/2013/10/rouler-ou-manger-un-jour-il-faudra-choisir/

Partager cet article

Repost 0
Published by naturjalles.over-blog.com
commenter cet article

commentaires